L’étrange Dodal

 
Maître cartier du 18e siècle, Jean Dodal a mis en scène une imagerie complexe, pleine d’allusions et d’énigmes où le tarologue peut exercer sa sagacité. C’est ce que fait Noémie, notre nouvelle auteure qui travaille sur ce tarot particulier. Je vous invite à suivre pas à pas ses découvertes. (xs)

Particulier, le tarot de Jean Dodal l’est à plus d’un titre. Peu de gens le connaissent, car excepté celle du regretté maître cartier Jean-Claude Flornoy, il n’a fait l’objet d’aucune réédition récente. Les amateurs de tarots sont mieux accoutumés à celui de Nicolas Conver, transformé par Marteau pour les éditions Grimaud. Disons-le tout net, ma préférence va à l’énigmatique tarot de Dodal, plus fouillé, plus fourmillant, plus fougueux… en un mot plus initiatique. Avant lui et le choc qu’il m’a causé, j’était tout à fait ignorante du tarot et de ses clés cachées, n’ayant lu que les articles de ce même site.

J’utilise fidèlement la méthode déjà éprouvée, celle que Xavier appelle la langue des Oisons, et non pas des oiseaux… Elle permet de faire dire beaucoup plus que le sens premier, ce qui est primordial dans une lecture initiatique. En langue des Oisons, taro(t) peut se lire tora, rato, otar, ator ou rota.

Sur tarot = rota, il y a aussi tarot = rota = torah. On peut même ajouter = râteau, pour éviter de s’en prendre un dans les dents. Rateau encore : ce jeu et ses images vont tout ratisser dans la tête et dans le cœur du joueur. Et tout ratisser dans ses poches aussi, car le Tarot est d’abord un jeu d’argent.

Torah, on a compris l’allusion. Il y a aussi Hathor, la Grande Déesse, que l’on soupçonne fort d’avoir inventé le Tarot. Il y a également la roue, rota en latin. Or nous avons plus d’une roue dans le tarot. Deux roues dans le Chariot, ou plutôt le Charior comme l’écrit Dodal. Et surtout la Roue de Fortune. En se servant des accidents — ou prétendus tels — qui émaillent les noms des arcanes, comme les points, les traits, etc. j’ai pu établir un autre ordre qui ne doit rien à la numérotation officielle. 

 Arcane ou Triomphe

Comme vous pouvez en juger d’après les illustrations de cet article, Jean Dodal adore déformer l’orthographe des arcanes. La Papesse devient la Pances, L’Etoile devient Le Toille… Au 18e siècle, l’orthographe n’était pas aussi stricte qu’elle l’est aujourd’hui. Mais je ne m’arrêterai pas à cette explication. Sur les arcanes, rien n’est fortuit. Moins encore chez Dodal que dans les autres tarots. Son orthographe fantaisiste veut nous dire quelque chose.

À l’origine, les cartes étaient appelées trionfi en italien : les triomphes. À rapprocher du grec : Tri Omphalos, trois nombrils… Pourquoi trois ? Est-ce pour nous rappeler l’union nécessaire de nos trois corps, ou trois personnes ? Omphalos désigne aussi, d’une façon générale, tout ce qui est central, et plus spécialement le moyeu d’une roue. La roue qu’est le tarot bien sûr. Triomphe représenterait parfaitement les groupements par trois constitués selon la logique des points… (source)Ce fameux code-point que je vous présenterai dans un prochain article, et qui aboutit à des séries de trois arcanes.

Pourtant c’est le 4, et non le 3, qui foisonne dans les triomphes… et dans tout le Tarot de Jean Dodal ! Le « JU », de jugement et justice écrit en capitales romaines, forme  IV soit 4 en chiffre romain.

Si l’on préfère le mot arcane, on obtient l’art cane, et nous sommes ses canetons. Comme la mère l’oie et ses enfants les oisons… Les arts-cane, et la langue signée des oisons, le patte-oie, le pé d’auque, symbole de reconnaissance porté par les compagnons bâtisseurs, nommés Cagots. La patte d’oie c’est encore trois branches qui se réunissent en une quatrième. Tel le psi grec Ψ... L’art cane, l’art goth, l’art qu’ange, t’art haut… La langue des Oisons est un fantastique exercice, des enfants peuvent même y jouer. Ce qui rappelle la parole de Jésus : « Quand vous connaîtrez la Vérité, vous verrez comme elle est simple, même les enfants peuvent la comprendre… » (source)évangiles apocryphes de Nag Hammadi

Tout est signifiant dans le tarot initiatique : les détails ont leur importance souvent déterminante, ceux des images aussi bien que ceux des textes. J’adopte ce point de vue qui m’a permis de traquer avec bonheur les plus petits points, les plus légers traits, et une observation rigoureuse aboutit à des conclusions qui donnent le frisson. Il s’agit d’une lecture originale, qui s’éloigne de celle développée par Jean-Claude Flornoy, et reprise depuis par de nombreux auteurs, d’Alejandro Jodorowski à Xavier Séguin.

Tarot ou Rota

Cette lecture m’a donné un nouveau classement des arcanes qui ne doit rien à leur numérotation. Pour y parvenir, j’ai mis à jour une clé cachée par Jean Dodal, que j’appelle le code point. Je vous en parlerai dans un prochain article. La roue de fortune y figure à la fin dans la version code-point : roue=rota (latin), à l’envers, renouveau => tarot, la fin du cycle, pour un nouveau recommencement.

Concernant l’arcane XVII L’étoile : LE.TOILLE, écrit Dodal. En vieux français oille=brebis. Il s’agirait donc de l’étoile du berger, Vénus, et cette interprétation est appuyée par la présence de la belle sur l’arcane! Le symbole de Vénus est aussi présent sur les sceptres de l’empereur et l’impératrice. Tant qu’on est sur oille = brebis, savez-vous comment les curés appelaient leurs fidèles dans l’ancien temps ? Des ouailles… Des brebis, quoi. Alors il faudrait lire LET OILLE, laisse le fidèle, épargne le fidèle, sauve le croyant…

On continue le délire (dé-lire) des Oisons. Arcane I Le Bateleur devient Le bas te leurre. Arcane XX Le Jugement devient : le juge ment. Je note que dans cette version initiatique, la balance de l’arcane l’arcane VIII La Justice penche un peu, mentirait-elle donc, elle aussi ?!

Soleil ou seul œil

Arcane XVIIII Le Soleil : le sol œil ou le seul œil ?! Le sol donne la clé, comme en musique, la clé de sol. Alors doit-on comprendre que le sol est un œil ou que l’œil du soleil est unique ? En patois vendéen, on prononce œil comme « eil ». Ce qui se rapproche du mot anglais eye. Détail signifiant : il manque justement un œil au personnage de droite… 

L’œil soleil, j’adore. Imaginez que le soleil soit un trou par lequel on peut voir l’Esprit du créateur… De même que nos yeux laissent passer la lumière intérieure produite par le cerveau, de même le Seul Œil laisse passer la lumière aveuglante du Créateur de toutes choses… (ou juste de notre système solaire ?) La Bible répète que l’on ne peut regarder Dieu en face tant il est éblouissant… comme le Seul Œil !!

L’être ange

Le tarot de Jean Dodal, daté de 1701, est un des plus anciens tarots dits de Marseille, bien qu’ayant été imprimé à Lyon.

On suppose que son tarot était destiné à l’exportation, en se fondant sur l’inscription « F•P•LE•TRANGE♦» présente sur les arcanes XI et XXI, ainsi que l’inscription « F•P•LE•TRENGE♦» sur cinq arcanes dites « mineures ». Ce qui signifierait « FAICT POUR L’ÉTRANGER ». C’est l’avis des spécialistes. Et ça rassure les esprits rationnels. Mais ça m’a titillé. Chaque détail a son importance et le tarot est un jeu initiatique. J’ai été frappée aussi par le nombre de fautes d’orthographe grossières dans ce tarot particulier. Et si ces fautes n’en étaient pas ?

Pourquoi Dodal s’est-il donné la peine de mentionner sur autant de cartes que ce jeu est destiné à l’exportation ? Cette insistance signifie peut-être tout autre chose… Un langage codé, par exemple. La signature de Jean Dodal se présente ainsi : « FAICT A LYON P IEAN DODAL ». Et manifestement ce P signifie PAR. En s’en inspirant, on peut très bien lire l’autre inscription : « FAICT PAR L’ÉTRANGE ». Ce qui indiquerait aux initiés que ce jeu est à leur usage et contient des secrets initiatiques… Pourquoi ? Lisez plutôt la suite.

Ne rien négliger, tout remarquer, et tenter de tout comprendre. Les images du tarot de Marseille, leur graphisme et leurs couleurs renvoient ouvertement à l’art du vitrail des églises et des cathédrales. Et ces compagnons bâtisseurs de cathédrales se nommaient entre eux « les estrangers ». « L’ingénieur et les compagnons œuvraient ensemble, unis par le particularisme leur permettant de se dire partout « les estrangers » ou encore « les horsains » (source)« les secrets des batisseurs » de Maurice Vieux 

Le tarot aurait été donc fait par un estranger ET pour les estrangers! Le tarot Dodal cachant des connaissances et des symboles compagnonniques, il est fait par et pour l’étranger, ou l’initié. C’est à dire à l’usage des initiés, les compagnons estrangers.

L’homme s’est toujours servi de codes, dialectes, jargons ou messages cryptés pour ne pas être compris par n’importe qui. Certains utilisent la langue des oisons, qui consiste à donner un second sens aux mots ou aux phrases, par un jeu de sonorités ou par des jeux de mots, tel l’étrange être ange. Je soupçonne Jean Dodal de s’être livré à cet exercice. Du coup, l’analyse de ses arcanes devient un passionnant jeu de piste, où les triomphes sont autant de cartes au trésor. Un trésor de connaissance, qui vaut cent fois mieux que l’or ou les joyaux.

Les découvertes de Xavier sur Platon sont phénoménales, je vous recommande d’étudier ça de tout près. Il y a beaucoup à apprendre avec les textes de Platon, qui a retranscrit des savoirs sans les avoir compris. D’ailleurs, si le soleil est un trou par lequel passe la lumière du créateur, nous sommes bien à son image, en vertu du principe de la chambre noire… tout comme le décrit Platon ! Bref, les tarologues ont ici un fameux programme de recherches !

Dans un prochain article, Le code secret du Dodal, je continue le dé-cart-icage.humour

 

Il y a plus de vérité dans l’univers que dans tous les livres des hommes.
Will I Am Shakespeare