Maputo, l’Afrique éternelle

Bulls_In_Africa-688po

 

Les ruines d’une civilisation avancée antique ont été découvertes en Afrique. Eden Saga vous a annoncé il y a 6 ans -déjà!- que les blacks Africains appartiennent à une très ancienne civilisation, qui était déjà développée alors que l’Europe n’abritait que des chasseurs-cueilleurs.

Mais là, ça passe tous les records : ces ruines datent de la préhistoire !!! Qui, du coup, devient la protohistoire… Pas de doute, il faut brûler les manuels scolaires !

Cette incroyable découverte a été faite en Afrique du Sud, à environ 150 km à l’ouest du port de Maputo. Il s’agit d’abord des vestiges d’une grande métropole qui couvrait une surface de quelques 1500 kilomètres carrés. Cette ancienne ville, selon les chercheurs, faisait partie d’un tissu urbanisé de 10 000 kilomètres carrés

Toujours selon les chercheurs, l’âge de ces ruines oscille entre 160.000 et 200.000 ans. La datation des pierres est sujette à caution, souvent plus récente que la date véritable. Nous sommes en présence de la plus ancienne trace de civilisation. Alors ? Pourquoi seulement maintenant ?

« La région est écartée et les « cercles » sont bien connus des agriculteurs locaux qui les attribuent à un peuple oublié dans un lointain passé. Lointain, il l’est assurément. Jamais une date aussi ancienne n’avait été avancée pour aucune structure urbaine, habitat primitif ou autre. Il s’agit ici d’une civilisation développée. Les conséquences sont énormes.

Curieusement, personne n’avait jamais pris la peine de se renseigner sur ces mystérieux « cercles » et leurs auteurs. Jusqu’à ce qu’un chercheur et auteur, Michael Tellinger décide de les étudier. Il s’assure le précieux concours de Johan Heine, un pompier local doublé d’un pilote. Son métier et sa passion lui a donné l’opportunité d’observer ces ruines pendant des années. Heine sait bien qu’elle sont extraordinaires, et qu’elles méritent qu’on reconnaisse leur importance. » (source)

La mode du chapeau Indiana Jones, dépassée depuis trente ans, fait encore fureur chez les archéologues : après Zahi Hawass, Erich von Daniken et Sam Osmanagic, voici le fameux galure arboré par Tellinger le magnifique. Trêve de blague, il est cool pour un Afrikaner.

« Quand Johan m’a d’abord présenté aux ruines antiques de pierre de l’Afrique australe, il ne se doutait pas des découvertes incroyables que nous ferions dans les années suivantes.

Les photographies, des artefacts et des éléments de preuve que nous avons accumulés, pointent vers une civilisation perdue qui n’a jamais été répertoriée et qui précède toutes les autres – non pas pour quelques centaines d’années, ou quelques milliers d’années … mais plusieurs dizaines de milliers d’années. » (source)

« Un ancien site monolithique circulaire, le calendrier de pierre découvert dans le Mpumalanga, s’est avéré âgé d’au moins 285.000 années, très antérieur à toute autre structure humaine connue à ce jour.

L’Afrique du Sud détient certains des mystères les plus profonds de toute l’histoire humaine. Il y a plus de 10 millions de structures de cercle de pierre à travers l’Afrique du Sud , la plus forte concentration située autour de Waterval Boven à Mpumalanga, Afrique du Sud. » (source)

 

maputo-eternelle-logo-mozambique-688po

 

Parmi ces innombrables cercles de pierre, il y a aussi un ensemble mégalithique appelé le Calendrier d’AdamLe  Calendrier d’Adam est le fleuron de ces ruines. Ce spectaculaire site antique est aligné avec les points cardinaux de la planète Terre, les solstices et les équinoxes. 

Il fait toujours fonction de calendrier par rapport à l’ombre du soleil couchant, qui est  représenté par le monolithe central le plus grand à côté de lui.

Il a été daté d’au moins 75.000 années en fonction de plusieurs évaluations scientifiques. Il pourrait être la plus ancienne structure de la Terre très liée aux origines de l’homme.  (source)

 On sait que les datations archéologiques sont à prendre avec des pincettes. Surtout s’il s’agit de dater des pierres. La marge d’incertitude tire toujours les dates vers le présent. Ce qui veut dire qu’on est en droit de reculer encore les dates obtenues. 

De nombreuses mines d’or sont situés dans le voisinage. Les anciens d’Afrique l’appelaient le berceau du Soleil, ou encore Inzalo y Langa. Les chamanes y voyaient un lieu sacré où l’humanité a été créée par les dieux. » (source)

Il se pourrait bien que ce soit le cas, si l’on en croit la tradition sumérienne. Les tablettes assyriennes expliquent que les dieux ont créé l’être humain par besoin de main d’oeuvre, et que la première tâche qui a été assignée aux humains est le travail dans les mines d’Afrique du Sud.

C’est peut-être ici même, à Maputo, dans ces cercles de pierre, que le premier travailleur humain a été conçu et réalisé. Oui, ça correspond si bien que pas un seul archéologue oxydantalpour une fois, la faute est voulue ne l’a remarqué.

Selon notre auteur, le calendrier d’Adam prouverait que notre planète a subi un changement de polarité. L’orientation nord-sud de la planète aurait été inversée suite à un basculement.

Cela a été proposé par Charles Hapgood dans les années 1950, thèse fortement soutenue par Albert Einstein, comme celle d’Immanuel Veklikowski. Les deux hypothèses pourraient pourtant s’avérer fausses, comme d’autres folies soutenues par le grand Albert. 

Le site est construit le long de la même ligne longitudinale que le Grand Zimbabwe et la Grande Pyramide de Gizeh en Egypte, ce qui suggère un lien entre les anciennes civilisations et les constructeurs de trois de ces sites.

Tellinger espère que ces découvertes incroyables vont enfin faire exploser le récit convenu de l’histoire humaine. Selon lui, seul un changement complet de paradigme peut rendre compte de l’ancienneté du site.

« Je me vois comme quelqu’un esprit assez ouvert, mais je reconnais que cela m’a pris plus d’un an pour le comprendre, et je réalise que nous avons affaire aux structures les plus anciennes jamais construites par l’homme sur Terre.

Pour nous c’est difficile à admettre, parce qu’on nous a appris que rien de significatif n’est jamais venu de l’Afrique du Sud. De puissantes civilisations ont émergé partout, en Amlérique, en Asie, en Europe, à Sumer en Egypte, et jamais rien par ici. Eh bien c’était faux, archi-faux. » (source)

Il est vrai que l’on s’est assez peu intéressé à l’Afrique comme terre d’antique civilisation, et cela provient du racisme et du racialisme des scientifiques oxydantauxpour une fois, la faute est voulue, qui ne peuvent admettre qu’une civilisation antique ait pu émerger avant toutes les autres sur le continent africain.

C’est pourtant bel et bien ce qui s’est passé. Et c’est dans l’ordre des choses. 

N’est-ce pas sur le continent africain, disent les paléoanthropologues, que le premier homme a été découvert ? Ou plutôt la première femme, Lucy, dont le statut a été récemment remis en question par un crâne beaucoup plus ancien qu’elle, le crâne de Toumaï. Découvert en Afrique, lui aussi.

 

Sahelanthropus_tchadensis-toumai-688po

 

Avec ses 3.2 millions d’années, Lucy est longtemps restée la plus ancienne représentante connue de la lignée humaine. Pourtant, elle a maintenant perdu ce statut au profit de Toumaï, dont le crâne ci-dessus a été découvert au Tchad en 2001, et dont on estime l’âge à 7 millions d’années environ. (source)

Le racisme de la science oxydantalepour une fois, la faute est voulue est patent : elle reconnait la priorité africaine, persuadée en même temps que les Africains sont toujours restés des sauvages.

Avec une arrière-pensée : sauvage = débile. Pour moi, les gros débiles sont ceux qui croient ça.

On vient de signaler, en septembre 2015, qu’une nouvelle espèce d’hominidés proches parents de la nôtre vient d’être découverte en Afrique. Sans arrêt, il se passe quelque chose de fondamental pour notre lignée sur la terre africaine, et l’on voudrait ignorer ce continent premier ? 

Vous vous demandez qui sont les oxydantaux ? Des sous-hommes domestiques zombifiés par la télé selon les règles immondes et liberticides concoctées par une élite glacée. N’ayez pas peur d’eux, leur monde est mort.

Les oxydantaux se sont oubliés. Ils ont le devoir de s’éveiller. D’ouvrir leur coeur et leurs yeux. De repousser à la fois la violence et la connerie envahissante. De cesser d’être débiles et soumis. Et de lire Eden Saga.

L’Orient désigne le monde spirituel où se lève le pur soleil intelligible, et les Orientaux ceux dont la demeure intérieure reçoit les feux de cette éternelle aurore.
Henri Corbin