Veilleurs d’étoiles

anu-star-pixabay-dp-688po

 

Ils étaient venus des étoiles et ne cessaient de les observer. Ils guettaient les moindres signes du ciel et prévenaient les hommes des causes à venir. Ils étaient les piliers du monde, et sur eux les astres avaient réglé leur cours.

Comme les Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons, le Livre d’Enoch évoque les Veilleurs ou Watchmen qui portaient ce joli sobriquet à cause d’une manie qu’ils avaient : se coller l’oeil sur des tubes de cristaux pour observer les astres.

 

watchmen-cover-200po

De leur méthodique observation, ils tiraient des conséquences sur la marche des saisons, l’importance des récoltes, les risques de sécheresse ou autre plaie biblique, comme les sauterelles, les fleuves de sang, les famines, les pluies de grenouilles, les touristes ou le chikoungounia.

Les tablettes d’Assourbanipal ne nous disent pas autre chose : « Quand un halo entoure Sin et que Nergal se trouve dans le halo, un roi va mourir et son domaine sera diminué ; le roi d’Elam devra mourir. » Sous une forme prophétique, il s’agit d’un fait réel.

 

Un roi d’Elam, à l’est de la Mésopotamie, est mort peu de temps après que la conjonction de la Lune et de Mars a été vue à travers un halo lunaire, et on supposait que cette combinaison d’événements pouvait se reproduire. » (source)J.M. Greer, L’Atlantide, 2009

C’est en effet une des utilisations de l’observation des astres, mais il s’agit d’une forme triviale, marquant une forte décadence par rapport à la science astronomique et astrologique des premiers Veilleurs. Ne prenons pas Madame Irma pour Edgar Cayce. Et Greer de poursuivre : « Pour les prêtres-astronomes, le passé représentait la clé pour comprendre l’avenir, puisque tout se déplace par cycles dirigés par les cieux qui tournent. Le plus large de ces cycles se voyait définir par la précession. »

 

 Le smiley des Watchmen, film et bd

 

Je me garderais bien de prendre les Veilleurs d’étoiles pour une tribu de pasteurs bucoliques et contemplatifs, qui soudain ont été confrontés aux bouleversements de la terre et du ciel. Pourquoi auraient-ils été traumatisés par le grand cataclysme de -10.500, vu qu’ils l’avaient prévu ? Grâce à leur grand savoir en astronomie étayé par des dizaines de millénaires d’observation céleste. L’intime connaissance des astres et de leurs mouvements est indispensable pour les voyageurs spatiaux qu’ils étaient. Car ils maîtrisaient le voyage spatial.

Venaient-ils d’ailleurs ? A l’origine, qui sait ? Mais les Veilleurs qui nous ont créés étaient les précédents occupants de la Terre, leur planète. Avant le déluge, la civilisation des Pyramides, à laquelle ils appartenaient, a duré 150.000 ans. Elle s’était développée jusqu’à devenir planétaire, hyper-scientifique et pourtant intérieure et magique, usant d’une langue unique, de sciences que nous ignorons, de l’énergie vril ou fulgurale et de vaisseaux ultraluminiques qui portaient leurs couleurs à travers la galaxie.

  

Les Veilleurs étaient des explorateurs des étoiles.

 

Le smiley des Watchmen, film et bd

 

Après le dernier âge glaciaire, un grand cataclysme a ravagé toute la planète, mais ce cataclysme fut la chance et l’aube de notre espèce : il y eut la grande débâcle des glaciers du Würm et du Wisconsin. La planète entière était un cloaque de fange et de terre meuble, arrosée et féconde, qui fumait sous le soleil. Une terre déserte… L’esprit des Dieux planait sur la surface des eaux dans leurs engins volants mais ils n’avaient pas quatre bras. Manquaient de nombreux jardiniers pour cultiver le jardin d’Eden. L’affaire était urgente.

 

Alors ils ont fait tourner la machine à cloner…

Ecce Homo. Voici l’Homme.

 

Et les anthropologues, qui n’ont pas saisi le scénario, en sont encore à se demander pourquoi l’agriculture a démarré d’un seul coup, il y a 12.000 ans, en différents points de la planète… On a l’impression plus que frappante que tous ces grands mouvements de civilisations sont comme les vagues du rivage, qui se recouvrent les unes les autres. L’impression que tous ces mouvements sont conditionnés par des cycles qui s’emboîtent les uns dans les autres et donnent le tournis.

L’époque moderne est sans doute la seule à considérer le temps comme une ligne tracée du passé vers le futur. L’antiquité et ceux d’avant l’antiquité savaient de science très ancienne que le temps est cyclique, et qu’à intervalles réguliers les mêmes causes se répètent qui entraînent les mêmes conséquences. Cette très ancienne science est celle des Veilleurs d’étoiles, de leurs calculs astronomiques savants et de leurs épures sur la nature du temps. On retrouve la même science à l’oeuvre dans le calendrier maya.

Et la pointe avancée de la physique fondamentale nous réconcilie enfin avec cette vision cyclique du temps… Pour savoir si les Veilleurs sont encore préposés à la surveillance du ciel et des humains, voyez ici.

 

C’est la mythologie qui survivra à la science si la science doit décliner.
Roland Lehoucq