Les mains d’amour

mains-d-amour-kirlian-688po

 

Travailler sur la fine couche énergétique qui enveloppe le corps de tous les êtres vivants, juste avec ses mains, sans même un contact sur la peau… Avoir les mains d’amour, être un faiseur de bien…

L’art de guérir remonte aux prédiluviens, on pourrait dire aux dieux d’avant. L’homme a toujours su guérir. D’abord il s’est guéri lui-même. Puis il a douté de lui, la raison et la religion l’ont dissuadé de s’aider lui-même, pour l’âme comme pour le corps il a fait confiance à des spécialistes. Vinrent les chamanes, les druides, les moines, les gurus, les confesseurs, les rabbins, les imams et les ayatollahs. Ils soignent le corps en soignant l’âme …ou ils l’affaiblissent en bloquant l’âme. 

Tout ça parce qu’on a oublié l’art de se guérir soi-même. C’est dans ce contexte démissionnaire qu’est né l’art de guérir. Ceux qui le pratiquent ne sont pas différents des autres, ils ont tout simplement gardé – ou retrouvé – le chemin de leur magie intérieure.

 

retable-guerison-unterlinden-688po

 

La guérison a toujours été pratiquée, parfois clandestinement, et sous une foule de noms : passes magnétiques, imposition des mains, reiki, nettoyage subtil, massage holistique, touch assist… Chaque époque, chaque école, chaque praticien rencontre sa méthode personnelle et trouve les mots pour en parler. La meilleure méthode reste encore l’amour d’une Maman qui guérit mieux ses enfants que tous les médicaments.

Guérir est comme un vieux flacon qui a reçu trop d’étiquettes. La dernière née, quantum touch, ou toucher quantique, fait référence à la théorie des champs en physique quantique. Elle illustre l’imagination des faiseurs de bien …et leur besoin de reconnaissance.

 

Les gens oublieront ce que tu leur as dit, ils oublieront ce que tu leur as fait, mais ils n’oublieront jamais ce que tu leur as fait ressentir. (sagesse maya)

 

Pratiqué avec la paume ou le dos des mains, le toucher quantique s’exerce sur la deuxième  personne ou corps subtil. Bien que le corps physique soit le principal bénéficiaire, il n’y a pas de contact avec la peau du patient,

 

traditionnal-healer-200po« L’interaction de l’énergie du guérisseur et de celle du patient génère un champ magnétique ou bioélectrique : c’est l’action naturelle du Vril humain. Le quantum touch consiste principalement à débloquer les canaux d’énergie. » (source)Stéphane Kervor, correspondance Dans la technique du toucher quantique, le praticien se doit d’être sensitif, mais pas nécessairement voyant. La vision subtile des couleurs vives des auras n’est pas forcément un plus dans cette pratique. Un praticien raconte son vécu à ce propos. Il a vu longtemps les couleurs les plus vives, aussi nettement qu’avec la vision oculaire. Puis ce don l’a quitté. 

 

Loin d’en être gêné dans sa pratique, il s’en est félicité. « La vivacité des couleurs était aveuglante comme la clarté dans l’esprit du néophyte. On voit plus juste avec les mains. »(source)Stéphane Kervor, correspondance On « voit » ou plutôt on sent, mais sans contact. On promène les paumes à quelques centimètres du corps physique, sur la deuxième personne, ou corps subtil sur lequel s’épanouissent les chakras.

En règle générale, on évite tout travail sur l’aura. Si l’on veut la sentir toutefois, il faut s’approcher du corps physique avec le dos des mains face au sujet. Pourquoi le dos de la main ? La polarité de l’aura n’est pas la même : avec la paume, on peut sentir le corps subtil ; avec le dos des mains, on sent l’aura. A deux ou trois mètres du corps, on sentira un léger rebond, une élasticité caractéristique. C’est la « coquille » de l’aura. Stop ! On s’arrête là. L’aura dépasse les compétences du meilleur d’entre nous.

L’aura est notre âme immortelle, ou plutôt son image terrestre. Elle impose un total respect. Tant que nous sommes dans ce corps de chair, l’aura est notre protection la plus sûre. Dans la tradition à laquelle j’appartiens, la seule action qu’un guérisseur peut avoir sur l’aura, c’est le compactage. On l’exerce en agissant sur le corps subtil, et non sur l’aura. Par son action sur le corps subtil et sur le schéma énergétique, le praticien remet en route des mécanismes subtils qui ne demandent qu’à fonctionner.

 

chakras-vitruve-688pkLes Amérindiens appellent ces mécanismes « le guérisseur intérieur »

C’est bien de ça qu’il s’agit. Le corps physique y gagne dans une proportion difficile à croire par ceux qui n’ont pas essayé. Assommé par des traitements allopathiques disproportionnés, notre guérisseur intérieur se morfond et se meurt. Il suffit de le rebooter. Avec le dos des mains, on évalue la taille de l’aura. Avec la paume, on agit sur les chakras. Cette énergie subtile pourrait s’appeler l’énergie vril : il n’y a pas de différence de nature entre l’énergie des mégalithes et celle du corps humain.

Et celle d’un éclair 
ou celle d’une boule de foudre :
c’est tout du vril.

Thierry Janssen, ex-chirurgien devenu psychothérapeute, a parcouru le long chemin qui mène d’une médecine mécanisée, quasi-déshumanisée, à une approche globale, holistique, de la personne et de son trouble. « La guérison est un concept qui permet de faire le lien entre le corps et l’esprit, explique-t-il. Dans les cultures asiatiques, qui n’ont jamais séparé le corps et l’esprit, l’énergie est au centre des systèmes de guérison : Prana en Inde, Qi en Chine, Ki au Japon, etc. » (source)Nexus n°66 page 30

  

En réalité nous ne savons rien car la vérité est au fond de l’abîme.
Démocrite