Les Quatrièmes Rencontres

Les Quatrièmes Rencontres d’Erquy se terminent. Très prochainement un compte-rendu sera mis en ligne, avec de nombreuses photos des sites magiques de cette belle région, riche en mégalithes et en lieux de pouvoirs. Jamais des Rencontres n’avaient apporté autant d’amour.

Nous avons tous passé des journées inoubliables, et nous attendons avec impatience la prochaine édition qui interviendra début septembre. Elle sera consacrée au reki d’Erquy et aux techniques de protection que peuvent déployer les guérisseurs et les thérapeutes. 

Jamais deux sans trois, la quatrième c’est la bonne, dit-on. Il est vrai que le niveau de ton de ces rencontres informelles a été crescendo. la quatrième édition a été particulièrement délectable. Comme chaque fois, la magie des synchronicités a été au rendez-vous, offrant un chacun son lot de coïncidences hallucinantes, mais pas seulement.

Chacun sait que le hasard n’existe pas. C’est toujours l’intervention d’Ousir / Osiris qui nous mène et nous entraîne vers toujours plus d’amour, toujours plus de connaissance et de joie. Mes hôtes sont venus des quatre coins de France, d’Europe et du monde, comme les malades qui viennent me voir pour les guérisons. Sauf que ceux-là n’étaient pas malades, bien au contraire. D’horizons et de milieux bien différents, ils se sont intégrés en quelques minutes, et dès le premier repas pris en commun, nous avons fait tourner la roue magique.

Le groupe s’en est trouvé agrégé, chacun s’y sentant à sa place : the right kind of place for the right kind of people, la bonne sorte de place pour la bonne sorte de gens. 

Le moment le plus intense, comme chaque fois, fut la visite de courtoisie rendue à l’ancêtre, l’imposant menhir de Guihalon, protecteur incontestable de tout ce coin de Bretagne. Chacun y a trouvé son lieu de pouvoir, le silence s’est fait parmi les humains, tandis que les oiseaux du printemps faisaient entendre leur ramage.

En ce lieu sacré protégé par un petit bois, une incroyable paix et la plus totale sérénité semblent régner depuis des millénaires. Au fil des saisons le grand dolmen émet ses ondes bienfaisantes et envoie des images du plus lointain passé à celles et ceux qui savent ouvrir la tierce oreille et contempler avec le troisième œil.

Rien de plus facile que de trouver des promenades sur le GR qui fait le tour de la Bretagne, et qu’on appelle le chemin des douaniers. Quand j’étais petit, on pouvait voir encore les gabelous y faire leurs rondes nocturnes, à l’affût des contrebandiers qui trafiquaient cigarettes, whiskies et autres denrées venues d’Angleterre dans leur chalutiers.

Aujourd’hui ce sont les touristes et les joggeurs qui les remplacent. La vue y est splendide, et dans les petits bois qui bordent la falaise, on peut avoir la chance de trouver un village de lutins ou un cercle de fées. Il suffit pour ça d’avoir l’œil fée et d’y croire dur comme fer. Mais sans y croire, c’est ma règle.

 

Les prochaines rencontres auront un programme précis : se protéger des pathologies qu’on enlève, et en règle générale de toutes les émanations indésirables auxquels sont confrontés guérisseurs et thérapeutes. Elles se dérouleront au cours de la première quinzaine de septembre, date à préciser ici-même ultérieurement. Gardez un œil sur cette page, le nombre de participants est limité et les réservations commenceront dès l’annonce des dates.

A man gets tied up to the ground Gives the world Its saddest sound.
Paul Simon et Art Garfunkel