La foudre en boule

eclair-boule-fdr-pixabay-688po

 

Phénomène dont l’existence même est encore contestée par certains, les boules seraient une des formes que prend la foudre. Le problème, c’est que les boules de feu blanc nous font basculer dans l’irrationnel.

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme… ? » La boule de foudre est-elle un objet inanimé ? Sûrement pas, d’après nos grands-mères qui en racontent de drôles… L’une d’elles fut encerclée par la foudre en boule. Comme au ralenti, la boule de feu fit plusieurs fois le tour de la femme, sans lui causer d’autre ennui qu’une vive frayeur… et un insolent tour de passe-passe : en se déshabillant le soir, elle n’avait plus de sous-vêtements ! Brûlés ! Pourtant sa peau était intacte ainsi que ses vêtements…  

Humour de foudre ? Fantasmagorie ? Facétieux ou non, il semble en tout cas que l’éclair en boule soit moins rapide que l’éclair normal.  Et sans réél danger pour l’homme. Tout se passe comme si on avait affaire à une miette d’éclair, une sorte d’étincelle fulgurale. La boule serait le résultat d’un éclatement…  avec une conscience en plus, ce qui devient surréel. Voilà pourquoi plusieurs scientifiques refusent encore d’admettre son existence. Ou prétendent qu’il s’agit d’un phénomène de toute autre origine que la foudre.

Reste que le vaste domaine de l’électro-statique et de l’électromagnétique sont encore peu connus, et surtout méconnus. Au Royaume Uni, on a vu « des boules de feu blanc » circuler à faible allure au-dessus des champs de céréales, la nuit, sous un ciel sans nuages, tandis que se dessinait un crop-circle… Cette nuit-là, il n’y avait pas d’orage à moins de 300 km ! Avait-on affaire à un phénomène de foudre globulaire ou à tout autre chose ? Il est vrai qu’on peut parfois se le demander…

 

boule-plasma-night-sk-pop-688po

 

La connaissance de la foudre et de la fulgurologie fait partie du patrimoine culturel surhumain depuis des centaines de milliers d’années. Les dieux d’avant ont utilisé la foudre dans toutes sortes d’applications, et ils savaient que l’éclair en boule est bien moins dangereux pour l’homme. Leurs machines à foudre visaient donc à éclater les éclairs, c’était le rôle des cercles de grandes pierres à polarité alternée, comme à Avebury, ou des murs cyclopéens sur le même modèle, comme à Cuzco ou Teotihuacan. 

Le principe de fonctionnement était grosso-modo celui de nos centrales électriques. L’énergie reste l’énergie. Pourtant la fulguro-électricité ne ressemble ni à l’hydro-électricité, ni au nucléaire. Les centrales fulgurales ne produisaient pas des watts, du courant électrique, mais des boules de foudre. Et ces entités ne se comportent pas comme du courant électrique, elles semblent sortir du cadre physico-chimique habituel. Pour les comprendre, il faut élargir le cadre de l’électro-magnétisme. 

Il faut chausser les lunettes de la bio-énergie, ou vril

L’éclair en boule se déploie dans l’énergie vril, très différente du courant électrique. Elle se transmet sans support métallique. Des pierres polarisées – alignements de menhirs ou cathédrales gothiques – sont le meilleur moyen de la canaliser. Le Vril suit aussi les filets d’eau. Dans l’enseignement traditionnel, cette énergie qui court à travers la terre est appelée la Wouivre ou vouivre.

 

vouivre-clocher-lancieux-lz-688

 

On sort ici du cadre étroit de la physique classique. En tant que manifestation du vril terrestre, les boules de foudre ont tendance à n’en faire qu’à leur tête. Elles ressemblent à des êtres conscients, capables de choix, d’action, de création, voire d’humour dont nous faisons les frais.  

 A-t-on affaire à des êtres intelligents ? Ou encore à des « objets » téléguidés par des êtres intelligents ? Les crop-circles qui ornent les champs du Wiltshire pourraient être tracés par des boules de feu blanc. Il est vrai qu’on n’en sait guère plus sur les crop-circles que sur les éclairs en boule, deux énigmes qui semblent liées. En ce domaine, on ne peut avancer qu’avec les plus grandes précautions. Sont-elles les émissaires d’entités supérieures, aliens ou pas, qui cherchent à nous contacter par leur intermédiaire ?

Les boules de feu blanc sont-elles le mystère ou la clé du mystère ? Une seule certitude, tenace : il semble que notre civilisation traite la question de l’énergie par le mauvais bout. La physique quantique nous enseigne qu’il n’y a pas d’énergie sans information. Or ces données que l’énergie transmet, qu’en faisons-nous ? Pourquoi les négliger ? La seule information dont EdF reconnaisse l’existence, c’est celle qui marque au compteur : la quantité facturable.

 

eclair-fdr-flaque-lumiere-pixabay-688po

 

Cependant la parité énergie/information détient toutes les réponses. Quand l’orage tonne, est-ce pour hurler les secrets du ciel ? La foudre qui brille, est-ce pour éclairer notre lanterne ? La boule de feu roule autour de nous, que veut-elle nous raconter ? Messagère de lumière, vient-elle guérir la folie humaine ? Alors il en faut double dose.

Le monde ne crèvera pas du manque de merveilles mais du manque d’émerveillement. (G.K. Chesterton)

 
 Chaque vie est un conte de fées écrit par la main de Dieu.
Hans Christian Andersen