Tarot, arcanes XVII à XVIIII

tarot-etoile-lune-soleil-rochefort-688po

 

Le Tarot de l’Eveil groupe les ultimes arcanes majeurs, du XVI au XXI, ainsi que l’arcane sans nombre, le Mat, qui signifie le Fou. Après le premier plongeon dans la lumière blanche à l’arcane XVI la Maison-Dieu, le chemin de lumière attend nos pas.

L’éveil désigne cette connexion en haut débit avec l’Energie Universelle. C’est juste le permis de conduire dans les mondes de l’Esprit. Son titulaire ne sait pas encore conduire, seule la pratique à venir lui donnera cette maîtrise.

Cette phase de branchement cosmique est une délectation sans pareille. A force d’épreuves et de victoires, le futur éveillé peut enfin poser sa valise. Voici l’étape. Le but. La lumière blanche lui a roussi les poils, il a connu l’ineffable clarté, voici qu’il se prend pour Bouddha. Notre candidat se croit éveillé : c’est alors que le sommeil le guette.

A ce stade, il ne sait pas encore que l’éveil n’est pas gagné une fois pour toute. « L’éveil n’est pas un phénomène dont on puisse dire : c’est ceci, ou c’est cela. Impossible de dire aussi : Untel est éveillé tel autre ne l’est pas » (source)Lama Gelugpa Etre éveillé, c’est comme rouler à 300 km/h : au début, on se contente de faire des pointes de vitesse. C’est ainsi,  Maison-Dieu ou pas, la fontanelle ouvre à ses heures.

 

Rien n’est jamais acquis à l’homme ni sa force / Ni sa faiblesse ni son coeur et quand il croit / Ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix / Sa vie est un étrange et douloureux divorce. (Louis Aragon)

 

On n’est pas relié à plein-temps. Il faut apprendre. « A seize ans, j’ai fait ma première sortie de corps. C’était en 1965, j’étais un ado comme les autres, je ne prenais ni drogue, ni alcool. Je n’avais pas non plus la moindre idée de l’éveil. Vacances de Pâques en Bretagne, je jardinais. Soudain je sentis le manche de ma bêche s ‘allonger, s’allonger sans fin. Je me sentis projeté en plein ciel. Je planais à une dizaine de mètres au-dessus du jardin. Bouche bée, je contemplais la mer et les voiles. Les couleurs étaient démultipliées en un prisme infini. Des boules de feu coulaient sur la musique des sphères. En dessous, un curieux bonhomme bêchait son jardin. C’était moi !! Pendant que je planais, mon corps continuait à vivre sans moi, comme si de rien n’était. » (source)

 

sortie-corps-body-outing-688po

 

N’empêche. L’éveil a beau être intermittent, après la Maison-Dieu, l’être se prend un boost pas possible.

Déjà, pendant le Diable, on a une pêche d’enfer. Après la Maison-Dieu, c’est pire.

Enthousiaste, on s’attelle à son premier chantier sacré : un meuble, une maison, un tableau, un livre, un film, une invention quelconque, chacun selon son talent, mais toujours dans le domaine du sacré.

Jadis, à l’arcane XI la Force, l’apprenti traditionnel devait faire son chef d’oeuvre, un bel objet exécuté dans les règles de son art. A l’arcane XVII l’Etoile, le compagnon remet ça. Que dit l’image ? Sous un ciel psychédélique, empli d’étoiles en plein jour blanc, une femme verse de l’eau dans un ruisseau. A quoi bon ? Le ruisseau n’en a pas besoin.

Ne vous y trompez pas : la pureté de l’Etoile lui permet d’agir impeccablement.  « Elle verse son eau dans l’eau du vivant ». (source)Jean-Claude Flornoy Cela signifie qu’il est temps pour toi d’ajouter ta pierre à l’édifice sacré du vivant. Quelle que soit cette pierre, le vivant la respectera. On a souvent comparé l’Etoile au signe du Verseau, l’ère d’Aquarius dans laquelle nous sommes censés entrer.

La femme de l’image représente l’être vrai, ainsi l’exprime sa nudité. Elle est sans artifice, elle n’a plus rien à cacher, son nettoyage du tonal la rend digne de sa tâche sacrée. Ainsi purifiée, elle peut construire son oeuvre sacrée.

On notera qu’à partir du Diable, le sujet est nu. Comme l’enfant qui vient de naître, l’éveil donne à l’être la pureté et l’innocence de la nudité. 

 

ecrevisse-louisianne-cmmwki-200poVient ensuite une longue phase de maturation, un tunnel sombre où s’éveillent les échos de la magie noire. C’est l’arcane XVIII la Lune, les tentations de pouvoir noir, « le côté obscur de la Force » comme disait le Jedi. Deux chiens de chair hurlent à la lune noire. En dessous, un bassin bleu – couleur de l’inconscient – montre une écrevisse. Les crustacés ont un point faible, la mue, qui les rend vulnérables. 

Ils doivent se cacher au fond d’un trou des jours durant. Là ils attendent, toutes pinces dehors, que leur nouvelle carapace durcisse.

 

C’est exactement ce qui arrive à cet arcane. On se cache dans un trou et, la nuit, on hurle à la lune. Rien de grand ne se bâtit sans la patience et la solitude. Notez les perles dans les pinces, et trois autres perles figurant ses yeux et sa bouche. Disposées en triangle, elles évoquent les trois points de la franc-maçonnerie. Quant aux perles dans les pinces, elles expriment l’incapacité à se battre pendant la mue.

Comment se battre quand les perles interdisent l’usage des pinces ? La mue elle-même est visible aux deux couleurs de la carapace.

 

Chaque homme dans sa nuit s’en va vers sa lumière. (Victor Hugo)

 

La longue gestation magique de l’arcane XVIII la Lune  correspond à une phase de construction intérieure qui se traduit par la langueur physique et l’absence d’intensité dans la vie quotidienne.

L’être avisé prend son mal en patience, il attend son heure. Il cultive son sens du timing, affûte ses pouvoirs personnels, qui lui seront bien utiles, tôt ou tard, quand viendra l’arcane suivant, XVIIII le Soleil.

 

tarot-soleil-rochefort-200poIrradiant une très belle qualité d’énergie, cet arcane est très attachant. 

Pour exprimer l’innocence, la nudité ne suffisant plus, l’imagier a choisi de faire rajeunir le sujet. Et c’est bien ce qui s’y passe. La puissance, la lumière et la chaleur du Soleil rayonnent sur l’être et sur son double. Il se reconnaît dans cette autre moitié de lui-même, il découvre la magie solaire et l’art d’être invisible. L’être était passeur, il devient passant. Son aura rayonne sur les êtres qu’il croise. Nombreux sont ceux qui viennent à lui, comme des papillons que la flamme attire.

 

La tentation est grande ici de se prendre pour dieu. Le dieu qui est en soi s’étire et prend possession de son domaine, le corps du sujet. Mais le sujet reste sujet. Le roi règne, il obéit.

Résister à toute passion immodérée pour cet arcane. C’est un piège : ne jamais jouer les prolongations. Il y a une vie après le Soleil !

 

Chaque homme dans sa nuit s’en va vers sa lumière.
Victor Hugo