Une aventure pour l’âme

 

Le groupe scalaire continue, chaque jour, de vivre une aventure pour l’âme. Nous ne sommes pas seuls à faire don de notre amour à la planète humaine. Toutes celles et ceux qui souhaitent nous rejoindre sont d’avance les bienvenues.

Pour participer au groupe, il est utile de lire attentivement les différents articles sur le sujet : Les ondes scalaires, Groupe scalaire, Scalaire attitude, L’énergie d’amour, La lumière du cerveau. Ensuite je vous demande de m’adresser une photo récente. Je ne monte aucun fichier, soyez rassuré. Ces photos ne seront jamais publiées, ni communiquées à une tierce personne. Elles sont sanctuarisées, strictement protégées tout comme votre anonymat, je m’y engage. La photo permet d’éviter le parasitage. L’autre jour une personne m’écrivait pour avouer qu’elle participait aux sessions scalaires de 21h sans m’en avoir avisé. Et ça lui donnait l’impression de manger à ma table sans y être conviée. Mais vous êtes tous conviés ! J’accueille tous ceux et toutes celles qui sont prêts à donner l’amour et le bien-être, sans compter, sans attendre de bienfaits personnels, sans en tirer orgueil ni aucun sentiment de supériorité. Nous sommes bien petits face à l’Amour, tout petits et pourtant tout puissants quand nous donnons en aveugle ce que nous avons de meilleur. Le monde en est changé de fond en comble, et chacun de nous doit l’être aussi.

Cette sensation de manger sans y être conviée provient d’une vibration désagréable que j’ai mise en place pour éloigner les intrus. Je ne parle pas des innocents qui participent au festin du coeur sans se présenter, ceux-là sont pardonnés d’avance. Je veux évoquer des parasites beaucoup moins sympathiques. Les êtres inorganiques qui peuplent l’infra-monde n’ont qu’un désir : s’élever à notre niveau. Nous avons le même désir de nous élever au niveau supérieur : évitons donc de mal juger les inorganiques, qui ne font que suivre la loi générale de l’évolution intérieure, que les guerriers du nagual appellent tout simplement la Règle. Les inorganiques se nourrissent de nos émotions. Quand nous diffusons l’amour à coeur ouvert, c’est un festin irrésistibles pour eux. On peut les comparer à des moustiques subtils, l’onde repoussante étant l’équivalent subtil de la citronnelle…

C’est pour vous éviter de ressentir cette vibration frustrante que je demande la photo de chaque participant. Je passe toutes les nouvelles photos en revue avant chaque session, pour mémoriser l’identité subtile de chacune et chacun, qui se lit dans les yeux. Ainsi vous êtes accueillis dans le cercle qui se referme autour de nous tous. Ces photos sont des sortes de talismans qui vous protègent de la vibration négative. Pour nous, cette vibration est seulement désagréable, mais pour les pique-assiettes de l’infra-monde, ceux que j’appelle les êtres inorganiques, elle est tout simplement terrible, une barrière hostile et infranchissable. A l’intérieur du cercle, le groupe scalaire peut ainsi s’abandonner sans crainte d’être vampirisé. Certains membres du groupe ont ressenti des « intrusions hostiles » sur le réseau scalaire au tout début. C’est pourquoi j’ai mis en place cette protection du réseau, afin que tous ceux qui partagent mon repas se trouvent libres d’ouvrir grand leur coeur pour émettre l’amour inconditionnel, sans risquer d’y laisser entrer les interplans ni les aliens. Dites-moi si ça vous convient, et si vous avez ressenti un brouillage, une intrusion, une présence étrangère ou hostile, votre vécu m’est précieux.

Voici le témoignage anonyme d’un primo-participant. J’ai eu la sensation que ça a démarré progressivement 10-15 minutes avant 21h. Beaucoup de chaleur et picotements dans les mains, les bras. Une sensation d’engourdissement, comme si j’étais sur un coussin d’air. Une chaleur et comme un fluide électrique au niveau du cœur et du ventre, comme si ça tiraillait à l’intérieur, difficile à décrire. Un instant j’ai ressenti une vague d’amour et de compassion… 

J’ai visualisé des silhouettes blanches, des visages. J’avais les oreilles qui sifflaient, parfois démangeaient. J’ai eu quelques difficultés tout du long à réellement me vider la tête, dès qu’une sensation se faisait sentir le mental reprenait le dessus –donc je ne sais pas si j’ai pleinement réussi l’exercice… J’espère pour la suite pouvoir donner le maximum à ceux qui ont besoin d’énergie. Merci pour cette belle expérience et à bientôt. 
 

Beaucoup d’entre vous ressentent les ondes scalaires avant 21h, ou après, ou encore à n’importe quelle heure de la journée. C’est normal, ça tient à la nature particulière de ces ondes. Pour des raisons pratiques, on me demande parfois de changer l’heure des émissions scalaires, tous les soirs à 21h. Mais ça n’est pas utile. En lisant les autres articles cités en liens, vous avez bien compris que ni l’heure ni l’éloignement n’ont d’importance, les ondes scalaires traversent des distances énormes en un instant, et elles se manifestent n’importe quand, n’importe où, à tous ceux qui ont besoin d’amour, d’en donner comme d’en recevoir. Pendant la séance, les picotements de la peau sont habituels. Si la sensation de picotements se focalise sur la paume des mains, j’y vois le signe d’un don de guérison. Ce qu’on ressent au début, images, sons, parfums, sensations diverses, sont souvent liés au nettoyage subtil. La kundalini ne demande qu’à se déployer le long de sushumna, le canal central. Ce faisant, elle se heurte aux barrages énergétiques que constituent les engrammes, les émotions négatives stockées dans notre inconscient. Tant qu’ils ne sont pas purgés, ces engrammes feront obstacle à la montée d’énergie, prélude de l’éveil.

 

 

Tout ceci est très nouveau pour vous comme pour moi. Nous sommes en train d’inventer des méthodes et un vocabulaire afin de partager nos ressentis et de comprendre, si possible, ce qui se passe. Les possibilités d’interagir sur le plan astral sont infiniment mal connues, réjouissons-nous d’appartenir au club des derniers aventuriers. Si vous n’en faites pas encore partie, merci donc de m’envoyer votre photo, et dès ce soir vos perceptions seront plus claires et plus fortes ainsi que l’élan du coeur et la plénitude intérieure. 

Me croirez-vous si je vous avoue que je pleure de joie devant ce miracle ? Un miracle partagé, non seulement par notre groupe, mais par tous ceux qui, de par le monde, se lancent dans cette aventure pour l’âme. Oui, je pleure et je ris en même temps, comme un tout petit enfant.

T’es con et t’es méfiant. Parce que tu ne me crois pas quand je te dis que t’es con.
Michel Audiard