Vimanas et autres avions antiques

pushpaka-vimana-inthesky-688po

 

Les vimanas sont des machines volantes dont il est souvent question dans les textes sacrés de l’Inde antique. Le chercheur étasunien Richard Thompson établit une distinction fondamentale entre deux sortes de vimanas, qui correspondent à deux approches technologiques différentes, et à deux époques dfférentes aussi..

« Les Vimanas se partagent en deux catégories : (1) des engins faits par l’homme qui volent avec des ailes façon oiseau, et (2) des structures non profilées qui volent d’une façon mystérieuses et ne sont généralement pas faites par des êtres humains. Les machines de la catégorie (1) sont principalement décrites dans des textes sanskrits médiévaux qui traitent d’architecture, d’automates, de machines de guerre et autres appareils mécaniques. Ils sont en bois, et volent avec des ailes comme nos avions modernes. 

Quoique ces anciens véhicules soient aussi appelés vimanas, la plupart des vimanas ne ressemblent pas du tout à des avions. Ceux de la catégorie (2) remontent à une antiquité très lointaine. Mentionnés dans d’anciens ouvrages sanskrits, ils ont beaucoup de points communs avec les OVNIs, et les êtres qui les pilotent possèdent les mêmes pouvoirs que ceux attribués aux pilotes d’OVNIs.

Un intéressant exemple de vimana est la machine volante de Salva, un ancien roi Indien. Il l’avait acquis auprès de Maya Davana, venu d’un système planétaire appelé Taltala. » (source)Richard L. Thompson, Alien Identities

 

temple-vimana-inde-200poLe Mahabharata nous donne la suite de ce récit ahurissant par la bouche de son héros Krishna : « Le cruel Salva arriva sur le chariot volant Saubha qui peut aller partout, du haut duquel il tua beaucoup de jeunes Vrishni et dévasta férocement tous les parcs urbains. » Et tandis que Krishna s’élance dans le ciel à la poursuite de Salva : « Son Saubha s’accrochait au ciel avec une bonne longueur d’avance… Il me lançait des rockets, des missiles, des sabres, des épées, des haches de guerre, des javelots à trois lames, des jets de flammes, sans répit…

 

Le ciel semblait porter vingt soleils, cent lunes et mille myriades d’étoiles. Il n’y avait plus ni jour, ni nuit, et on ne pouvait plus faire le point à la boussole. L’avion de Salva était très mystérieux, poursuit Krishna. Il était si extraordinaire qu’il semblait parfois se multiplier dans tous les points du ciel, et  d’autres fois il n’était plus nulle part. » Une sorte de MHD, un interplan ?

 

orion-spaceship-688po

 

« L’avion était parfois visible et parfois invisible, et les guerriers de la dynastie Yadu étaient décontenancés devant les performances de cet appareil. Parfois ils voyaient l’avion au sol, parfois en haut du ciel, parfois posé au sommet d’une colline et parfois flottant sur l’eau. L’avion merveilleux volait dans le ciel comme un feu d’artifice – il ne tenait pas en place un seul instant. » (source)Mahabharata, Bhaktivedanta Ceux qui ont observé des OVNIs font exactement le même genre de description. Troublante constance !

« Les Vimanas étaient propulsés par un carburant de couleur jaune-blanc ainsi que d’un cœur alimenté par un mélange à base de mercure. Les Vedas, considérés comme les plus anciens des textes indiens, décrivent des Vimanas de formes et de dimensions diverses, avec différents designs adaptés à leur missions. L’empereur indien Ashoka était si convaincu de l’authenticité de ces écrits qu’il consacra une grande partie de son règne à protéger son peuple de leurs néfastes effets.

A cette fin, il créa la Société Secrète des Neuf Inconnus, neuf grands scientifiques indiens ayant pour tâche de cataloguer les sciences mentionnées dans les vieux textes et de les dissimuler à la population. Il tremblait à l’idée que les sciences avancées décrites dans les textes anciens amènent la dévastation de son empire,  dans un destin similaire à celui qui foudroya l’ancien Empire Rama. » (source)

 

rukhma-vimana-schema-688px

 

Pour dissimuler ces anciennes sciences à la population, les Neuf Inconnus ont eu la main lourde. Il y a fort à craindre que d’inestimables trésors archéologiques aient été détruits parce que jugés trop dangereux. Eh bien tant mieux. Les hommes aiment trop jouer avec le feu. Jusqu’au 7e siècle AECavant l’ère commune à Babel (Babylone), il y avait aussi des avions : « Le privilège d’utiliser une machine volante est grand. La connaissance du vol se trouve parmi les plus anciens de nos héritages. »

Un cadeau de « ce qui est plus haut ». Qui ça ? Des spationautes atlantes ? Des dieux de Sumer ? Des savants de Tiahuanaco ?

Le manuscrit ne le dit pas. Il ajoute seulement : « Nous l’avons reçu d’eux afin de pouvoir sauver beaucoup de vies. » (Source)  La tour de Babel serait-elle une tour de contrôle aérien ? Edgar Cayce a vu que les Atlantes avaient des aiguilleurs du ciel, donc des tours de contrôle. Pourquoi pas à Babel aussi ?

 

Nombreux sont les pièges de la suffisance.
Carlos Castaneda