Tarot, Arcane XIII

tarot-arcane-xiii-rochefort-pop-688po

 

L’arcane XIII du Tarot de Marseille a été plaisamment surnommée le syndrome de la Belle au Bois dormant. Réveiller ton enfance dormante n’est pas une mince affaire. Tu as suivi ta course. L’enfant a grandi. L’adulte est venu. 

 

On rencontre souvent sa destinée par les chemins que l’on prend pour l’éviter. (Jean de La Fontaine)

 

Tu as trouvé ta voie, tu t’es fait ta place au soleil, tu as bâti ton nid. Pourtant, tu n’as pas réglé tous tes comptes. Tout à coup, tu patines. Les blessures secrètes se réveillent, ouvrant la ronde des monstres intérieurs.

Tourbillon, maëlstrom, folie. L’horizon banal se mue en mystère. Ton quotidien n’a plus de goût. Te faudra-t-il, jusqu’à la fin, répéter chaque jour les mêmes gestes vides, les mêmes actes vains, les mêmes rituels absurdes ? Un jour, tu en as marre.

Le temps s’étire encore, la vacuité de ta vie devient ton obsession. Morbide, tu ressembles à ton propre squelette. Nausée sans fin, la tête à l’envers, le corps de marbre.

Alors vient le jour où tu en as marre d’en avoir marre. Tu es fin prêt.

Déjà, depuis l’aube du Bateleur, tu as franchis tant d’étapes… Tu as vibré dans ta chair et souffert dans ton coeur des affres de l’Amoureux.

Tu as connu ton premier triomphe, de courte durée; comme Leonardo di Caprio, tu t’es cru le maître du monde avec le Chariot qui t’a coupé en deux.

Incarnant la Justice, tu as tranché mais tu n’as pas pesé. Tu as refusé mais tu ne t’es pas ouvert. Tu savais alors ce dont tu ne voulais plus, mais tu ne savais pas ce que tu voulais.

As-tu bien changé depuis lors ? Aujourd’hui, sais-tu vraiment ce que tu veux ?

 

You don’t always get what you want But you get what you need. / On n’a pas toujours ce qu’on veut Mais on a ce qu’il nous faut. (Mick Jagger)

 

mick-jagger-200poAlors, sur les pas de l’Hermite, tu t’es mis en quête de toi-même. Tu as essayé, tant bien que mal, de t’intérioriser. Tu te sentais si vieux, voûté et rompu avant l’âge. Tes recherches décevantes t’ont mené au point de rupture et la Roue de Fortune t’a pris dans son engrenage. Tu as connu des hauts et des bas -surtout des bas- qui t’ont laissé pantelant. Pas à pas, dans la souffrance, tu as renoncé à l’enfance pour construire ton « moi » social. Non sans mal, car tu reviens de loin. Tu reviens de l’enfer intérieur…

Victoire après victoire, tu t’es fait ta place au soleil.

 

La Force t’apporte la réalisation de ton voeu le plus cher : tu as l’argent, le succès, la réussite sociale.

Ou bien, sans trop d’argent, tu as des enfants, ton foyer te ressemble, et tu tiens bien ton rôle. Tu te sens au top de la forme.

Ombre au tableau : cette inquiétude sourde qui ne te quitte jamais, informulée, qui te taraude et te retourne sur le grill. Qui t’a toujours empêché, en fin de compte, de jouir pleinement de ta réussite. Un triste jour, cette ombre envahit tout le tableau. 

Ta femmeOu ton mec, qui est une femme comme les autres te quitte, ton boulot fait pareil. 

Tout ce que tu as construit au fil des ans s’effondre avec fracas, et toi avec. Tu te retrouves à poil. Pour la première fois de ta vie, tu consens à te poser les vraies questions.

Et l’absence totale de réponse -pas la queue d’une !- te glace le sang. Te voilà cul par-dessus tête.

C’est le Pendu. Tu n’y comprends plus rien, et pour cause, tu as la tête à l’envers. Ce qui était en haut se retrouve en bas, et vice versa. Toutes les valeurs sont inversées. L’argent, la réussite sociale, le bling-bling, l’esbrouffe…

Tout ce fatras te paraît bien dérisoire.

Dans ton désarroi, tu entrevois une porte de sortie. Tu devines confusément la lumière au bout du tunnel. Pourtant, tu te trouves au plus noir de toi-même, où s’originent les terreurs et les traumatismes de la prime enfance. Tu es descendu dans ta cave pour mieux percevoir la lumière des étoiles.

 

nenuphars-etang-mz-688pk

 

Et là se profile l’inquiétante silhouette de l’arcane XIII, le squelette à la faux, l’image vue cent fois dans les chapelles perdues de Bretagne et d’ailleurs, tout en os et en verve, le sinistre héros des danses macabres…

tarot-arcane-xiii-rochefort-200poCe squelette dans lequel chacun, sans hésiter, peut reconnaître la Mort. Eh bien non. Ce n’est pas la mort.

Il n’y a ni hasard ni approximation dans le Tarot initiatique. L’arcane XIII, qui représente un squelette avec sa faux, est le seul arcane sans nom. Gageons que les auteurs du Tarot, chemin de lumière, avaient d’excellentes raisons de ne pas nommer cet arcane.

Il s’agit de mort, mais il s’agit surtout de renaissance. La mort de l’arcane XIII est une mort symbolique, une mort initiatique.

 

Cette mort dont les Templiers avaient fait l’étrange adage :
« Si tu ne meurs pas de ton vivant, tu mourras en mourant »
 

L’arcane XIII représente la mort du vieillard qui est en toi. Comme tu te sens vieux depuis l’Hermite ! Regarde ce vieillard tout courbé : sa structure psychique, tu l’as étirée comme un élastique à travers plusieurs arcanes. La voilà tendue à se rompre. Patience : tu finiras par rencontrer un passeur qui te fera franchir la Rivière.

La tradition dit que l’arcane XIII est le seul arcane où l’aide d’un passeur est nécessaire : peu y parviennent sans cette aide. Les druides et les bardes celtes ont perpétué cette tradition sans faillir à travers les âges noirs.

Celle qui ressurgit actuellement est encore antérieure. Son origine remonte aux valeureux Tuatha Dé Danaan, maîtres de l’Irlande avant l’arrivée des Celtes.

Guerriers du clan du Loup, les Passeurs du Sidhe se disaient issus des Atlantes, et les Irlandais les confondent avec les Elfes.

 

Le chemin de la sagesse et de la liberté est un chemin qui mène au centre de soi-même. (Mircea Eliade)

 

Plus tard, au printemps des cathédrales, en ce Moyen-Age de lumière où l’Europe entière se couvrit de chantiers sacrés, la majeure partie des maîtres d’oeuvrage étaient, comme par hasard, des Irlandais.
 
 
cathedrale-ruines-ecosse-688po
 
 
Dignes héritiers des Atlantes, ils nous ont offert des merveilles. Aussi puissantes que les antiques dolmens, et construites selon les mêmes principes géobiologiques, les cathédrales, tout comme les mégalithes, sont dûes à ce même talent de bâtisseur sacré.
 
Cette filiation sacrée est un honneur et une merveille qui implique d’écrasantes responsabilités. Le passeur que je fus sait à quel point la porte est étroite.
 
L’initié est toujours choisi par le Vivant. Le Vivant fait signe au passeur. Le passeur obéit.
 
Avant j’étais passeur. Et me voilà passant.
Quand les historiens changeront de lunettes, leur myopie deviendra supportable.
Lao Surlam