Le calendrier de César

jules-cesar-banquet-mosaique-688po

 

Qui a bousillé l’ancien calendrier, et pour quelles obscures raisons ? Pourquoi le Nouvel An est-il en hiver ? Rendons à César ce qui est à César, et au pape Grégoire ce qui lui revient de plein droit : ils ont brisé la dynamique de l’année antique.

Qui nous rendra le calendrier naturel des anciens Tuatha ?

 

Primitif, c’est chic

D’aucuns jugent que des mots comme primaire ou primitif peuvent exprimer du mépris. Pourtant, le meilleur, c’est souvent le début. Une première, c’est le top, le prime time, le top aussi. Etre le premier, ça le fait. Le printemps n’est-il pas la meilleure saison ?

Printemps, premier temps.  En Italien Prima Vera, qu’on retrouve chez nous dans la primevère, première fleur du printemps. La ronde des saisons est une métaphore de la vie : enfance, jeunesse, maturité, vieillesse. Mais c’est le printemps qu’on préfère.

On pourrait continuer sur ce mode et ça ne vous étonnerait pas plus que ça. Tellement on est habitué à l’absurde, on finit par trouver ça normal. Vous ne voyez pas ? Attention, relisez bien, il y a un piège… 

Le jour de l’an ne fait pas le printemps ! Quand on admet que le printemps est la première saison, on oublie illico la date de la saint Sylvestre. Le mois de janvier, c’est le printemps peut-être ? Bé non, c’est l’hiver. Pourtant le début de l’année, c’est bien le printemps, comme son nom l’indique.

 

vercingetorix-cesar-688po

 

A la recherche du temps perdu

Voici la clé du mystère. Jadis, à Rome, l’année commençait en mars. La preuve, septembre veut dire septième, mais il est aujourd’hui notre neuvième mois.

Et octobre, huitième, est notre dixième mois. Novembre, neuf, notre onzième mois. Décembre, dix, est l’actuel douzième mois.

D’où janvier, onze, et février, douze. Février, dernier mois de l’année romaine, est plus court que les autres, pour faire le compte des 365 jours, et on lui ajoute un jour tous les quatre ans pour récupérer le tiers de jour qui manque chaque année.

Donc l’année d’antan commençait le 1er mars. L’éveil de la nature, l’orée de la vie, c’était le plus naturel pour débuter l’année. Tout aurait pu continuer ainsi, sans Jules César et son coup de folie. 

En -46, Jules César donne à l’année 365 jours et 12 mois. Il la fait débuter le 1er janvier et prévoit des années bissextiles.

 

pape-gregoire-xiii-200poPuis à la Renaissance, le pape Grégoire XIII modifie deux-trois bricoles, mais garde le jour de l’an au 1er janvier. C’est donc à César et à Grégoire que nous devons l’ineptie de commencer l’année en plein hiver. Avec quatre noms de mois qui sont faux… Et une question qui me brûle les lèvres : pourquoi a-t-on attendu si longtemps ? La rectification que le pape Grégoire a voulu introduire dans le calendrier romain est un détail, certes, mais les calculs auraient pu être faits plus vite. Plus de quinze siècles se sont écoulés entre César et Grégoire, deux fois plus de temps qu’il n’en faut…

 

Certains auteurs, comme le Russe Fomenko, ont levé ce fameux lièvre : selon lui, il y a sept siècles en trop dans notre histoire. Et le Moyen Age n’a jamais existé

 

Le Diable berné

A propos de temps perdu, on raconte que le Diable avait passé un pacte avec un chrétien, comme c’était la coutume au Moyen-Age. L’homme lui avait demandé la fortune et s’était engagé, en échange, à lui céder son âme le 5 octobre 1582, et nul autre jour.

Au jour dit, quand le Diable se présenta chez le chrétien pour encaisser son dû,  le prétendu damné lui répondit : « Erreur, Messire Satan ! Demandez plutôt à ces frères, qui ont fait voeu de toujours dire la vérité » et les frères lais répondirent au Prince des Ténèbres : 

« Ce jour d’hui n’est point le 5 mais le 15 octobre de l’an de grâceon peut le dire ! 1582, par décision de sa sainteté Grégoire XIII qui vient de réformer le calendrier julien. »

C’était vrai. Le calendrier venait de sauter dix jours pour remettre en place l’équinoxe de printemps, malmenée par Jules César. Une fois encore, le Diable en fut pour ses frais. (source)Robert Charroux, Histoire inconnue des hommes

La chose est habituelle dans les contes médiévaux, Satan est sans cesse berné par les hommes. Sans doute parce qu’il n’est pas un si mauvais diable…

 

Mars attaque

Alors, me direz-vous, pourquoi donc a-t-il fallu absolument décaler le nouvel an au 1er janvier ? Vous savez que je ne suis pas complotiste, parce que les secrets les plus énormes n’ont pas besoin de complot pour être rejetés en bloc par les braves gens. L’auto-censure est toujours plus forte que la censure. Ici pourtant, on dirait bien qu’un petit grain de complot chrétien s’est glissé dans la mécanique quantique…

Mes lecteurs se souviennent peut-être du choc que m’a causé la découverte du rôle véritable joué par un grand oublié dans l’histoire occidentale. Cet oublié de l’occident, c’est Rama, demi-dieu bien connu des Indiens et vénéré par de nombreux Hindous. La légende veut que ce prince charmant devint empereur du plus vaste empire que la terre ait connu, l’Empire de Rama.

 

 

Les textes sacrés de l’Hindouisme décrivent cet Empire en des termes très modernes, évoquant les vimanas ou avions monoplaces, les pushpakas ou avions gros porteurs, des armes terrifiantes, une technologie à laquelle nos protohistoriens ne nous ont guère habitués. Vive l’ouverture d’esprit des universitaires d’Asie ! Et nous, pendant ce temps-là, avons effacé sa mémoire…

Bien connu par certains, oublié par d’autres, quel est cet empereur fantôme ? Je l’ai longuement dépeint, sous son aspect conquérant, charmant, spirituel, social. Et j’ai aussi montré que son nom, son rôle et ses prouesses avaient été sciemment éradiqués de la mémoire européenne. Les chrétiens voulaient imposer leur religion fabriquée, le passé prestigieux de la Celtie et d’Hyperborée devenait trop encombrant, car toujours et partout les anciennes religions font obstacle aux nouvelles.

Son nom a donc été remplacé par d’autres, une foule d’autres noms. Ainsi les Grecs connaissaient Rama sous le nom de Dionysos, tandis que les Romains l’avaient adopté sous le nom de Bacchus, mais aussi sous celui de Mars. Souvenez-vous, c’est le dieu Mars qui enfante une humaine pour générer Romulus et Rémus, fondateurs de Rome.

 

abraham-et-sarah-688po

 

Les Hébreux le connaissent et l’adorent sous le nom de Yahveh, le dieu d’Abram, dont le nom signifie clairement « fils de Ram ». On se souvient que Yahveh-Ram demande à son fils Ab Ram de sacrifier Isaac, selon la coutume des dieux d’avant. Tuer le fils qui demain pourra me faire de l’ombre, pensaient-ils. 

Mars était un dieu si important pour les Romains qu’ils lui avaient dédié le premier mois de l’année, l’éveil du printemps. Oui, mais comme Mars était Rama, et qu’il fallait éradiquer Rama de la mémoire chrétienne, impossible de conserver Mars comme premier mois de l’année. D’autre part, il était impératif de christianiser la fête de Lugh ou fête des Lumières, au solstice d’hiver, pour les mêmes raisons. D’où la fête de Noël et le réveillon du 31 décembre. 

Du coup, j’ai l’impression que le changement de jour de l’an attribué à César serait plutôt le fait de Grégoire XIII… Mes amis, quel sac de noeuds ! C’est à gerber.

 

Il existe d’autres mondes au-dedans de celui-ci. La frontière est intérieure et le temps s’arrête ici.
Stef Kervor