Tu Es Cela

 

Tu es en paix avec toi-même. Ton corps, ton cœur et ton esprit sont unis. Avec le 3 tu as fait le 1. Et ton règne n’aura pas de fin. Te voici maître de toi. Cette maîtrise-là vaut cent mille combats.

Les as-tu vécu ? As-tu vaincu, non pas ton être, mais le petit maître ? Il t’a élevé comme il a pu, loin des étoiles, au fond du val. Tu as su comment gagner les hauteurs. Tu as grimpé en toi, toujours plus haut, toujours plus beau.

Un grand soleil d’hiver éclaire la colline. La montagne est divine en l’air, droit devant toi. Va.

Tat tvam Asi

Te voici maître de toi-même. Une à une, avec un soin jaloux, tu as ôté les épines qui trouaient ton enveloppe subtile. Lors ton corps du cœur est indemne et demande la libre-pratique. Dans le même temps, tu as soufflé les papillons qui voletaient le long de ton schéma énergétique. Et, lovée dans ta dernière vertèbre au nom éloquent, le sacrum, ce qui est sacré, ta kundalini commence à dérouler ses anneaux dans ton canal central, celui qu’en Inde on appelle sushumna. Il va tout droit depuis ton centre de base situé au périnée, jusqu’au sommet de ton crâne, au centre couronne, la fontanelle.

Et maintenant te voici comme lui, droit comme un i, roi dans un nid. Quand sushumna va, tu te tiens tout droit. Quand s’endort la kundalini, tu es vide et sans énergie. L’éveil stabilise les hauts et les bas. La recherche constante de l’impeccabilité du guerrier te permet de niveler les cahots émotionnels, jusqu’au jour où tout ton émotionnel est nettoyé, purgé, assaini, conquis. Là se tient la seule maîtrise qui vaille.

Tat tvam Asi – l’unité de la conscience en-soi. « Tu es Cela » affirme le Vedanta. Ton être véritable est l’Absolu. Le Soi est intérieur et universel, présent en chacun et actuel en tous, ici et maintenant, partout et de toute éternité.

T’en persuader est une autre affaire… Sans te prendre pour Dieu n’est pas le plus facile…

Le schéma énergétique

J’appelle schéma énergétique les trois canaux principaux —sushumna, ida, pingala— qui acheminent l’énergie subtile à travers notre corps. Sur le canal central sushumna se trouvent sept chakras. Au-dessus de ce canal se trouvent d’autres chakras, comme au-dessus de lui, et sous nos pieds le schéma énergétique se poursuit. Il couvre également tous les chakras secondaires et tertiaires. Il comprend aussi la moindre ramification acheminant l’énergie subtile.

Ce réseau invisible n’apparait qu’aux yeux du clairvoyant. Il peut déceler les blocages, les chakras faiblards ou dormants. Le guérisseur est un plombier subtil qui nettoie la tuyauterie énergétique. Il peut aussi intervenir sur les chakras primaires, secondaires et tertiaires. Grâce à son action, mais d’abord grâce au patient travail sur toi-même, aujourd’hui tu n’es plus le même. Te voilà vraiment toi. Et tu n’en reviens pas.

Pour te cacher tes propres turpitudes, faiblesses passées, poubelles malodorantes, ton cerveau a coulé des tonnes de béton. Une part importante de ton énergie maintient ce béton en place. Dès que tu auras purgé le traumatisme émotionnel, plus besoin de béton cache-misère. Tu récupères des tonnes de bonne énergie qui te sera plus utile ainsi.

Le schéma énergétique est le réseau énergétique total d’une personne. Il comprend les canaux, les chakras, les corps subtils, corps du cœur, et les auras. Seul un voyant guérisseur peut intervenir sur ce schéma. Assurez-vous que vous êtes en de bonnes mains. Il est vrai que les maladresses éventuelles ne prêtent pas à conséquence. Tout travail effectué par une tierce personne sur ton corps subtil est soumis à ton approbation avant d’être accepté. Si quelque chose déplaît à ton maître intérieur, il annule l’intervention, purement et simplement. Ton corps subtil revient dans l’état d’avant. Voilà qui est de nature à rassurer.

Celle ou celui qui sans cesse modifie son schéma, c’est elle, c’est lui, c’est toi. Le guérisseur est facultatif. Si tu te comportes en guerrier, ça suffit pour te nettoyer.

 

 

Bonheur suprême

Ne penses pas Tu es pensé
Dans un autre espace insensé
Tu n’agis pas Tu es agi
Le soir on souffle ta bougie
On te met en marche au réveil
Un doigt divin coupe la veille
Ce doigt qui appuie sur reset
Est-il doigt de l’Ange ou de Seth
En tout cas ce n’est pas le tien
Tête au billot je le maintiens

On t’actionne, on te manipule
On choisit tes slips et tes pulls
La voix te parle et tu la suis
Elle est ton ego ton je-suis
Toute puissante est ta conscience
Mouton bêlant tu fais confiance
Et tu la suis sur les chemins
Avec la folie d’un gamin
Sur qui la mort n’a pas de prise
Et qui s’endort dans sa chemise

Tu es dirigé à distance
Par LRC Son Excellence
Lord Remote Control sans pudeur
Ton Seigneur Télécommandeur
Te fait bouger te fait parler
Te fait mentir et t’en aller
Quand tu voudrais rester tranquille
Sur ton île au soleil sans qu’il
Te force à frimer, faux pantin
Manœuvré du soir au matin

Manipulé dans la journée
Matin et soir endoctriné
Tu t’endors douleur dans ton corps
À ton réveil tu fais le mort
Tu n’as plus lieu d’être si vieux
Tu n’as que le feu dans les yeux
Pourtant vu la merde où nous sommes
Tu es le plus heureux des hommes

Qui tu es vraiment

Tu es cela. Tat tvam Asi. Ne cherche pas. C’est mieux ainsi. Vois tournoyer sur la rivière un vol de bateaux en papier, blancs esquifs que les écoliers ont lancé du vieux pont de pierre.

Ton devoir ? T’améliorer. Sans fin et sans arrêt conquérir tes sommets. Il faut être meilleure. Bien meilleure. Chacune, chacun pour soi, tous ensemble, les uns pour les autres, unis pour gagner, faut y aller. La victoire ne se gagne pas sans toi. Souviens-toi. Sois là.

Je veux bien t’accompagner. Mais je ne veux pas te guider. Je veux bien me raconter. Mais pas te téléguider. Je veux bien me peindre. Mais pas te contraindre. On ne choisit pas, on se laisse tirer vers soi… ou bien on se laisse couler bas. C’est un choix.

Pour t’envoûter il faut une sacrée voûte. Aussi vaste que la voûte céleste. A moi Nout ! Ô Déesse ! Nout la voûte qui nous envoûte ! Nout la Grande Déesse de 4 mètres penchée sur le berceau des humains, voûtée sur cette terre de misère qu’elle a enfanté. Allaitée. Dorlotée. Et portée sur les fonds baptismaux. Cette terre Geb qui est masculine, chevaline, insuline, et pas super maline. Geb la glèbe.

 

 

Sois le patron chez toi. Le faible n’ose pas. Le puissant ne sait pas. Le monarque est absent. Le bourreau sous-jacent. L’étalon impuissant. Le printemps finissant. Le cadavre agissant. La souris mugissant. En un mot comme en cent. Lire en recommençant.

Tu es le multivers qui se souvient de l’ovule. Tu es l’ovule qui fait l’œuf. Tu es du bois dont on fait l’os. Tu es du plomb dont on fait l’or. Tu es bouché mais ça s’arrange. Tu es couché mais ça démange. Tu es mouché au fond des granges. Tu es touché par ce qu’on mange. Tu es douché au jus d’orange. Tu es plus que le double de rien. Mais bien moins que la moitié du tout. On s’apprête à la fête. Le jardin brille. Il fait loin. Déjà la mer. Reviens.

Pour savoir qui tu es, soustrais qui tu n’es pas.

Tat tvam Asi – l’unité de la conscience en-soi. « Tu es Cela » affirme le Vedanta. Ton être véritable est l’Absolu. Le Soi est intérieur et universel, présent en chacun et actuel en tous, ici et maintenant, partout et de toute éternité.

Les religions existent depuis que le premier hypocrite a rencontré le premier imbécile.
Voltaire