Les Quatre Yugas

quatreyugas-rishikesh-pixabay-688po

 

Quatre yuga, quatre âge séparent et multiplient l’humanité, quatre races, quatre ponts entre terre et ciel.

En sanskrit, yuga signifie âge ou époque. La sagesse hindouiste traditionnelle considère que l’humanité a connu quatre époques et que nous sommes dans la dernière. Et après, il y a quoi ?

Les quatre yugas rappelle les quatre âges de la Grèce antique, et ils partagent parfois les mêmes noms d’âge d’or, d’argent, de bronze et de fer, que l’on trouve aussi en Perse antique, ce qui peut indiquer une même origine.

Ce partage du temps en longues périodes ou années divines vient d’une civilisation développée, comme l’Atlantide. D’après Alain Daniélou, chaque cycle dure 60.000 ans et se décompose en quatre yugas : satya yuga, treta yuga, dwapara yuga, et enfin kali yuga où nous sommes. Leur ordre même exprime un déclin, confirmé par leur durée, décroissante de moitié à mesure qu’on descend vers l’âge de fer où nous sommes. Ainsi l’âge d’or dure 32.000 ans, suivi de l’argent qui ne dure que 16.000 ans, suivi du bronze avec 8000 ans, et enfin du fer avec 4000 ans seulement. 

C’est de moins en moins long parce que c’est de plus en plus dur. La véritable longueur d’un cycleou maha yuga est une donnée qui varie beaucoup d’un auteur à l’autre : l’orient n’a pas peur des durées les plus énormes. Des sages hindous ont évoqué des centaines de milliers d’années, voire des millions, comme durée d’un mahayuga.  

L’évaluation qu’on donne ici, 60 000 ans pour un cycle complet, est celle de l’indianiste Alain Daniélou, qui a tiré ces chiffres de l’antique tradition shivaïte, et ne leur accordait lui-même qu’une valeur indicative.

Mais la majorité des hindouistes ne partage pas ce point de vue.

La tradition védique annonce des chiffres énormes, incroyables, communs à toutes les très antiques civilisations. Ils soulignent la grande ancienneté de notre espèce et la folle longueur de son histoire.

Patience ! Les datations évoluent plus vite que les hypothèses…

 

Alain-Danielou-688pk

 

Né en 1907 à Neuilly, Alain Daniélou, indianiste et musicologue, a voyagé dans toute l’Asie, étudié le sanskrit, l’hindi, la philosophie et la théologie hindoues. Il traduit les écrits d’un célèbre Sannyasirenonçant, Swami Karpâtrî, qui l’initie aux rites de l’hindouisme shivaïte. Il s’est éteint en Italie le 27 janvier 1994. Il a écrit de nombreuses études, parmi lesquelles La Fantaisie des dieux et l’aventure humaine, Origines et pouvoirs de la musique, ou encore Shivaïsme et Tradition primordiale. 

« Selon les écritures hindoues, tous les êtres mortels sont destinés à passer à travers quatre grandes époques dans chaque cycle de création et de destruction. Ce cycle divin devient un cercle complet à la fin du kalpa. Un kalpa est un cycle de Yuga, soit une période de 10.000 années divines divisées en quatre âges ou yuga. Selon certains maîtres, un cycle de yuga est estimé à 4.320.000 années et un kalpa 4.320.000.000 années. » (source)

« Les quatre grandes époques de l’hindouisme sont : Satya Yuga, Treta Yuga, Dwapar Yuga et Kali Yuga. Satya Yug ou l’âge de la Vérité est censé durer quatre mille années divines, Treta Yuga trois mille, Dwapara Yuga deux mille.

Kali Yuga durera mille ans divins, ce qui équivaut à 432.000 années terrestres. Trois de ces grands âges ont déjà disparu, et nous vivons dans le quatrième. Ce que ces âges signifient exactement, l’esprit rationnel peine à l’expliquer » (source)

Et pourtant, il y en a des choses à dire. La première, c’est l’énormité des chiffres qui sont donnés en Inde. Face à nos hésitations pusillanimes quant à l’origine de l’homme, face à la ridicule ancienneté d’un million d’années que nous donnons à notre espèce, les immensités données ici sont vertigineuses. 

 

lucas-cranach_sk-pop-688po

 

Sans doute sont-elles très proches de la réalité. L’erreur serait ici d’appliquer l’esprit logique et rationnel de l’oxydantalfaute volontaire borné, ce qui est souvent un pléonasme. L’histoire de notre espèce ne se compte pas en millions, mais en milliards d’années sans doute, et peut-être davantage. 

Deuxième conclusion, plus importante encore. Ce que nous enseigne la pensée indienne antique, c’est que le temps n’est pas linéaire et continu, comme le veut notre vision occidentale, assez puérile à vrai dire.

Le temps est cyclique, toutes les philosophies antiques nous le disent. L’Hindouisme va plus loin, il donne une échelle de temps – faramineuse certes – qui permet d’appréhender l’étendue du phénomène.

 

Bronze-Kashmir-Meditation-200poAu terme d’une gigantesque révolution, le temps parcourt une bonne portion d’éternité avant de revenir dans ses traces. Mais pour que le cycle total s’accomplisse, il faut s’armer de patience en comptant sur ses doigts plus de quatre milliards d’années.

Blague à part, on l’a compris, le kalpa ou grand cycle n’est pas à notre échelle. Il dépasse aussi largement l’échelle d’une civilisation. Pour la commodité du calcul à notre échelle, il suffit de s’intéresser au petit cycle, celui que décrit Alain Daniélou.

 

Si elle dépasse assurément les possibilités de la mémoire humaine, l’immense échelle de temps des Hindous nous montre un des grands mystères de notre espèce : sa longévité, sa résistance, son invulnérabilité.

A travers d’innombrables cataclysmes, famines, séismes, déluges, sécheresses, massacres, hivers nucléaires, extinctions d’espèces animales, contre vents et marées, contre les flammes de la géhenne et le léviathan des abysses, notre vaillante espèce n’a jamais disparu.

Quoiqu’il arrive, l’espèce humaine tient le coup. Son hallucinante ancienneté est un puissant réconfort quant à l’avenir. Vérité qui s’inscrit en lettres de feu dans le coeur : au-delà de la mort individuelle, l’espèce humaine est immortelle.

 

Toute vérité passe par trois étapes : d’abord elle est ridiculisée, puis elle est violemment combattue, enfin elle est acceptée comme une évidence.
Arthur Schopenhauer