La théorie du complot

Eden Saga n’a qu’un seul but : vous aider à cheminer vers vous-même. Vous permettre de réaliser le but ultime de toute existence : devenir qui vous êtes. Pour atteindre ce but, votre serviteur et les autres auteurs de la Saga vous font part des découvertes les plus récentes, des théories les plus pointues, des hypothèses les plus hardies, des délires les plus fous.

Ce ne sont que des propositions. Ne cherchez pas ici l’esprit de cohérence, mais l’esprit de vérité, sincère, pourtant humain donc sujet à l’erreur. Mais ni plus ni moins que mes détracteurs. Que le lecteur en juge. Le moins d’a-priori possible. La plus grande ouverture de diaphragme, pour faire entrer le maximum de lumière.

Eden Saga ne revendique aucun système, car l’existence les fait tous éclater. La simple existence est plus forte que toutes les pensées, plus forte que toutes les tentatives de faire entrer la vie dans une équation. 

Parmi ces propositions, il en est dont vous pouvez vous servir pour avancer. Faites votre marché, ça ne coûte rien. Vous jugerez des effets sur vous-même, et déciderez de continuer à me lire ou non. Propositions totalement gratuites et qui le resteront. Je ne vous demande que votre attention. Vous me donnez bien davantage.

Vos courriers sont un lien plus que réconfortant avec ce monde auquel je ne tiens que par un fil. Non que je sois mourant, je me porte comme un charme. Et comme un charme j’envoûte et je promène ma proie de monde en monde, d’ère en ère, d’étoile en étoile. Vous êtes ma proie. Une victime tout à fait consentante.

Un seul fil m’y relie car ce monde, à dire vrai, n’est plus le mien. On m’y verra encore pour un moment, mais je ne lui appartient plus. Je rêve ailleurs. À force d’explorer les autres, notre vieux monde a perdu la plupart de ses charmes. Il s’agite tout seul sur la scène cosmique, je le trouve comique. Tant il est bancal et mal fini, je le trouve pitoyable. Il m’émeut encore dans les yeux d’un enfant, car ce petit d’homme croit à ce qu’il voit. Grosse différence avec moi. Le doute est mon pain quotidien, la suspicion mon plat du jour.

Alors je m’en éloigne. Alors je vous balade, je vous trimballe à travers les possibles, je vous désigne les impossibles, je vous fais déguster les potables, je vous dissuade de goûter les poisons. Fasciné, vaguement gris, vous me suivez dans mes errances où je m’amuse à vous ouvrir les portes de l’imaginaire.

Vous ai-je dit que je ne crois pas à l’imagination ? Les images que je crée pour illustrer la Saga, je les ai vues quelque part sans doute, aux lointains confins galactiques, il y a quelques éons de ça, des centaines de milliers de vies. Et le souvenir m’en revient par flash, dans les franges enténébrées de la conscience qu’il illumine ici et maintenant.

Pour moi, nous n’inventons rien qui ne l’ait été déjà dans le passé. Que nous l’ignorions ou pas, nous ne faisons que copier des modèles, illustres ou oubliés. Nous chopons leurs idées au décrochez-moi-ça de l’astral. Annales akashiques, tel est le nom ronflant de ce market-place de la mémoire. Où le trouver ? Cherche en toi.

Beaucoup d’artistes et d’écrivains s’y rendent toutes les nuits, ou tous les jours, selon l’horaire de leur sommeil. Moi-même j’y vais au terme de chaque méditation. C’est à dire plus de dix fois par jour. J’ai plusieurs carnets – j’adore les carnets, calepins, livrets, booklets et autres notebooks, à condition qu’ils soient en papier, et qu’on y écrive avec une plume. Tout de même pas une plume d’oie, non, ni une sergent-major qu’on trempe dans l’encrier. Faut pas déconner. Je suis ieuv mais pas à ce point.

J’ai beaucoup de carnets. Sous leurs jolies couvertures, je note, je gribouille, je versicote, je griffonne mes délires, parfois un article en naît. Ou un poème. Souvent non. Rarement, l’art en sort.comme dit le poissonnier Mais c’est toujours mon plaisir de les relire. J’aime les feuilleter quand ils sont remplis. Je voyage dans le passé, je me déplace aussi à l’intérieur de moi-même. Tous les auteurs ont ce genre de fumier sur lequel ils cultiveront leurs roses. Du moins tous les auteurs scriptomanes.

Deux néologismes dans un seul paragraphe, tu fais très fort, coco. Le scriptomane qui versicote. Bravo. Et pardon à toi, ami lecteur, je parle au lutin qui écrit mes articles. Sais-tu que ce site est classé complotiste par les autorités compétentes ? Incompétentes serait plus juste en l’occurence.le cul rance Complotiste ? Encore faut-il savoir de quoi il retourne. Par définition, le complotiste est celui qui dénonce un complot. Ce n’est pas lui qui complote. Il se contente de montrer le dessous des cartes. C’est un lanceur d’alerte.

Contrairement à ce qu’ils veulent nous faire croire, les puissants détestent les lanceurs d’alerte. Ils préfèrent qu’un maximum d’honnêtes nigauds restent dans l’ignorance totale. Voilà pourquoi la télé comme l’internet diffusent un maximum de programmes d’une bêtise choquante. Ça sert à détourner l’attention, le peu d’attention qui nous reste.

Précaution inutile, un maximum de gens se foutent de la vie après la mort, de la résurrection des corps, des aliens de tous bords, des sorties de corps, du cordon d’or, des vies parallèles, des terres dans le ciel, de la vie éternelle. Ils n’y pensent jamais. Si tu leur en parles, ils prennent un air niais ou lâchent un ricanement. Braves gens.

Site complotiste ? Pourquoi pas sectaire, tant qu’on y est ? Eden Saga se voit lanceur d’alerte. Alerte aux mensonges qui encombrent le seuil. Alerte aux marchands de peur qui n’en veulent qu’à vos sous. Alerte aux prêcheurs de haine qui se greffent sur vos frustrations pour faire de vous des monstres sans cœur. Alerte au sommeil qui dure et vous obscurcit pire encore que la pollution et le ciel bas d’hiver. Alerte aux routines qui achèvent de vous plonger dans un profond sommeil.

Le guerrier est toujours en alerte, sur le qui-vive, aux aguets, attentif à tout, aware. Oui, aware. Rien ne lui échappe. Il appréhende toute nouvelle situation d’un seul regard. Son coup d’œil circulaire enregistre automatiquement toutes les données qui pourront servir. Il a inventorié les ressources, il est prêt à l’action. Il n’en attend aucun résultat, le contraire serait fatuité, pure vanité.

Et à force de veiller sur tout, il voit tout. Y compris ce qu’on lui cache. c’est ça qui domine au bout d’un moment. On voit l’envers du décor. Les parois du bocal. On les dénonce, on les donne à voir au plus grand nombre. Et toc ! On se prend dans la face l’injure suprême : complotiste !! Qu’attendre d’autre en cette terrible fin de kali yuga?

En vérité je vous le dis, mieux vaut cent fois être complotiste que comploteur. Nos juges nous trompent.

Dans la vie, il n’y a pas de solution, il y a des forces en marche. Créons ces forces et les solutions suivront.
Antoine de Saint Exupéry