Fini facebook !

Eden Saga se retire avec dignité du site social qui lui fait des misères depuis trop longtemps.

Certains d’entre vous seront tristes d’être privés du rayon de soleil qui les réchauffait tous les jours depuis 10 ans. Je suis désolé pour eux. Mais trop, c’est trop. Depuis plusieurs années, boubouc me fait chier. Les robots de la triste montagne-de-beurre m’ont titillé, harcelé, bloqué sans raison apparente. Sans doute parce que je dérange les psychorigides. Tant pis pour eux. Ils sont adeptes d’un nivellement par le bas, moi pas.

Je m’adresse surtout aux éveillés, et je doute que beaucoup d’entre eux traînaillent encore sur ce site social. Antisocial tu perds ton sang froid, chantaient les Téléphone de ma jeunesse. Éveillés de tous les pays, unissez-vous. Le temps vient où les cons ne seront plus rien. Du coup, vu leur nombre actuel, on se sentira bien seuls, pas vrai ?

Dix que je rame pour maintenir une présence dans ce gouffre qui me pompe mon énergie et finirait par miner mon inébranlable joie de vivre. Seul pour faire vivre ce site et animer ma page sur boubouc, j’en ai ma claque de me décarcasser pour enrichir ceux qui ne savent déjà plus quoi foutre de leur sale pognon. Je me giléjaunise. Vous ne me trouverez plus au four et au moulin.

Loin de moi l’idée de bloquer les carrefours du web, ou de faire des opérations escargots sur les autoroutes de l’information. D’ailleurs je n’ai rien d’un hacker et je ne saurais pas comment m’y prendre. Non, je vais me consacrer d’abord et avant tout à ce merveilleux site qui m’apporte tant de bonheur, de si belles rencontres et jamais de déconvenues. Eden Saga n’est pas finie si fessebouc s’arrête. Au contraire. Elle prend un nouvel envol, et vous allez la soutenir, j’en suis sûr.

Les sites comme le mien sont rarissimes. Au lieu d’en tenir compte et de faciliter mon travail, les robots idiots ont accumulé agaceries et brimades. Mon départ n’empêchera pas Boubouc de vivre dans l’opulence, ni Eden Saga de diffuser inlassablement son message d’amour, de tolérance, d’intelligence et d’exigence. C’est pour ça que vous l’aimez, c’est pour ça que je travaille sans relâche. 

Votre ami Xavier Séguin persiste et signe.

« Ceux qui parlent ne savent pas, ceux qui savent ne parlent pas »
sagesse traditionnelle