Merci les Loups

 

Juste un mot en forme de bonjour, en guise de merci. Vous m’avez donné un tel bonheur ! Voir à quel point certains ont fusionné avec leurs guides intérieurs : celles et ceux qui nous enseignent de là-haut, nuit après nuit, depuis l’enfance. Et dans d’autres vies. Ces Veilleurs ne sont pas seulement là pour scruter les étoiles. Ils veillent sur toi comme sur moi, sur les vieux, les jeunes, les enfants, sur les bons comme sur les méchants.

 

Vous avez bien plané

Vous avez volé à tire d’ailes, rameutant l’espace avec vos bras. Vous avez traversé les étoiles, les planètes, les quasars et les comètes. Vous avez visité le passé, l’éther, l’instant, l’éternité. L’aventure continue pour vous dans un espace réservé. Ce lieu de rencontre entre vétérans ne remplace pas l’organisation de vols groupés, ces fameux vols astraux contrôlés. l’expérience des Loups Volants reprendra, je m’y engage. Mais j’ai besoin d’un break de plusieurs semaines.

Je suis épuisé. J’ai connu ces jours derniers plusieurs alertes sur le plan santé. Rien d’étonnant. Pour vous permettre d’atteindre les sommets astraux que vous avez fréquentés, il m’a fallu envoyer une grande quantité d’énergie. Et ce qui vous a aidé m’a manqué, car je suis bien vieux. Mon énergie reviendra, elle en prend le chemin, mais la prudence élémentaire m’incite à mettre la pédale douce.

 

J’ai bien morflé

C’est pourquoi j’ai confié à deux lieutenants, auteurs de cette initiative, la responsabilité de cette suite. Ce club privé pour les explorateurs de l’astral que vous êtes ne fait pas partie du cycle des Loups Volants. Il est clos pour l’instant, et ce nouveau rendez-vous, pour sympathique qu’il soit, ne le fait pas renaître. Je souhaite m’en tenir à l’écart.

Voyez ce que vous pouvez découvrir sans moi : deux lieutenants, des Loups Volants expérimentés, vont prendre le relai. Je suis bien clair, il ne s’agit pas de vol astral comme lors des sessions que j’anime. Cette expérience est différente : c’est un prolongement, un after. Inutile de me chercher, je n’en suis pas. J’ai besoin d’un break. Un Loup s’en est inquiété. Il se faisait du souci pour moi. Voici ma réponse :

 

Le bus astral

Rassure-toi, je vais tout à fait bien. Il semble que j’aie récupéré, enfin. Les trois cycles des Loups Volants m’ont complètement rétamé. Pour faire voyager toute la meute en astral, ça m’a bouffé une énergie folle : trente fois plus que les années précédentes. Et je ne m’y attendais pas du tout. Je ne sais pas si tu as participé au cycle des astral volants qui se passait dans un bus ? Je crois que c’était en 2021. Chaque loup/louve se trouvait allongé à plat-ventre sur un matelas anatomique que j’avais pompé à Hergé dans On a marché sur la lune.

Pourtant je n’ai pas repris sa fusée lunaire, nous n’allions pas sur la lune. Enfin pas tout le temps. Pas toutes les nuits. L’image d’un bus astral s’est imposée à moi. J’ai expliqué ça à la meute et j’ai été surpris de la vitesse et de la facilité avec laquelle tout le monde a accepté l’idée. Bien sûr, le bus en question n’existait pas vraiment. C’était juste une traque très pratique. Elle a parfaitement fonctionné.

 



Avec ce bus, tout a été beaucoup plus facile. Cette astuce m’a permis de gérer le groupe comme s’il s’agissait d’une seule personne. Tous les volants restaient à l’intérieur de mon aura. Je les baladais où je voulais, je savais exactement tout ce qui se passait. Le décryptage était immédiat puisque je connaissais d’avance toute l’histoire. De plus, l’énergie que je devais insuffler pour vous permettre d’atteindre l’astral était bien plus faible : je n’avais qu’un seul bus à faire décoller.

 

Trente fois plus dur

Pourtant c’était trop directif à mon goût. Je voulais essayer autre chose. En janvier dernier, lors du premier cycle des Loups Volants 2023, je vous ai laissés libres d’errer à votre guise. Et on peut dire que vous vous êtes éparpillés, bande de petits salopards !je rigole, bien sûr

Du coup, au 2e cycle, j’ai inventé les cinq lieutenants. Tu étais du nombre. Vous étiez censé maintenir vos loups ensemble. Comme ça, je n’aurais eu que cinq aventures différentes à contrôler. Et pour vous maintenir en astral, la dépense d’énergie aurait été plus supportable.

Tu parles, Charles ! Foirade intégrale. Non seulement chaque loup a continué son explo perso, mais 3 lieutenants sur 5 ont totalement oublié qu’ils avaient charge d’une mini-meute. Ils ont vécu leur aventure perso. Ce qui a donné une trentaine d’aventures différentes à suivre et à mémoriser. Trente fois plus d’énergie dépensée que dans le bus spatial.

Au dernier cycle, en mars, même toi tu as décroché de ton rôle. Au mieux, dans un rêve sur deux ou trois, te souvenais-tu d’un groupe avec toi. Mais jamais plus de quatre gugusses… Je ne t’en fais pas le reproche, non plus qu’aux autres. Difficile de se souvenir du Rêve, plus dur encore de le contrôler.

 

Gémeaux

Mais c’était trop pour moi. Cette folle dépense d’énergie m’a miné. J’ai fait un deuxième AVC la semaine dernière, moins grave que celui de juillet où j’ai bien cru que mon heure était venue. Couche après couche, ça fout les boules. Même si je suis plus jeune que j’en ai l’air, mon corps a l’âge de ses artères. Ce genre d’alerte me rappelle que je ne suis pas immortel. J’aime raconter que mon père est mort à 96 ans, et ma mère à 101 ans. Sa mère à 97 ans. Sa grand-mère à 95 ans. Belle longévité dans ma famille. Ils vivent tous vieux, sauf mon grand-père paternel, décédé à 74 ans.

Et ça me travaille. Je mentirais si je disais le contraire. Le 21 mai prochain, premier jour des Gémeaux, j’aurai 74 ans.

 

 

Je me demande si l’instinct n’est pas une forme accomplie d’intelligence.
Nicolas Hulot