L’adieu aux Loups

 

On vit une fabuleuse aventure. Cheminant tous ensemble, nous volons, plongeons, explorons des lieux ahurissants. La porte est ouverte, qu’elle le reste ne tient qu’à toi. La clé, c’est aimer. Le souvenir du Rêve t’accompagne tant que tu y crois. Oui, continue, ne t’arrête pas. Un dernier mot pour les Loups : lisez ce texte. Que de chemin depuis ! Lisez celui qui suit.

 

Mintoah
Toujours pas de souvenir. Aucun n’atteint la surface. Je cherche mes rêves le matin. Pourquoi j’étais dans l’amphi et pas le lendemain ?
Tu y es chaque nuit. Seul le souvenir te manque. Économise ton énergie, mobilise l’intention. Écoute ton ventre au lieu de ta tête

Comment font-ils pour nous voir alors que nous sommes en astral ?
Ils y sont chez eux… C’est la « réalité » qui est bidon. Seul existe l’astral.

 

Aymeric
Je passe mon temps sur Avalon. Les magiciennes sont accueillantes, envoûtantes. Encore merci pour cette belle aventure et tout ton travail.
L’aventure est aussi pour moi. Et le travail est surtout pour vous.

On n’a jamais dit que ce serait facile. Mais  on a été super loin dans l’autre réalité. Je n’ai jamais eu autant de souvenirs les années précédentes. 
Practice makes perfect, disent les British. Tu es un vieux loup plein d’expérience. Moi aussi, je m’améliore d’année en année.

Il y a eu beaucoup d’énergie mobilisée, ça revient quand on est prêt à l’accepter. Je tarde d’en savoir d’avantage sur l’autre histoire de l’homme. J’avance à petit pas et c’est déjà grandiose, ça me permet de continuer à faire ce pourquoi je suis venu ici. Quelle expérience !!! Ça rend la vie plus belle.
Vous aussi, vous rendez ma vie plus belle. On se sent moins insignifiants qu’on nous le fait croire. Sans ego, la confiance en soi s’installe. Elle chasse le stress, l’angoisse, le speed…

J’ai continué mon exploration d’Avalon. Je me rappelle de ces collines et ces vallées, je me suis baigné dans des sources d’eau chaude, j’ai appris à régénérer mon corps. Ça m’a fait penser au Japon.
Tout ce que tu fais à ton corps astral rejaillit sur le corps physique. Profitons à fond du printemps qui vient.

Je repense à toute cette aventure, c’est énorme. Je me sens bien en Avalon. Peut-on y rester là bas après cette vie ?
Les anciens le croyaient. On verra bien quand on sera mort. Croire sans y croire
 
Comment avons nous réussi à passer d’une ambiance guerrière à un rêve plus paisible au sein d’Hyperborée ?
On se bagarrait contre nous-mêmes, contre nos frustrations. Et puis les reptiliens nous ont ouvert la porte du souvenir. Et de la sérénité.
 
 
 
 

 

Virginie
Cette nuit je rentrais chez moi à vélo (dans le village de mon enfance) avec 2 autres personnes. La route était une grande allée d’herbe et de petites fleurs blanches. C’était en pleine journée.
Tu n’es pas à vélo. Les fleurs blanches sont des étoiles. Tu es dans l’espace illuminé par elles comme en pleine journée. Tu files vers le cœur de la Voie Lactée. La suite du rêve devient plus claire :
Comment te décrire le ciel magnifique ! D’abord j’ai vu des morceaux d’avions gigantesques mais c’était d’énormes vaisseaux entremêlés avec la voie lactée. Le ciel était noir, améthyste avec des filets d’or.
Là tu n’as plus d’habillage. Merci de nous partager un tel spectacle.

Nous avons fait connaissance avec différents êtres issus d’anciennes civilisations et d’autres planètes.
Maintenant le travail commence : se souvenir de ce qu’ils nous ont appris. Ils nous enseignent toutes les nuits depuis la naissance jusqu’à la mort.

Beaucoup de Loups ont décrit un amphithéâtre dans lequel nous recevons un enseignement. Te souviens-tu de leurs paroles ? Quel est le message dans tout ça ?
Les paroles sont vaines. Elles viennent du mental, de l’ego. Ce qu’ils nous montrent, voilà ce qui compte. Tu t’en souviens, ce qui manque va te revenir.

 

Cédric
C’était passionnant et intense ces échanges. Ils prennent une cohésion nouvelle et plus forte. Le recul va encore nous apporter des surprises. Énormes mercis !
Seul le Rêve est vrai. La « réalité » est une fiction assez peu crédible, si tu la regardes bien.

Bagarre de super-héros. Il y en a un plus puissant qui est visé par un missile. Il s’envole pour attraper le missile avec les bras. Il l’arrête net au ras du sol. Tout le monde retient son souffle. Pas d’explosion, c’est réussi.
En astral, il n’y a que des super-héros. Nous y compris. Le missile appartient à ce monde dit réel. Regarde comment le super super-héros traite ce missile. Comme si c’était du vent. C’en est. C’est juste du vent…

On avance par bonds. Nous sommes sur une falaise. Je saute dans le vide, je vole. Quel plaisir, la sensation du vent. Je prends le temps d’apprécier le vol.
Oui, quel plaisir de voler ! Dans les seventies, en découvrant l’acide, des tas de jeunes se sont défenestrés. Ils étaient sûrs de pouvoir voler. Ils sont morts dans cette réalité fictive. Mais ils planent encore, ailleurs, au-delà. Voilà ce que je crois ce soir.

Cette nuit, je me suis retrouvé dans la peau d’une petite fille en haillons, dans une grande ville. Londres des années 1800. Je rentre chez moi. J’ai besoin d’argent pour ma famille. Une pièce jaune par terre. J’en trouve une autre, encore une autre. D’or et d’argent. Plus besoin de mendier. Je suis remplie de gratitude.
Début de ressouvenir d’une vie antérieure. Ou parallèle ? Voir plus loin…

 

 

Cédric, la suite
Vies antérieures ? Est-il possible d’aller ailleurs ? Dans un monde parallèle ?
J’ai retrouvé plus de 20 vies antérieures. Maintenant je sais qu’on ne vit qu’une fois. Mais on vit plusieurs vies en même temps. Nos nuits sont pleines de nos vies parallèles. Certains d’entre vous commencent à en retrouver. Et toi aussi.
Parfois ce sont des sensations sans images. Ou des images beaucoup plus nettes que la réalité. Je me souviens du visage d’un chauffeur avec plus de précision et de netteté que l’ordinateur sous mes yeux. Beaucoup plus précis qu’un souvenir.
Ce que nous appelons la réalité est bidon. Un rêve. Et nos vies parallèles, des rêves aussi. Notre travail, ce pourquoi nous sommes ici, consiste à retrouver notre vrai moi. On l’appelle parfois le double. C’est vraiment nous. On le retrouve en astral jusqu’à ce qu’il s’incarne. C’est l’éveil.

Un guerrier traite le monde comme un mystère infini, et ce que les gens font comme une folie sans bornes. (Carlos Castaneda)

 

Merci pour toute cette belle énergie que tu nous transmets. J’espère que tu en reçois autant en retour.
Oui, largement. J’ai fait mienne la devise du Québec : Je me souviens.

Kevin
Sur l’eau –ou juste sous la surface– on fait la course à vive allure. Des tentacules m’agrippent. Au début je panique. Et puis je réalise que ce sont nos montures. Un coureur fait un bisou sur la tête de son poulpe en remerciement. Il est tout contents. Ensuite les poulpes nous saluent et s’en vont.
Les tentacules sont un serpent jaune orangé. Va voir les rêves d’Odette et d’Élise. Il communique en nous touchant, en nous caressant. Amour et tendresse. Tout ce qui vit parle la langue du cœur. Sauf les humains de cette planète, dans ce foutu jeu de simulation où nous sommes scotchés.

Une ambiance futuriste high tech comme dans la série The Peripheral. Quelques personnes avec moi dans une pièce métallique, lumières jaune orangé, diffuses. Une dame de haut rang, à l’allure bizarre dans une armure, nous fait la leçon. Littéralement.
L’armure en question c’est sa carapace. Cette dame est une princesse ninjapardon, j’ai pas pu m’en empêcher de la famille des tortues.

Elle nous entraîne au combat, mais elle est trop forte. Elle nous tue, on revit à chaque fois. Je dis à une amie : « ça va leur coûter cher en énergie ! » On l’attaque cent fois, même à plusieurs. Rien à faire, elle est trop balèze. Elle nous dit plein de choses importantes… que j’ai oubliées.
Il n’y a pas de mots, juste des actes. Ce qu’on fait, ce qu’on nous montre. La princesse ferme sa gueule. Ils se taisent tous. Mais notre cerveau ne conçoit pas d’échanges sans paroles. Habillage. Je n’y échappe pas : j’ai écrit deux mille articles depuis 2008.

 

Quentin
Vol libre dans une armure métallique ou exosquelette. On fait des tests à plusieurs jusqu’à trouver une grosse guêpe qui vient s’installer sur l’armure et fusionne avec le cou par ses pattes avant. Le résultat est un homme guêpe en armure qui fend la bise. J’ai testé, c’est un régal. Ensuite est question de sensations tactiles et odorantes diffusées par un ordinateur… censurées par un conseil de voisinage qui les trouvent gênantes et immorales. Ah bon !
Communication non verbale. L’armure métallique est une carapace.voir plus haut Tu as fusionné avec une reptilienne. Tous les détails de cette fusion te reviendront. Un multivers de sensations émises par la princesse. Visuelle, tactile, olfactive, sensuelle, sa mémoire a plusieurs milliards d’années. Ton Conseil de voisinage : notre société rejette tout ça. Danger du plaisir, dégoût de la jouissance, dictature du mental, de la raison, des mots…

 

Odette
J’ai rêvé de gigantesques vaisseaux traversant le ciel, d’êtres puissants devant lesquels on devait s’agenouiller.
Les gigantesques vaisseaux se retrouvent dans le rêve de Virginie. On ne doit s’agenouiller devant personne. Et sûrement pas devant eux. Ils nous élèvent, ils ne veulent pas qu’on se rabaisse.
Ma prof est étrange, des longs poils sur les bras (des écailles?) elle me rebute et m’attire. Elle me dit qu’on les cherche à l’extérieur quand ils sont déjà en nous. Ils choisissent avec qui partager leur savoir.
C’est une reptilienne. Une princesse.
Un grand serpent jaune me suit. Il me fait peur, d’abord je le fuis. Puis il ne reste que sa peau.
Sa peau sur la tienne, et ce n’est pas désagréable. Va voir le rêve d’Élise…

 

 

Elise
Je suis en montagne près d’un lac. J’entre dans l’eau. De petits poissons se collent à moi. Je suis en même temps sous l’eau, en l’air, et entre les deux. Très étrange. Mais si agréable. Un grand poisson orange s’accroche à ma taille. D’abord j’ai peur, puis une grande plénitude m’envahit, une lumière intérieure pleine de force. Il vient dans mon cou comme un chat qui me câline. Sensation très agréable. Plénitude, calme, émerveillement. Depuis ce rêve, je sens encore ce poisson qui me câline. Une grande paix en moi, un sentiment de vide heureux.
Odette a fait la même rencontre, elle lui donne son vrai nom : un serpent. Elle n’a pas trop aimé. Tu donnes la vraie sensation : douceur, sensualité, plénitude intérieure. C’est ainsi qu’ils nous enseignent.

 

Daniel
Bizarrement ,je n’éprouve aucune répulsion ou crainte envers les serpents mais j’ai du mal à les accepter en tant qu’êtres supérieurs! Toi qui a des souvenirs d’astral depuis longtemps, peux-tu aiguiller le choix de l’enseignement, leur poser des questions ?
Non, ils nous transmettent ce qu’ils veulent. Ça ne passe pas par les mots. Voir plus haut.
D’où leur viennent ces connaissances ? Te rappelles-tu de tout ou d’une infime partie ?
Leur civilisation a plusieurs milliards d’années. J’ai beaucoup de souvenirs, mais infiniment moins qu’eux !
Tu voulais savoir comment échapper au bec de l’Aigle, quelle est leur position là-dessus ?
Ce que je sais,  ils n’ont aucune religion. Ils ne croient pas en dieu à notre façon, mais ils respectent leurs supérieurs.
Ils ne font rien pour rien. À quoi leur sert de nous enseigner ? Veulent-ils qu’on les adore ?
C’est leur vie. Nous sommes leurs enfants. À quoi nous sert d’enseigner nos enfants ? Le faisons-nous pour qu’ils nous adorent ?

 

 

 

L’homme de l’avenir est celui qui aura la mémoire la plus longue.
Friedrich Nietzsche