Macuxi : la Terre intérieure

bulgarie-grotte-prohodna-688po

 

Les Indiens Macuxis savent depuis toujours que la terre est creuse. Ce ne sont pas seulement leurs légendes qui l’affirment, les grands-parents des Macuxis actuels en connaissaient l’entrée. Jusque dans les années 1900, les guerriers descendaient au fond de la terre pour visiter les dieux d’en bas.  Pour eux, c’est une évidence, il y a tout un monde à l’intérieur de notre planète. Juste sous nos pieds.

Les Macuxis vivent en Amazonie leur vie paisible de chasseurs cueilleurs, ils sont nomades et circulent entre le Brésil, la Guyana et le Venezuela. Leurs lointains ancêtres, les Enfants du Soleil, leur ont tout appris et leur ont montrés les accès de la « Terre intérieure. »

Ce sont des cavernes chantantes qui débouchent sur des salles souterraines aux proportions énormes, où les stalagmites forment de véritables labyrinthes. Pour qui sait trouver l’escalier, il y a moyen de s’enfoncer par là dans les entrailles de la planète, et après deux semaines de descente périlleuse, gagner le paradis des géants brillants.

Encore faut-il connaître le chemin. De nos jours, le secret s’est perdu, et nul ne s’aventure plus dans les cavernes profondes. Du moins, c’est ce que prétendent les Macuxis.  Eux seuls ont eu la charge sacrée de surveiller l’entrée et d’empêcher l’accès de la Terre Creuse aux étrangers. Pour peu que leur mission sacrée se poursuivent encore, il leur est impossible d’avouer que les accès leur sont toujours connus et qu’ils continuent d’y descendre.

Le récit du voyage au centre de la terre est encore très vivace dans la culture Macuxi. Les trois premiers jours, les braves doivent descendre un escalier vertigineux dont les marches sont taillées pour des géants. La descente est très pénible, et les braves qui sont trop éprouvés renoncent à poursuivre l’aventure.

Après le troisième jour, ils laissent derrière eux leurs torches, et continuent leur voyage à l’intérieur de la Terre, éclairés par les lumières artificielles. Ce sont des lanternes géantes, de la taille d’une pastèque, très lumineuses.

 

cenote-puits-sacres-688po

 

Le cinquième jour, ils atteignent d’énormes cavernes dont les voûtes se perdent dans les brumes. Dans l’une d’elles, quatre sphères « brillent comme le soleil », et nul ne peut les regarder en face. Chaque jour qui passe, ils marchent plus vite, ils ont plus de force, la gravité semble diminuer.

Plus tard, ils traverseront la zone des laves, longeant des abîmes où bouillonne le magma incandescent. C’est un passage très dangereux, il faut être accompagné d’un guide expérimenté, car de nombreux braves ont perdu la vie dans ces gouffres.

Vers la moitié du voyage, un curieux phénomène se produit. Les guerriers semblent perdre leur poids, ils se déplacent maintenant en volant au dessus du sol. On dirait que la pesanteur a disparu.

Il semble que le point culminant de la gravité terrestre ne soit pas au centre de la terre, comme on l’a cru jusqu’ici. Il se trouverait au milieu de la croûte terrestre, au milieu des laves, à quelque 250 km de profondeur. Passé ce point, commence l’antigravitation.

Malheureusement, un autre obstacle entrave leur progression : le vent violent qui peut souffler en tempête et les obliger à s’agripper de toutes leurs forces à des rambardes métalliques qui sont là pour ça.

Après un voyage de 13 à 15 jours les plus valeureux guerriers débouchent à l’intérieur. Et là, « de l’autre côté du monde, dans la Terre intérieure » vivent les grands hommes, des créatures d’environ 3-4 mètres de haut. Ils sont très agréables, pour peu qu’on leur obéisse en tous points.

Ils se nourrissent de fruits géants, de céréales énormes qui rappellent le blé d’Osiris. Des champs, des verges, des récoltes inconnues mûrissent sous un soleil intérieur qui pourrait bien être le cristal-centre cher à Moebius. C’est un grand astre rouge, dont la lumière est de vril pur, et possède le pouvoir de rajeunir les êtres qu’il illumine.

L’air est doux, parfumé, on est bien loin des pollutions de la surface. Selon les dires des ancêtres Macuxis, le centre terre regorge de richesses et de merveilles toutes plus incroyables.

La légende dit aussi que des explorateurs occidentaux, par ruse ou par la force, ont obtenu jadis le plan des cavernes. Ils sont descendu à cinq, deux Espagnol et trois Anglais, assoiffés d’or et de diamants qui s’y trouvent en très grande quantité. Inutile de préciser qu’on ne les a jamais revus.

 

cenote_del_parque_de_cholul_yucatan-688po

 

A la suite de cette intrusion inadmissible, les géants seraient sortis pour punir les Macuxis d’avoir trahi le secret. Ils ont détruit l’entrée, écroulés les cavernes chantantes, minés les passages, effondrés les escaliers pour que nul humain ne puisse plus y descendre.

En tout cas, c’est ce que disent les Macuxis, à nous qui ne sommes pas dans le secret… Si ça se trouve, ils ont inventés l’histoire des explorateurs disparus pour qu’on cesse de les questionner avec ça. Le secret des grands hommes est sacré pour les Macuxis.

 

Tout homme porte en lui, inconsciemment,  la mémoire d’anciennes civilisations.  De même, le rocher est-il un fragment de la mémoire du monde.
Carl Gustav Jung