Comment vivre plus longtemps

Persepolis_stairs_of_the_Apadana_relief-688po

 

En ce temps-là, on restait jeune pour toujours, ou presque. Les Patriarches de la Bible vivaient de nombreux siècles. Les dieux d’avant vivaient si vieux qu’ils semblaient immortels aux yeux des hommes simples, les éphémères dont la vie est fixée à 120 ans.

Dans l’épopée sumérienne, le géant Gilgamesh se livre à une enquête sur ces dieux immortels. Il découvre qu’ils sont tous mortels comme lui, mais qu’ils ont le secret d’une potion d’éternelle jeunesse et de longévité.

Le secret de leur longévité ne tenait sans doute pas seulement dans une potion magique, selon moi leur énorme durée de vie allait de pair avec leur gigantisme. Dans un monde où la pesanteur est beaucoup moins grande, on comprendra que les cellules, moins stressées, aient une vie plus longue.

D’autre part, ces généticiens hors pair avaient certainement le moyen génétique de prolonger leur espérance de vie.

 

Enki-tiki-Viracocha-688po

 

Il est possible que les dieux généticiens aient sciemment réduit notre durée de vie, certains textes bibliques et sumériens l’affirment. Mais il se peut aussi que notre vie brève ne soit dûe qu’à la grande pesanteur sous laquelle nous vivons. Avant la disparition de la lune précédente, il en allait tout autrement. De quelle durée était alors la vie divine ? Deux siècles, trois ? Davantage, comme les elfes ? Les interminables généalogies bibliques nous donnent la réponse : entre quatre et cinq cents ans, parfois même davantage.

Mathusalem a frôlé les six cents ans. Enoch aurait vécu sept cent trente ans. Heureux Gardiens qui possèdent ce dont l’homme a été privé, une vie terrestre d’une longueur suffisante pour que chaque homme et chaque femme, co-créateurs divins, aient le temps de goûter aux fruits de leurs efforts.

Tout de même, quelle longévité ! Ces chiffres ne sont pas si fantaisistes qu’on pourrait croire : nos généticiens nous promettent les mêmes d’ici quelques décennies. On entend dire que bientôt les hommes vivront quatre ou cinq siècles, grâce au saut quantique que va franchir sous peu la science génétique.

Les adeptes du trans-humanisme relancent le débat, sans apporter les réponses adéquates, au plan philosophique et spirituel. Vivre plus longtemps, oui, c’est sûrement possible. Et vivre pour toujours, pourquoi pas ?
Mais d’abord, pourquoi ?  
 
 
ascension-benjamin-west-688po
 
 

« La vie éternelle est-elle vraiment intéressante? Ray Kurzweil, directeur de l’ingénierie chez Google, a développé une théorie selon laquelle nous serions immortels d’ici 2030. Pure science-fiction ou réelle prédiction, le sujet reste source de fascination. » (source)

Peut-être les temps sont-ils proches où la jeunesse durera plus d’un siècle, et la maturité deux autres siècles, sans chirurgie plastique ni artifices thérapeutiques. Simplement au prix de manips génétiques. Demain, le retour de l’homme OGM ? Pourquoi pas ?

Scoop : des généticiens auraient isolé le gène du vieillissement ! Car l’homme aurait une longévité bridée. Le vieillissement serait une maladie génétique implantée en nous ! D’après la recherche, en effet, notre corps semble conçu pour une durée de vie bien supérieure, que les progrès de la génétique espèrent bientôt lui rendre. 

Une équipe de scientifiques vient de faire une découverte des plus surprenantes. En modifiant le métabolisme génétique d’une certaine espèce de ver, ces chercheurs sont parvenus à multiplier par cinq son espérance de vie. Ils estiment que leur découverte pourrait permettre à l’Homme de vivre jusqu’à 500 ans. (source)

 

genetique-bacterie-688po

 

Se pourrait-il, comme certains textes anciens l’affirment, que nos créateurs aient volontairement réduit notre espérance de vie en modifiant notre programme génétique ? Se pourrait-il que d’anciens savants aient retardé leur vieillissement cellulaire pour accroître leur longévité ?

« Se pourrait-il que les Veilleurs aient traversé les générations « mortelles » à l’instar des vampires de la mythologie populaire ? A quelle date le dernier serait-il mort ? Certains auraient-ils survécu jusqu’à nos jours ? » s’interroge Andrew Collins.

Bonne question, quand on songe que ces fameux Veilleurs sont nos créateurs, que plus tard on a pris pour Dieu. La confusion a été, du reste, savamment entretenue par les soi-disant dieux, qui en ont bien profité. 

Il est intéressant de rapprocher cette vue de Collins avec les affirmations de Juan Matus, le mentor de Carlos Castaneda. Le vieux sorcier explique que les Anciens Voyants, qu’il désigne sous le nom générique de Toltèques, sont des « défieurs de la mort ».

Tous leurs efforts durant leur vie entière ne visaient qu’à ce seul but : prolonger indéfiniment leur vie terrestre, non dans un corps physique, mais sous l’apparence de fantômes, invisibles pour la plupart des humains, mais bien réels quand même.

Les momies de ces Défieurs de la Mort sont encore là, elles sont le vecteur indispensable à leur survie démesurée…

Alors ? Les Défieurs sont-ils toujours vivants ? Les Guetteurs sont-ils encore tapis dans l’ombre ? Les dieux d’avant ont-ils posé des sondes dans nos cerveaux pour diriger notre évolution ?

 

eau-de-jouvence-688po

 

Et si ça se trouve, il y a déjà longtemps qu’on est mort. 

Allez savoir.

Il n’y a que deux façons de vivre sa vie : faire comme si rien n’était un miracle, ou faire comme si tout en était un. (Albert Einstein)

L’important n’est pas de croire ou de ne pas croire; ce qui compte, c’est de poser le maximum de questions.
Bernard Werber