La magie de l’ormus

 

L’article qui suit présente un nouveau matériau, ou un nouvel état de la matière qui n’avait pas été soupçonné jusqu’ici. D’autres articles sur l’ormus, principalement en anglais, pourront être trouvés sur le web. Attention, des dangers sont possibles dans la manipulation comme dans l’utilisation de l’ormus. Soyez prudents.

Beaucoup d’objets ou de matériaux mystérieux et magiques ont marqué l’histoire, comme la manne biblique, la pierre philosophale, la fontaine de jouvence, l’orgone, le prana, le chi, le Saint-Graal, la grande pyramide et l’arche d’alliance (source). Serait-il possible que tous ces produits ou phénomènes aient en commun un élément précis, découvert et développé depuis peu, l’ormus ? Ce truc paraît trop beau pour être vrai. Ses nombreuses qualités offriraient de multiples applications dans le domaine du vivant. En un mot, l’ormus pourrait révolutionner nos modes de vie et notre façon de consommer. Ses avantages sur la santé et l’énergie vitale pourraient aussi prolonger notre espérance de vie.

 

La découverte

À la fin des années 1970, un fermier de l’Arizona nommé David Hudson extrayait de l’or sur ses terres quand il a remarqué des matériaux très étranges. Hudson a dépensé plusieurs millions de dollars au cours de la décennie suivante pour trouver comment obtenir ces matériaux étranges et travailler avec. En 1989, David Hudson a breveté ces matériaux et les méthodes pour les obtenir. (source)  D’autres chercheurs ont également fait des découvertes similaires à la même époque, mais Hudson a été le premier à informer le public de ses découvertes. Au début des années 1990, Hudson a visité les États-Unis en donnant des conférences et des ateliers sur ce qu’il avait trouvé. Des transcriptions de parties de trois des conférences de David Hudson sont disponibles sur le Web. La plus complète est sa conférence et son atelier à Dallas (source).

Ces matériaux ont été appelés ORME, or monoatomique, or blanc, ORMUS, état-m, AuM, microclusters et manne. David Hudson les appelle : Orbitally Rearranged Monoatomic Elements ou ORME. Ce sont des éléments monoatomiques dans un état de spin élevé (source). Au stade actuel des recherches –qui est précoce– il y a un doute : l’ormus est-il monoatomique ou biatomique ? On n’en sait rien. On ne sait pas grand chose sur la question, et qu’il s’agit de faire preuve de la plus grande prudence à ce sujet.

Tous ces éléments de l’état-m sont assez abondants dans l’eau de mer. Ils semblent également être présents dans la plupart des roches, de l’eau douce et dans l’air. Selon la recherche de David Hudson, ces éléments dans leur état-m peuvent être jusqu’à 10 000 fois plus abondants que leurs homologues métalliques. Il peut également y avoir d’autres éléments qui se produisent naturellement à l’état M. Divers chercheurs, travaillant indépendamment, ont identifié ces matériaux dans cet état de la matière différent. Ils sont arrivés à plusieurs des mêmes observations. On a observé que ces éléments à l’état m présentent les comportements physiques quantiques de la supraconductivité, de la superfluidité, du tunneling de Josephson et de la lévitation magnétique. Il semble que ce soit une toute nouvelle classe de matériaux (source).

A moins qu’il ne s’agisse d’un nouvel état de la matière ? On voit émerger ces dernières années de nombreuses découvertes qui n’ont pas grand rapport avec les disciplines scientifiques traditionnelles comme la physique et la chimie. Le monde que nous connaissons est-il en train de changer ? Serait-il possible que ces nouveaux états de la matière soient liés à une augmentation sensible du taux vibratoire de la Terre ?

Ces éléments à l’état-m sont également présents dans de nombreux systèmes biologiques. Nous croyons qu’ils peuvent améliorer le flux d’énergie le long des méridiens d’acupuncture et dans les microtubules à l’intérieur de chaque cellule vivante (source). Il semble que cet état de certains de ces éléments ait été connu à travers l’histoire. Plusieurs des procédures d’extraction ou de fabrication d’ORMUS ont été adaptées à partir de textes alchimiques anciens. Nous croyons que la pierre philosophale et la manne biblique peuvent être des variations de cet état de la matière (source). Certains textes alchimiques recommandés liés à la pierre philosophale sont « Science Sacrée » de R.A. Schwaller De Lubicz et « Le Mystère des Cathédrales » de Fulcanelli. Une autre source est « Occult Chemistry » par Leadbeater et Besant. Le premier traité sur le sujet peut être « The Secret Book » par Artephius (source).

« Certaines propriétés des matériaux à l’état M semblent être liées à la conscience elle-même », suggère Barry Carter (source). Là, je suis tout ouïe. Je soupçonnais déjà un rapport étroit entre cet état M et les fabuleuses ondes scalaires, que nous expérimentons depuis octobre 2017 dans un groupe de deux cents personnes, réparties sur quatre continents.

Vous trouverez toutes les informations sur ce groupe et sa pratique dans plusieurs articles du présent site, sous la rubrique L’aventure scalaire. Si vous souhaitez vous joindre à nous, faites-vous connaître s’il vous plaît en utilisant le formulaire de contact.

D’abord, comment ça marche ? On n’en sait trop rien, c’est le problème. Ça peut bonifier le terreau de culture, mieux que beaucoup d’engrais, et de façon plus naturelle. Ça peut booster l’énergie subtile. C’est censé favoriser la circulation énergétique au cœur de vos cellules, mais aucune expérience scientifique crédible n’est venu prouver cette assertion. En tout cas, ceux qui s’en servent ne tarissent pas d’éloges. Un peu comme les orgonites, les ormus sont des choses avec lesquelles il faut vivre. On ne les apprécie qu’à l’usage. Pour moi, c’est une enquête à suivre. Il se peut que tout ça retombe dans l’oubli d’où quelques-uns l’ont fait sortir. Il se peut aussi, comme le croient les passionnés, que ce soit une découverte de tout premier plan, qui va modifier notre destinée.

Mon conseil : si cette découverte vous parle, lancez-vous, expérimentez. Toutes les infos qui vous manquent encore sont sur le web, et je compléterai cette enquête dès que j’aurai de nouveaux éléments. Ecoutez votre corps, il sait. Allez-y de bon cœur, les plus grandes découvertes ont commencé dans un garage ou sur un coin de table. Surtout n’oubliez pas de me raconter vos expériences, les conditions, les résultats. Ensemble nous pourrons faire avancer ce dossier.
 
À l’heure actuelle, notre connaissance de la nature de ces matériaux et de la façon de travailler avec eux est encore à un stade très précoce. Toute personne ayant un intérêt à faire un travail scientifique avec eux serait très probablement capable de faire des découvertes significatives avec un petit effort. Un certain nombre de listes de courriels et de groupes de travail locaux ont été créés pour permettre aux gens de travailler ensemble dans ce domaine passionnant de la découverte (source).

 

Comment s’en procurer ?

Il existe des sites internet qui vous en vendront, mais prudence, ce produit étant d’utilisation récente, aucune législation n’est en place, et vous risquez d’acheter fort cher un produit inefficace, voire dangereux. Le plus simple consiste à en faire vous-même.

Un certain nombre de méthodes d’obtention des éléments ORMUS ont été imaginées au cours des dernières années. Le plus simple de ces méthodes consiste à élever le pH de l’eau de mer propre à 10,78 et pas plus haut, en utilisant de l’eau de lessive, puis laver le précipité résultant trois fois avec de l’eau distillée (recette). Ce précipité peut purifier toute la maison et nettoyer le corps subtil de ceux qui l’habitent. On peut utiliser la cendre volcanique, naturellement riche en ormus, pour enrichir le terreau de jardin. Mais bien d’autres usages attendent vos découvertes. Des recettes de fabrication de l’ormus sont disponibles, cliquez ici.

 

 

Avant que les étoiles ne brillent dans les cieux, Tiwanaku existait déjà.
dicton Aymara