Fontainebleau : la Roche des Fées

 

Joël Szymanski nous régale encore de ses trouvailles photographiques. Nous sommes à Villiers-sous-Grez, en forêt de Fontainebleau, où les rochers ont tous été travaillés, et pas seulement par l’érosion !

 « La Roche des fées » abri sous roche orné – Villiers-sous-Grez (77) — C’est sans nul doute le site le plus incroyable que j’ai visité autour de Fontainebleau. Un sanctuaire en grès au milieu de la forêt. Un enchevêtrement de blocs avec en son centre un espace assez conséquent (ancien lieu de culte ?) et des petites grottes internes. De nombreux bassins sont visibles sur le dessus de la structure et sur les côtés. Plusieurs petits puits curieux au sol entourent le site (récupérateurs d’eau ?). L’entrée de l’abri orné (orientée nord est) est en forme de pentagone retourné (toujours ce hasardqui n’existe pas mathématique). A l’intérieur de la grotte, une tête inquiétante parfaitement taillée surveille l’ouverture. Nul doute que les gravures ont été protégées au fil des années par ce gardien en pierre qui devait inspirer la crainte aux curieux. J’adresse un immense remerciement à Marc De Laroche Merlin sans qui je n’aurais jamais trouvé cet endroit magique.

Trouver un abri orné se mérite. Il m’aura fallu plusieurs soirées sur internet et l’aide extérieure précieuse de Marc pour trouver ce lieu magique et mystérieux. Les gravures qu’il abrite (lignes parfaites et un cercle quadrillé) sont similaires à celles de Larchant. Sans doute sont elles de la même période. Il y a également à l’intérieur de la grotte plusieurs bassins et une petite ouverture semble avoir été creusée dans la roche pour recueillir la lumière du jour (un lien avec le solstice et l’équinoxe ?). On notera également le soin apporté à la taille de l’entrée de l’abri et des yeux du gardien du sanctuaire (découpe et polissage impeccables). J’ai exploré la zone tout autour et je suis tombé sur un puits d’au moins un mètre de profondeur parfaitement creusé dans un bloc de gré. Les sillons sont biens visibles quand on se rapproche du trou. Quel outil a pu percer aussi parfaitement la pierre à une époque si ancienne ? Enfin, j’ai repéré de nombreuses cupules gravées sur de nombreux blocs de pierre. Cet endroit devait forcément être un lieu de rassemblement important par le passé.

 

Reportage photo par Joël Szymanski — Tous droits réservés par l’auteur

Le guerrier qui voyage sur toute sa ligne de temps est un passe-muraille qui nous montre le chemin à suivre.
Lao Surlam