Nos dieux chez les Grands

 

J’ai déjà évoqué l’histoire des Grands Dieux du Cœur de Galaxie. Cette légende est commune en Asie. Je viens de découvrir que ce n’est pas une légende. C’est arrivé. Comme l’ai-je su ? Je l’ai vu. Et j’en reviens avec assez d’observations pour en faire une tartine croustillante.

évolution + intervention

Avant d’aller plus loin, une mise au point s’impose. Je l’ai déjà faite vingt fois, je la referais encore, tant la tête est dure et courte la mémoire. Nous ne sommes pas apparus sur terre par la seule grâce du hasard et de la nécessité, suivant le schéma évolutif imaginé par Lamarck et décrit par Darwin. En gros cette théorie est valide. De nombreux faits la vérifient. Mais ses innombrables chaînons manquants déstabilise le chercheur. J’ai montré qu’à maintes reprises, il y a eu une intervention intelligente. Mais pas forcément divine.au sens unique qu’on donne à Dieu. Des petits génies de la génétique se sont penchés sur notre berceau. C’est ainsi qu’il faut comprendre les vieux mythes.

Il est plus facile de faire exploser un atome qu’un préjugé. (Albert Einstein)

 

animal dominant

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. La terre n’était que chaos et vide. Il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme et l’Esprit de Dieu planait au-dessus de l’eau. (Genèse 1 1-2)

Les dieux d’avant, nos créateurs, sont venus sur terre pour aménager notre planète. Transformer les planètes sauvages afin de les mettre en exploitation, voilà le job des terraformeurs, ceux que j’appelle les dieux d’avant. Modifier les paysages, aménager des plaines cultivables, détourner des fleuves, assécher des marais, purifier la flore, trier la faune, améliorer les espèces présentes, en ajouter de nouvelles et couronner le tout par une cerise sur le gâteau : la mise au point d’un animal dominant. Un super-prédateur doublé d’un protecteur, conservateur, aménageur, ingénieur, architecte… Bref, un animal qui ressemble en tous points à ses créateurs pour être un digne continuateur de leur œuvre. Une copie presque parfaite — à part la taille, la puissance et la longévité…

sixième jour

Puis Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image et à notre ressemblance. Qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. » Dieu créa l’homme à son image. Il créa l’homme et la femme. Il y eut un soir, il y eut un matin. Ce fut le sixième jour. (Genèse 1 26-31)

Ils ont fait ça dans leur labos génétiques avec de l’ADN de chez eux, un peu. Ainsi que beaucoup d’ADN de chez nous. Le bonobo, le serpent, le porc et quelques autres bestioles d’ici ont été mises à contribution. Le résultat c’est nous, ça leur a beaucoup plu. Des petits gars volants ont craqué du haut du ciel sur le galbe de nos femelles. Ils sont descendus ici-bas pour baiser de l’humaine.

anges déchus

Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier à la surface de la terre et que des filles leur furent nées, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent. (Genèse 6 1-2)

La Bible les nomme des anges déchus. Pour ne pas dire les anges de cul. Mais je les comprends. À trop aimer l’humaine ici j’ai pris racine. Mol-hier la corneille boit l’eau de la fontaine. Le coup est classique, les auteurs blancs de peur, la corneille est nègre de ramage comme de plumage.

Bref l’entente régnait entre les dieux, et la crainte parmi les hommes. Fallait pas moufter. Pas la ramener ni regimber ni broncher ni râler ni rouspéter ni maugréer ni ronchonner ni tordre le nez ni protester ni tempêter ni tant péter ni paon têter ni pet tenter. Profil bas, marche tout droit, rase les murs, change de trottoir et fais le mort si tu tiens à la vie.

 

 

cœur galacté

Le septième jour, Dieu se reposa. (Genèse 2 2)

Nos concepteurs, fiers de leur œuvre, se sont montés le bourrichon. Oubliant tout à fait ce qu’ils étaient et d’où ils venaient, ils sont allés trouver les Grands Dieux du Cœur Galacté, qu’on nomme aussi le Sacré Cœur. C’est le nœud central de la Voie Lactée, notre galaxie ; Galactée pour faire court.

On se demande ce qui leur a pris. Ici on est loin du Centre. La zone. Le Cœur galactique est bien plus animé. Et tout y prend des proportions super gigantesquement démesurées. Nos tout petits dieux y sont des microbes. Rien ici n’est à leur taille. Dire que nous sommes la moitié de la leur !

nain-bus

Voici le témoignage qu’en fit Apollon à son retour. « Rien n’y est à notre échelle. Nous y sommes en danger permanent à cause de notre taille minuscule. Il existe un dispositif de signalétique corporelle qui permet aux géants de repérer les plus petites créatures, mais il ne prend pas en charge les super microbes de taille inférieure à 100m. Avec nos 4m maxi, nous n’avons tout simplement pas le droit de nous y promener, pour d’évidentes raisons de sécurité.

De plus, si l’atmosphère est respirable, il y règne une extraordinaire gravité due à la proximité du trou noir central. Elle exerce sur tous les êtres une attraction si forte qu’on ne peut s’y déplacer sans scaphandre antigrav. Il n’en existe aucun à notre taille, aussi devons-nous voyager en navette publique, le nain-bus. Du même modèle que celui des Nains du Centre Terre, mais en beaucoup plus grand. Malgré ça, il est encore si petit face aux super géants qu’il ne sort pas de son site propre, un vieux couloir en béton vibré au carbone diamanté qui ne laisse strictement rien voir du paysage.

mouche

Heureusement, paraît-il, car son spectacle est effrayant pour les nabots que nous sommes. Quelle terrible contrée ! Quand il a eu l’idée de venir ici avec ses fils et ses chéries, tout tonnant qu’il est, le daron n’a pas eu un éclair de génie. Nom de Zeus ! À quel accueil s’attendait-il donc ? Le voyage aller s’est bien passé, c’est déjà ça. Reste le retour…

Tous les centres communiquent. Gagner le Centre Galactique est chose facile depuis le Centre Solaire. Et le Centre Terre communique avec ce dernier. Ereshkigal la Cigale de Galles s’est fait un plaisir de nous ouvrir la Septième Porte. Elle nous a donné des tenues antirad ignifugées qu’elle a fait faire exprès pour nous, à nos mesures et nos couleurs. Les coutures n’ont pas tenu, les radiations sont passées, les couleurs aussi. Mais ce qui compte, les Olympiens sont passés à leur tour. Merci la Cigale. (source)Apollon, Voyage au Centre Galactique

 

 

orifices

-Que venez-vous chercher ici, les tout-petits ? rugit un Grand Dieu. Zeus se met à hurler son nom et son titre en direction d’un œil démesuré qui les fixe derrière une loupe prodigieuse. Je gage à votre taille que vous venez de loin, réplique l’œil qui n’entend rien.

Zeus dépité demande un porte-voix. Si petit ? Y en a pas. Le Grand Dieu se saisit de Zeus par le slip et le colle à son oreille. –Hurle ta requête !!! rugit-il.
Le maître de l’Olympe se cramponne à son slip pour ne pas glisser cul nu dans le conduit auriculaire, un cloaque béant, dégueulasse, d’une puanteur insupportable pour de si minuscules narines.

Notre pire faiblesse -cette taille ridicule- est aussi notre meilleur atout au Cœur Galacté. Nous sommes si petits que nous pouvons nous glisser dans les orifices de n’importe quelle espèce de géants. D’où notre excellente réputation de micro-chirurgiens, du moins pour ceux d’entre nous qui ne prennent pas leur vessie pour une lanterne. (source)Apollon, Voyage au Centre Galactique

alpinisme

Zeus, tout tremblant, fait sa requête. Il doit hurler chaque mot, et sa mémoire flanche un peu. Son galactique est rouillé, patoisant sans doute, mais quoi ? Le grand Dieu n’a qu’à se démerder pour piger. Zeus s’époumone au risque de compromettre son fragile équilibre en rompant l’élastique de son slip de marque Sainte Trinité, garanti pour sa solidité, mais la prudence est de mise car le diable peut tout tenter. Zeus crispe les poings sur deux touffes de poils d’oreilles, glissants, gluants et puants. La nausée existentielle n’est pas loin.

Mon père ne s’est pas laissé faire, il a fait preuve d’un entêtement louable doublé d’un réel talent pour l’alpinisme. Il a manqué dix fois de se rompre les os en glissant jusqu’à terre depuis la stratosphère où les sourdes esgourdes le secouent. (source)Apollon, Voyage au Centre Galactique

Zeus parvient enfin à se faire entendre de l’Énorme. Le minuscule dieu des dieux réclame pour sa famille un titre prestigieux que les Grands Dieux peuvent lui donner. La tête lui tourne à force de hurler. Il se cramponne plus fort avant de poursuivre. Le titre de Dieux Créateurs est rarement attribué à de simples terraformeurs comme eux. Zeus en est conscient. Il redresse la tête autant qu’il peut. Si ses poumons ne le lâchent pas, il peut faire valoir des arguments solides.

Sacré Papounet, même couvert de cérumen, il a un foutu sens de l’honneur. (source)Apollon, Voyage au Centre Galactique

Le Grand Dieu a d’abord éprouvé de la surprise, puis de la stupeur. Enfin il a éclaté d’un rire si violent que le pauvre Zeus a fait une chute vertigineuse de plusieurs dizaines de kilomètres. Les Grands Dieux sont vraiment grands. Une chute mortelle, hélas.

Il n’y a personne là-haut qui tire les ficelles du pantin que tu es. (Friedrich Nietzsche) 

 

 

Sans la source, il n’y aurait rien. Mais sans rien, il y aurait la Source.
Lao Surlam