Huelgoat, Haute Forêt

 

Cette fois, c’est la forêt sacrée de Huelgoat en Finistère que notre ami Joël Szymanskifondateur du site Anomalies Archéologiques et Historiques AAH, il a signé plusieurs reportages pour Eden Saga a exploré. Depuis plusieurs années, inlassable, il poursuit sa démonstration : nous ne sommes pas la première civilisation développée. Puisse sa quête de l’inexpliqué aider les archéologues à ouvrir les yeux !

Encore une forêt française à laquelle on pourrait décerner le label GH.Géologie Heureuse. On y trouve une pierre tremblante de 137 tonnes; est-elle tombée du ciel ou sortie du sol ? Non loin de là, un rocher en forme de chapeau de champignon posé sur un socle d’apparence totalement naturellehum ! qui mérite amplement le label GH, avec également de nombreuses grottes tout aussi GH, bref des anomalies en pagaille. Tout à fait ce qu’on aime !

Tant de mystères réunis sur une si petite surface devrait interroger tout le monde, y compris les spécialistes. Mais ils ont sans doute mieux à faire… On remarque une nouvelle fois la présence de cuvettes sur certains blocs -y compris sur la pierre tremblante- ainsi que des cupules, des lignes pointillées et des marques d’outils déjà vues sur tant d’autres sites à travers le monde.

La pensée dominante et ses débiteurs de bonnes paroles ont réussi pendant des siècles à faire entrer notre bon vieux Gargantua dans l’imaginaire collectif. Il aurait été le seul responsable de tout ça. La légende veut en effet que Gargantua, bon géant célébré par Rabelais, se soit vengé du maigre repas que lui avaient offert les habitants de la Haute Forêt, Huelgoat en breton. Depuis le Léonnord du Finistère le géant fâché aurait lancé jusqu’en Huelgoat d’énormes galets polis par la mer. Ce sont les mégalithes qu’on trouve en Huelgoat.

Le problème c’est qu’en 2018, les contes pour enfants ne font plus recette. Alors on nous ressort le bon vieux « chaos granitique » Nommer n’est pas expliquer ! pour clore le débat. Trêve de plaisanterie, je pose la question à tous les spécialistes, comment tailler et déplacer un bloc de 137 tonnes sans outils, sans instruments de levage et sans roues ? La tâche reste largement hors de portée des ancêtres semi-sauvages que nous attribue la science.

Comment ce bloc cyclopéen peut-il se retrouver dans une position telle qu’une seule personne puisse aisément l’ébranler ? Est-ce une nouvelle fois le fruit du hasard ? Xavier répète assez souvent que le hasard n’existe pas et que les coïncidences n’en sont pas, j’ai bien envie d’approuver.

J’attends, tu attends, nous attendons tous une vraie réponse, pas une sortie de route avec du silex et de la ficelle. En forêt d’Huelgoat il n’y a jamais eu de nuées d’esclaves tout disposés à polir la pierre pour une poignée de sardines. Il serait temps de se poser les bonnes questions et d’admettre un passé qui n’a rien à voir avec les ébats d’anthropoïdes proches du singe. Il serait temps de réviser les vieilles idées toutes faites, et toutes fausses. Alors peut-être cessera-t-on de nier l’existence d’une civilisation primordiale évoluée dont on ignore les traces pourtant omniprésentes.

Il n’existe qu’une seule chose de mauvaise en toi, tu crois que tu as l’éternité devant toi.
Carlos Castaneda