Le pont du Rêve

 

Privilège du grand âge, j’ai la vue basse, je suis dingue et sourdingue, je perd l’odorat et le goût, j’ai mal partout, les dents pourries, le cheveu rare, du bide, les jambes grêles et le dos voûté. Voyez l’arcane IX l’Ermite. C’est tout moi. Sauf que je vais vers l’avenir. Vers le tombeau ? Ranafout ! Je passe le plus clair du non-temps en astral, où j’ai l’œil perçant, un nez de parfumeur, le goût affiné, une peau de bébé, un corps d’éphèbe.

 

Un monde parfait

En astral je comprends tout, je sais tout, j’aime tout, rien ne me fatigue, tout m’amuse et quelque soit le sujet, j’y excelle à la perfection sans la moindre notion de la chose en question. Privilège de l’éveil. Quand on a la déveine d’avoir connu l’éveil sur le tard, croyez-vous qu’on regrette sa jeunesse turbulente ? Sa maturité pré-adolescente ? Les poux et les lentes ? Les amours absentes ? Les fées qu’on invente ? L’espoir après-vente ? Les folies tentantes ? Les joies innocentes ? Les nuits indécentes ? Les soirées qui chantent ? Les cœurs qu’on enchante ? La faille et la pente ? La taille et la fente ? La paille et la menthe ? La maille et la rente ? Les nuits sous la tente ? La vie dans l’attente ?

Rien du tout ! Pensez-vous. Je suis trop occupé à chérir le présent. Sérénité communicative, le vol astral me paye de tous les emmerdes. Et là, miracle, le Rêve Global entre en scène. Tous les Loups vivent ce Rêve Global et y participent activement. Une majorité ne se souvient de rien … pour l’instant ! Certaines scènes, certaines aventures, certaines découvertes sont trop, vraiment trop. Pourquoi tous les Loups ne peuvent pas s’en souvenir ? Parce que ça dépasse de très loin ce qu’ils peuvent encaisser dans l’immédiat. Dès qu’ils auront progressé dans la connaissance d’eux-mêmes, les souvenirs vont affluer. Et les Loups seront au pays des Merveilles.

Où peut-on progresser dans cette voie ? En astral.

 

Chaque nuit guérit

Rien ne se perd. Rien ne se déforme. Tout se transforme. La vie vous informe. Tôt ou tard, le moment viendra. Les souvenirs vont émerger. Grande sera l’émotion, je vous le dis, tant le vécu des Loups dépasse les limites du concevable. Outrepasse l’acceptable. Tout y est délirant. Fidèle à ma coutume, je laisse les Loups conter leur souvenirs du Rêve global. Ceux qui ne se souviennent de rien y trouveront peut-être un déclencheur de mémoire dormante.

Ceux qui n’ont que des rêves personnels comprendront peut-être que sans l’action incessante de la meute, l’exploration de leur inconscient n’aurait pas lieu. Chaque nuit, chaque Loup progresse vers le centre de lui-même. Chaque nuit il s’allège d’un nouveau fardeau qu’il trimballait depuis longtemps. Finalement, finalement, la découverte de ta grandeur intérieure ne vaut-elle pas mieux qu’une aventure, aussi passionnante soit-elle ? Il n’y a pas de plus grand amour que celui qu’on se voue à soi-même, sans égoïsme, sans orgueil, juste avec une infinie reconnaissance à ceou ceux ? qui nous permettent de vivre cet éveil astral et collectif…

 

Final Fantasy

J’ai lu ton article de ce matin10 janvier dernier et c’est vrai que même quand je ne me souviens pas de mes rêves je me sens très bien en me réveillant aussi 🙂
Et les armures à la « Final Fantasy » ça me rappelle mon rêve Tempête du Désert, comme tu l’avais appelé, avec la bataille contre le géant : je revois bien Noémie qui portait le même genre d’armure que ce qui est décrit dans ton article de ce matin ! Et le coup des voyageurs clandestins ! Presque 100 ! C’est pour ça aussi que tu avais besoin de 5 lieutenants ?
 
Oui c’est pour ça. Cinq auxiliaires fringants. Pour un vieux, une centaine de vagabonds des limbes, c’est comme lancer une vieille dame indignece paragraphe est dédié aux titres de roman – ciné – bd. Amusez-vous à les découvrir dans une charge héroïque. Je ne veux pas jouer le vieil homme et l’amer, mais la chevauchée fantastique au pays des merveilles, c’est dur quand on a cinq fois l’âge de Peter Pan.Par l’ami Régis Loisel, 6 tomes, éditions Vents d’Ouest
 
« Nous survolons, tel un tapis volant, la surface d’une planète-relais et recherchons des artefacts laissés par les Atlantes. Ils sont cachés mais apparemment nous les avons trouvés. Ce sont des balles de la taille d’une balle de golf — plusieurs nuances de tons bleus, verts, jaunes — des graines de vies pour ensemencer cette planète… ou d’autres ? Elles servent à inséminer la vie. C’est bien clair comme souvenir. »
 
 
 
 

Sous le grand vaisseau

« Ce matin la vision fugace … d’un grand vaisseau « spatial » ou le groupe était situé au dessous de lui. Nous étions dans l’espace ? »

Oui mon Loup, un très grand vaisseau, de la taille de l’univers. Voire davantage. Un grand merci à toi et à cet autre Loup dans le témoignage qui suit, tout à fait juste et très émouvant.

« Ce qui me revient au départ, c’est la vision d’un arbre, pas de feuilles, des branches. Un truc énergétique, ou qui contient de l’information, c’est électrique…
Je ne sais pas si c’est l’objet de la scène qui est en train de se dérouler, mais ça à l’air important. Ce qui se déroule, justement, c’est une pure bataille ! On peut dire qu’y a du fight ! On est à couvert, on observe, mais on est pas tous très sereins non plus. Une ambiance de panique, un décor apocalyptique : soleil rouge, pluie acide. Y a des lasers partout, c’est vraiment la guerre, un ange passe ( c’est pas une expression)…trop tard!..je sais pas si c’est Icare, mais là, c’est un lance flamme qui l’a grillé…😨😵

On va bouger parce qu’on va pas être protégés encore bien longtemps. Un gigantesque vaisseau passe lentement au dessus de nous, je ne sais, mais j’ai l’intuition qu’il bat en retraite. Pourtant le truc est énorme. Nous en profitons pour y trouver un passage et monter à bord. Ambiance silencieuse, lumière type led bleue tamisée. Le groupe retrouve un peu de calme, nous sommes silencieux, dessous c’était la panique.
J’essaie de lier connaissance avec le petit groupe, pas évident. Un rapide contact avec un gaillard qui porte un casque ou sorte de heaume, je crois qu’il s’appelle Franck ( y a-t-il un Franck parmi nous?). En fait, j’ai l’impression de ne pouvoir établir le contact qu’avec Noémie. On va discuter un peu à part. Pas dans un coin à quelques mètres, mais à des milliers de kilomètres de là, le temps d’un instant.

Retour à la soute. Tu nous donnes l’info: « Nous sommes dans la soute du vaisseau qui contient nos existences ! » Juste au-dessus de nous, dans ce même vaisseau, c’est notre monde, notre réalité !

Ah, bah merde alors!…😱😰

Déjà pas évident d’apprendre ça, mais en plus j’ai cette intuition qui revient : le vaisseau est en train de se barrer! Avec nos réalités à l’intérieur ! Ça risque de changer la donne, c’est quoi la suite ? 😰🤔🙃

Voilà, voilà… Je peux enfin me tourner dans mon lit. Je me suis senti grimacer à plusieurs reprises, durant mon rêve éveillé, pour maintenir cet état bien particulier.

L’heure qui a suivi mon retour a été un peu compliquée. Je m’explique : j’ai la sensation d’avoir été détecté, avec une tentative –de je ne sais qui ou quoi– d’effacer mon rêve. Je me dis « il ne faut pas que je me rendorme tout de suite. Sinon, ça se trouve, demain j’aurai oublié mon rêve. J’aurai aussi oublié Xavier, les loups, Noémie. Oui, car je sais que le vaisseau bouge et s’éloigne… »

Pour te dire la vérité, au moment où j’écris ces mots, je suis en train de pleurer. »

 

 

Dans le désordre

Vous vivez les bribes du Rêve Global dans le désordre. Certains me racontent trois jours après des bribes du Rêve passé, d’autres six jours plus tard… L’explication est simple : il n’y a pas de temps en astral. Alors, forcément, chaque Loup recueille des souvenirs précis du Rêve quand ils lui sont utiles. Ou acceptables. Votre préoccupation à toutes et à tous, cette année, est l’exploration de vous-mêmes. Et vous y parvenez plutôt bien !

Ces bribes du Rêve coïncident avec vos recherches persos. Je les cite car, bien que personnelles, elles peuvent vous en apprendre aussi sur vous-mêmes : « Décor sec blanc sans aucune végétation, soleil de plomb, un immense plateau entouré de monts pelés nous emprisonne. Une catapulte invisible nous envoie des rochers sur la gueule toutes les 10 secondes on doit être constamment sur nos gardes pour les éviter en cherchant l’issue. Trouvée via une rivière souterraine desséchée qui affleure par endroits. Ouf ! Content de terminer celui-là !! »

Ou encore : « vision furtive d’un peuple en soutanes, environnement clair et désertique…« 

 

L’éveil grâce aux Loups

Force est de constater un grand nombre d’éveillés grâce au Rêve Global. Déjà quatre Loups ont vécu des montées de kundalini qui se sont soldées par l’éveil. S’éveiller pendant son sommeil ! Chers amis Loups, vous rendez possible même l’impossible. Vos réussites me submergent de joie. Je suis devenu le Loup larmoyant. Mais ce sont des larmes de bonheur.

Il y a un très grand nombre de rêves personnels, sur lesquels au début je ne voulais pas me prononcer. « Toujours dans les bribes filtrées. Les réveils sont doux mais la mémoire est floue. »

Contrairement à ce que je croyais lors des tout premiers vols, ces rêves intimes ont partie liée avec le Rêve Global. Sans le collectif des Loups, vous n’auriez pas autant de facilités pour vous explorer en profondeur, comme vous le faites quasiment tous.  Aidés par l’amour et l’énergie puissante de la Meute, chacune / chacun de vous y puise le carburant qui leur permet de s’explorer à la recherche de l’éveil.

« Parfois je me réveille à 3:00 avec beaucoup d’énergie. Une fois je me suis fait réveillé dans ces heures-là par un grand bruit de l’astral: un grand BANG! Beaucoup de parties de moi-même me sont montré dans mes rêves: je m’épure! 🙏 Merci pour tout. »

 

Plus grand que nous

Ce Rêve est Global car il ne concerne pas que nous. Partout sur Terre (et ailleurs ?) ce Rêve est partagé, agrandi, approfondi par des dizaines (centaines? milliers? millions?) d’explorateurs de l’inconnu qui lui arrachent, nuit après nuit, des lambeaux de connaissance inédite.

Plus ce pauvre monde tombe en déliquescence et sombre dans le grand n’importe quoi, plus les éveillés diffusent la claire lumière de la connaissance, au-delà du savoir, bien au-delà.

 

 

Quiconque a entendu les cris d’un animal qu’on tue ne peut plus jamais manger de sa chair.
Confucius