Le mercure de Teotihuacan

teotihuacan-mercure-688po

 

Décidément, les scoops archéologiques ou astrophysiques tombent sans cesse à point nommé pour confirmer nos visions. Quand la NASA sort un scoop, comme les planètes creuses ou les océans intérieurs, Eden Saga vous a déjà raconté pourquoi.

Cette fois, c’est l’archéologie qui court derrière votre site préféré. Une découverte majeure vient d’être faite, et je constate l’incompétence et l’inculture des découvreurs. Jugez plutôt.

« Des archéologues ont trouvé du mercure liquide sous la pyramide de Quetzalcoatl à Teotihuacan, Mexique.

Pour comprendre la portée de cette découverte, il faut remonter à l’année 2003, lorsqu’un tunnel d’une profondeur de 18 mètres a été découvert sous la troisième plus imposante pyramide de Teotihuacan: la pyramide de Quetzalcoatl le Serpent à plumes.

Au bout de cinq années d’excavation dans des conditions difficiles à cause de fissures géantes, de gaz toxiques, d’une chaleur écrasante et de l’obscurité, l’archéologue Sergio Gomez et son équipe sont arrivés au bout du souterrain, devant une chambre fermée.

Déjà, pour se rendre jusque-là, ils avaient dû contourner plusieurs obstacles, comme la présence de dix-huit murs de pierres bâtis pour bloquer l’accès aux chambres. » (source)http://www.lefigaro.fr/culture/2015/04/27/03004-20150427ARTFIG00297-au-mexique-le-site-de-teotihuacn-revele-un-nouveau-secret.php

 

Plus de 50.000 objets découverts

Près de 51.000 artefacts de différentes époques auraient été exhumé des fouilles. Après ces premiers résultats encourageants, « l’équipe d’archéologues est déterminée à poursuivre l’exploration. Elle espère bien trouver la sépulture d’un gouverneur de Teotihuacan dans ce complexe souterrain. » (source)http://www.lefigaro.fr/culture/2015/04/27/03004-20150427ARTFIG00297-au-mexique-le-site-de-teotihuacn-revele-un-nouveau-secret.php

Bon, ça m’aurait étonné que les archéos oublient leur éternelle marotte : toutes les pyramides sont des tombeaux. C’est leur credo, leur oriflamme, et leur raison de vivre : la mort. Quel consternant manque d’imagination !

Dans la plupart des églises médiévales et dans toutes les cathédrales, on trouve les tombes de notables laïcs ou d’ecclésiastiques. Faut-il en conclure que ces imposants édifices ont été construits pour servir de tombeaux ? L’obsession de la mort n’apporte que la mort, les archéos devraient s’en souvenir. Allez, continuez le délire, on a l’habitude.

 

tombes-cathedrale-uppsala-688po

 

« Jusqu’à présent, aucune chambre funéraire n’a été identifiée parmi les galeries déterrées. Mais la présence de mercure dans l’une des pièces donne espoir aux chercheurs d’être sur la bonne piste. Selon eux, le mercure liquide était très rare au Mexique à l’époque précolombienne. La présence de grandes quantités métal lourd pourrait indiquer qu’il était utilisé dans des cérémonies rituelles, ou encore pour représenter un lac ou un fleuve d’un monde souterrain sacré. »(source)http://www.lefigaro.fr/culture/2015/04/27/03004-20150427ARTFIG00297-au-mexique-le-site-de-teotihuacn-revele-un-nouveau-secret.php

Ils ne savent pas trop ce que ça signifie, espérant que ça présage de l’existence d’un tombeau souterrain. On se demande bien pourquoi ? Cette hypothèse est dénuée de sens commun. Comme toutes celles qu’ils énumèrent sans conviction, genre « le mercure était utilisé dans des cérémonies rituelles » ou bien encore « on l’utilisait pour représenter un lac ou un fleuve d’un monde souterrain sacré. »

Pour être archéologue, un diplôme de bon sens devrait être exigé. Assorti de l’absolue nécessité de ne rien avancer sans consulter d’abord les différents professionnels de la question. Si un maçon tailleur de pierre ou un chef de chantier avaient été consultés sur la construction des pyramides d’Egypte, beaucoup d’âneries nous auraient été épargnées.

Mais non, rien ne bouge. Les archéologues répugnent à envisager un autre scénario que celui qu’on leur a enseigné à l’école, et martelé à l’université. Depuis lors, on dirait qu’ils vivent dans un vase clos, loin des films et des bouquins de SF. Loin du mouvement créatif, loin de la littérature et des arts populaires, loin de leurs contemporains. On dirait des hommes politiques !

Dénués d’imagination, ils n’ont pas la moindre idée concernant l’usage de ce mercure, qu’ils jugent cependant « rare à cette époque » – il n’est guère abondant aujourd’hui non plus.

Bon sang ! S’il est rare, pourquoi l’avoir stocké à cet endroit précis ?

Voici une belle confirmation de mon hypothèse sur la fonction première des pyramides. J’ai montré comment les pyramides de Gizeh en Egypte étaient à l’origine tronquées, leur sommet plat étant utilisé comme piste d’atterrissage pour leurs engins volants. Elles ont ensuite été surmontées d’une pointe, lorsque le souvenir des dieux astronautes s’est effacé.

 

rukhma-vimana-schema-688px

 

Toutes les pyramides d’Amérique centrale sont, elles aussi, tronquées. A leur sommet se trouve une plate-forme qui servait, elle aussi, de piste d’atterrissage pour les engins volants des dieux d’avant. Car nos lointains ancêtres se déplaçaient à bord d’avions, de turbojets et de fusées. Ils utilisaient aussi des engins en forme de soucoupes volantes. 

Il se trouve que les anciens textes sacrés de l’Inde décrivent précisément ces engins volants, qu’ils appellent vimanas ou pushpakas.

Les textes disent aussi quel était le carburant utilisé par les moteurs de ces engins volants : il s’agit précisément de mercure. Maintenant, souvenez-vous de la mythologie grecque. Le dieu Hermès, messager des dieux, qui volait à travers l’éther pour porter au plus vite les nouvelles importantes aux dieux de l’Olympe.

On l’appelle Hermès aux pieds légers, on le représente avec deux ailes à chaque talon. Ce qui signifie à l’évidence que le dieu Hermès se déplaçait dans un engin volant individuel, un vimana si l’on veut. Avec quoi fonctionnait ce vimana ? Le carburant utilisé était du mercure, comme le nom romain du dieu Hermès : Mercure.

 

pyramide-tronquee-ovnis-pixabay-688po

 

J’ai la certitude que les archéologues ont trouvé, sous la pyramide Quetzalcoatl de Teotihuacanune station-service d’astroport, avec sa réserve de carburant.

On peut donc prévoir la découverte prochaine d’autres réserves de mercure liquide sous d’autres pyramides à travers le monde, notamment en Chine, où les pyramides tronquées sont légions, connues sous le nom de « trônes de Salomon ».

Maintenant une autre hypothèse m’a été donnée par un fidèle lecteur, Antony S. Voici sa brillante suggestion : « Juste une pensée que ton article a fait naître dans mon esprit. S’ils étaient capables de réaliser la fusion nucléaire – vu l’hypothèse de leur haut niveau technologique, c’est tout à fait envisageable – pourquoi ne pas considérer ces pyramides comme des centres de productions de mercure au lieu de les limiter au stockage ? Ces pyramides étaient capables de produire une quantité ‘infinie’ d’énergie, elles auraient pu alimenter un moteur de fusion faisant transmuter l’or vers le mercure par exemple, avant de le stocker.

Cette grande quantité de mercure aurait pu servir aussi à mesurer les variations du champ électromagnétique. (source) Technologie utilisé par exemple dans les avions furtifs pour les rendre indétectables. »

 

bain-de-mercure-pixabay-nega-ski-688po

 

Des pistes qui décoiffent ! Merci Antony. 

 

Ce que nous appelons matière est de l’énergie dont la vibration est si basse qu’elle peut être perçue par les sens. Il n’y a pas de matière.
Albert Einstein