Demain les nains

 

21 juillet 2200 — Le Directoire des Deux Cents Nations a avancé de trois ans la date du Grand Lâcher Prise. Si les préparatifs du GLP progressent au même rythme, c’est donc dans deux ans que notre humanité va quitter son berceau pour voguer vers la Grande Ourse. Nos petits successeurs seront alors 2 millions, mâles et femelles. Un nombre jugé suffisant pour démarrer le nouveau cycle. Au début, les Guides Terrestres seront là pour les aider, comme prévu.

 

Retour en 2023

La prochaine humanité sera la sixième du nom. Ou la septième? Les comptes se brouillent au creux de la préhistoire… Nous ne sommes pas les premiers, oh non. Il y en a eu d’autres avant nous. Comme vous ne l’ignorez pas, nous sommes des héritiers, et non des pionniers. Des nains sur les épaules de géants. Les humanités précédentes étaient de haute stature, voire de très haute stature: les Cyclopes ne mesuraient pas moins de 50 mètres. Au milieu de leur front, un troisième œil pouvait lancer des rayons guérisseurs, éveilleurs ou destructeurs. Avec ce troisième œil, les cyclopes pouvaient tuer leurs adversaires à plus d’un kilomètre.

Les géants aux trois yeux pourraient être la première variété humaine sur Terra. Autant dire surhumaine. Ensuite il y a eu d’autres races de géants humanoïdes, surtout des reptiliens antipathiques. Des gens franchement inhumains. Mais nous avons hérité de certains de leurs gènes. Ce qu’ils ont été, nous l’avons en nous. La mémoire est intacte, enkystée dans les profondeurs de l’inconscient collectif.

 

Écoute

Nous sommes des nains sur les épaules de géants. La Bible le dit, c’est la vérité. Nain tu es, géant tu deviendras. Cette parole résonne dans le corps profond. Écoute cette voix. Elle révèle ta toute-puissance. Tant qu’elle résonne, l’ego sociétal déraisonne. Il a peur. Il sent venir sa dernière heure et se rebelle, il se débat. Il rue dans les brancards avec l’énergie du désespoir. Qui le mate devient Mat. Et Mat, il règne sur le Soi qui s’incarne en lui. Un bouddha se détache, se délie, se dénoue, se libère, se désentrave, se déshumanise. Libre et franc, il part droit devant. Tous les chemins mènent à Compostelle.

Accroche-toi au fil ténu de ta mémoire cachée, qui est celle de notre espèce. Espèce de cons. Mais les cons s’éveillent. Est-il encore temps? Le monde absurde et dérisoire que nous avons modelé, que nous avons sali, que nous avons souillé peut-il encore se réveiller? Va-t-on lui survivre? Va-t-on mourir de sa belle mort?

Je me suis réveillé pour voir que tous les autres dormaient encore. Alors je me suis rendormi. (Léonard de Vinci)

 

Les petits d’après

On peut prévoir ce qui va se passer quand cette humanité va passer son tour. C’est déjà arrivé plusieurs fois dans le passé. Pour les Hindouistes et les Lamaïstes, ce processus est connu: il figure en détail dans les saints Védas. Notre humanité se prépare à partir. Mais avant, elle va créer une nouvelle variété humaine de très petite taille. Pourquoi si petite? Pour que la Terre soit pour eux un très grand terrain de jeu. Les réserves minérales trop réduites pour nous deviendront suffisantes à leur minuscule échelle. Pour les mêmes raisons, et malgré la raréfaction des terres cultivables, ils se nourriront facilement.

Ainsi l’humanité nouvellement créée retrouvera une abondance de biens quasi inépuisable. Commencera le nouvel âge d’or. Il en a toujours été ainsi depuis les premiers surhommes, les cyclopes gigantesques. Et chaque fois, quelques spécimens de l’humanité précédente restent avec les nouveaux pour leur transmettre un maximum. Ces grands-là deviendront les dieux des petits d’après.

 

 

Il en sera de même la prochaine fois. Certains de nos enfants resteront pour transmettre. Ils seront loin de leur semblables, leurs parents, leurs amis, mais leur tâche sera plutôt valorisante: les lutins adoreront ces géants aimables, et des petits malins comprendront qu’ils nous doivent tout. Ces futés deviendront les druides d’une nouvelle religion, l’adoration des grands d’avant. Ils apprendront que nous avons construit leurs premières maisons. Pour nos enfants restés sur Terra, l’adoration dont ils seront l’objet risque de devenir une drogue dure. La tentation sera grande de se faire passer pour des dieux. De leur mentir. De leur dire que ce sont eux qui ont créé tout le bazar. Ça s’est vu dans le passé. Certains d’entre nous subissent encore les conséquences de leur gros mensonge…

L’erreur est humaine et les dieux sont des hommes comme les autres.

 

Les géants d’avant

Nos enfants n’auront rien de divin. Ils sont humains, rien d’autre. Certes beaucoup plus grands que les Petits d’Après. Mais la taille importe peu. Ils se serviront de leur savoir-faire, de leur machines et de leur énormes connaissances. Mais la technique importe peu. Rien de divin, je l’ai dit. Pour des grands comme nous, c’est rien de s’occuper des tout petits. Leurs maisons de poupées sont faciles à bâtir. Les guides iront encore plus loin. Ils réhabiliteront nos vieilles mines avec des passages adaptés à leur petite taille, en creusant de nouveaux tunnels minuscules pour exploiter les gisements que nous avions négligés.

Nos derniers descendants, géants parmi les nains, accompagneront leur croissance et leurs progrès. Ils ébaucheront les plans des premières mini-villes. Ils les construiront avec des pelleteuses géantes, des bétonnières géantes et tout le reste à l’avenant: tractopelles, grues, camions-toupies, camions-bennes, camions grues, camions citernes, etc. Les géants auront l’impression de travailler sur des maquettes ou des décors de théâtre. L’aménagement en sera grandement facilité.

Nos enfants les géants vont tout donner, tout apprendre, tout expliquer aux nouveaux venus. Ils graveront dans le marbre la constitution idéale de tout groupement, parti, province, pays, état, continent, planète. Ils leur feront voir les étoiles et les planètes dans des télescopes à leur taille. Et un million d’autres trucs dont je vous épargne l’énumération.

 

Le Verbe était dieu

Les petits hommes en resteront sur le cul. Oui, ça va les scier, tellement ces choses leur paraîtront irréalisables, inconcevables, surhumaines. Ça va les scier de voir les géants descendre du ciel dans des oiseaux de métal. Ça va les scier qu’on puisse leur révéler tant de mystères, leur révéler tant de secrets. La parole des géants sera leur nouvel évangile. Un petit sage dira: Au commencement était le Verbe et le Verbe était dieu. Le Verbe sera la sainte parole d’une religion unique pour tous les petits de la terre. En voici le credo: Ceux d’avant sont venus du ciel et nous ont tout apporté.

Des dizaines de milliers d’années plus tard, quand les tout-petits auront oublié d’où ils viennent et ceux qui les a aidé, quand la religion unique et vraie se sera émiettée en cent religions antagonistes et faussées, quand leurs chefs seront devenus injustes, haineux et ignorants, leurs savants se heurteront à un profond mystère. Ils l’enfermeront dans des livres obscurs, les Saints Livres d’Avant. Aucun petit n’y pigera que dalle.

 

 

Saints Livres d’Avant

Livre Premier
Ceux d’avant ont façonné la terre pour nos besoins, et quand nos nids étaient prêts à nous recevoir, ils nous ont créés, nous sommes sortis de leur tête et ils nous ont fait pousser dans des bocaux. Ces vases étaient transparents, à l’image de ceux d’avant qui étaient purs et sans tache. Qu’ils soient bénis et que chacun les loue.

Livre deuxième
Ceux d’avant pouvaient voler dans le ciel et dans le ciel au-dessus du ciel. Ils pouvaient traverser les mers les plus infranchissables, ils pouvaient s’y enfoncer sans se noyer. Ils avaient des maisons volantes, des maisons nageuses et des maisons plongeantes. Ils pouvaient aller aussi dans d’autres éléments. Glorifions ces merveilles.

Tiers Livre
Quand un incendie ravageait les plantes et les villages, ceux d’avant arrivaient dans le ciel en chevauchant de gros insectes vrombissants. Ces bestioles faisaient le bruit d’un milliard d’abeilles, mais elles ne donnaient pas de miel. Elles se contentaient d’uriner sur l’incendie et bientôt les flammes devenaient des débris fumants. Que leurs puissants maîtres soient honorés dans les siècles des siècles.

Quart Livre
Quand nous avions besoin de nourriture, ils nous en apportaient une énorme quantité, de quoi nourrir nos familles, nos enfants et nos petits-enfants. Les victuailles délicieuses et rares nous étaient distribuées par des cornes d’abondances montées sur roues. Elles avaient des portes vitrées sur les flancs, à travers lesquelles nous pouvions voir le régal qu’elles promettaient, et quand ces vitres s’ouvraient, une agréable fraîcheur nous enveloppait, dissipant même les canicules. Rendons grâce à leur très saint nom.

Livre Quint
Si la soif décimait notre bétail, si nos enfants déshydratés remuaient faiblement leurs lèvres crevassées et agitaient désespérément leurs mains desséchées, les dieux d’avant nous envoyaient des camions rivières et des insectes pluvieux afin que cette calamité s’éloigne de nous et de nos familles.Grâce à leurs bons soins, notre bétail ne mourait plus, nos enfants retrouvaient le sourire, nos peaux retrouvaient leur douceur et leur belle couleur. Loués soient-ils pour l’éternité.

Livre Sixte
Les Petits Hommes ne sont pas moins hommes que les Géants d’Avant. Pour nous aider à le croire, ceux-là ont créé des variétés animales à notre échelle. Au temps d’avant, une seule de leur vache aurait pu noyer facilement nos plus grandes cités rien qu’en urinant, et son lait quotidien aurait pu nourrir tous les nourrissons des mêmes villes.

Livre Septime
Les dieux d’avant nous ont donné de quoi grandir en force et en sagesse. Ils nous ont recommandé de nous multiplier, mais nous n’avons toujours pas compris comment. Nous n’avons appris qu’à multiplier les chiffres mais ça nous fait une belle jambe. prions pour qu’ils nous donne la grâce de nous reproduire, car ce serait trop triste que notre monde s’arrête faute de petits. Les petits de nos petits sont nos petits, amen!

(…)

Livre Ultime
Les dieux d’avant nous ont fait à leur image, sauf pour la taille car ils étaient démesurés, et sauf pour la couleur, car ils étaient de toutes les couleurs exceptée la nôtre, la peau bleue qui était celle d’une race disparue au tout début de leur époque, une race supérieure qui par la grâce des dieux d’avant est devenue celle de nos protecteurs et de nos modèles. Efforçons-nous toujours d’être dignes du don qu’ils nous ont fait, illustre et magnifique parmi tous les cadeaux qu’ils nous ont fait. Prions mes sœurs, chantons mes frères, taisez-vous les enfants.

 

Entre le Livre Septième et le Livre Ultime, il y a sept mille trois cents quarante huit Livres Très Saints que je n’ai pu caser ici faute de place. Ils sont en vente dans toutes les bonnes libraires du Petit Monde. Pour se les procurer, rendez-vous sur la planète Terre, à partir de l’an de grâce 2233 de notre ère, date de la première édition naine.

2233 de notre ère? Oui, nos petits successeurs ont gardé notre datation. Pour nous honorer. Ils croient que cette date est la naissance d’un prophète! Leurs guides leur ont caché qu’elle a démarré non à la naissance du prophète Jésus, mais à la fondation de Rome.

 

« Nous devons tout à nos puissants maîtres les géants d’avant. Qu’ils soient bénis et que Saint Peyo notre Père soit glorifié à jamais. » (les Petits Hommes)

 

La beauté chaude et vivante du toucher est bien plus profonde que la beauté de la sagesse.
Charles Dickens