Qui sont les Francs Maçons ?

 

Les Francs Maçons font peur. Il n’y a franchement pas de quoi. Mais c’est ainsi. Crise ou pas, pandémie ou non, les Francs Maçons font toujours recette dans la presse merdique. L’actualité n’offre aucun scandale croustillant ? Crac, on ressort ce bon vieux marronnier, Le terrible secret des Francs-Maçons, ou bien Les Francs-Maçons dirigent le monde. Boum, les ventes repartent en flèche. Hue, le rédac-chef fait la fête à Mémène.

 

Le sujet fait vendre du papier, normal que les journaux le replacent à tout bout de l’an. Ils en usent et en abusent tant que je les soupçonne d’être les principaux recruteurs de cette secte étrange. Oui, étrange. Elle ne possède aucune clé, ne pratique nul ésotérisme, ne recèle pas le moindre secret, ne fomente nul complot, et son influence politique n’est guère plus notable que celle de n’importe quel autre club. Du Rotary aux Lions Clubs en passant par les Kiwanis, des notables de province s’investissent dans les clubs services pour des œuvres caritatives, faire des rencontres et se créer un réseau. Au départ, l’un des buts était de regrouper le meilleur dans chaque profession. On pourrait ajouter Linkedin, maintenant que l’internet et le distanciel tendent à se substituer au présentiel.

Alors pourquoi la F.·.M.·. reçoit-elle tant d’excès d’honneur ou tant d’indignités ? Si on tentait de dédramatiser un peu, ça ne ferait pas de mal. Les Francs-Maçons sont une entreprise humaine, donc imparfaite. On trouve sans doute des pervers, des bandits, des malpropres et des crétins, mais pas plus que dans le reste de la société. Est-ce rassurant ? En majorité les Francs-Maçons sont de braves gens, tantôt futés, tantôt nigauds, qui se piquent de symbolisme et de beaux-arts et ne font de mal qu’aux gigots de leurs agapes.

Ils ont le goût du déguisement, sous leurs tabliers de parade on croit voir les chevaliers du Tastevin. Ils en partagent d’ailleurs les valeurs : bien grailler, bien picoler, bien rigoler. Et bien se prendre au sérieux, contrairement aux tastevins. Mais de mystère, point. De révélation non plus. De complot encore moins. Ce sont les citoyens les plus conformistes et les moins excitants du monde. La seule chose puissante chez eux, c’est l’ego. Je vous le dis, ils sont tristement semblables au commun des mortels. Afin que chacun s’en fasse une juste idée, voici le discours d’accueil en loge, tel qu’il fut prononcé par un illustre Franc-Maçon du 18e siècle — très peu de temps après la fondation de l’ordre maçonnique.

 

« Messieurs,
La noble ardeurcelle des arrivistes avides de relations utiles que vous montrez pour entrer dans l’ancienrien d’ancien. l’ordre venait de voir le jour.  et très illustretu parles Charles !  ordre de francs-maçons est une preuve certaine que vous possédez déjà toutes les qualités nécessairesarrivisme, appétit d’ascension sociale, goût de la flatterie, etc. pour en devenir les membres. Ces qualités sont la philanthropie, le secret inviolablesecret de polichinelle qu’on cache pour faire croire qu’il existe et le goût des beaux-arts.???? de la boustifaille, oui. à part ça je ne vois pas…

.·.

Nous avons aussi nos mystèresdes codes archi-connus pour se reconnaître partout dans le monde : ce sont des signes figuratifs de notre science, des hiéroglyphes très anciens,tous les égyptologues ont les mêmes des paroles tirées de notre art, et qui composent un langage tantôt muet et tantôt très éloquent pour se communiquer à la plus grande distance,par télégraphe ? et pour reconnaître nos confrèresvoilà le seul secret qui n’en est plus un depuis belle lurette de quelque langue ou de quelque pays qu’ils soient. On ne découvre que le sens littéral à ceux qu’on reçoit d’abord. Ce n’est qu’aux adeptesIl n’y a pas plus de révélation dans les hauts grades que pour les apprentis qu’on dévoile le sens sublime et symbolique de nos mystères.

.·.

C’est ainsi que les orientaux, les Égyptiens, les Grecs et les sages de toutes les nations cachaient leurs dogmes sous des figures, des symboles et des hiéroglyphes. La lettre de nos lois, de nos rites et de nos secrets ne présente souvent à l’esprit qu’un amas confus de paroles inintelligibles : mais les initiés y voient un mets exquis qui nourrit, qui élève et qui rappelle à l’esprit les vérités les plus sublimes.Bien bâfrer, bien picoler, bien rigoler

.·.

C’est par notre artBien bâfrer, bien picoler, bien rigoler – voir plus haut que les mortels ont trouvé le secret de bâtir des maisons et des villesCes maçons n’en sont pas. Ils n’ont rien bâti du tout, ils se parent des plumes du paon pour rassembler les grandes sociétés, de parcourir les mers pour communiquer de l’un à l’autre hémisphère les richesses de la terre et des ondes, et enfin de former des remparts et des machines??? on les chercherait en vain… contre un ennemi plus formidable que les éléments et les animaux, je veux dire contre l’homme même qui n’est qu’une bête féroce, à moins que son naturel ne soit adouci par les maximes douces, pacifiques et philanthropespar exemple : on ne philosophe pas le ventre creux, bonum vinum laetificat cor hominis et autres joyeusetés qui règne dans notre société. »

 

 

Ce discours de M. le Chevalier de Ramsayl’ancêtre du cuistot bien connu : « bien bâfrer… » voir plus haut a été prononcé à la loge Saint-Jean le 27 décembre 1736. En plein Siècle des Lumières. Oui, bof… Il n’y a, dans ces nobles et naïves paroles, vraiment pas de quoi fouetter un chat. Ce sont les mots de bons vivants, versés dans la cachotterie, cherchant en vain un but à leur vie et un dérivatif à leur ennui. En les regardant, on ne constate que la vanité et la fatuité de ces grands nigauds qui se prennent pour des pontifes. Il ne leur manque que les plumes dans le cul. Et c’est ça, le grand secret des Francs-Maçons : tout ce qu’on s’imagine sur eux, tout ce que la presse merdique leur prête, tous les ragots qui circulent sur leur compte leur donne une importance et une aura de mystère qui leur fait une pub gratuite autant qu’imméritée. Mais le mystère présumé se dissipe vite à leur contact.

Nombreux sont les pièges de la suffisance. (Carlos Castaneda)

 

Je connais de nombreux maçons .·. Ils sont bien innocents et ne feraient pas de mal à une mouche. Mais l’être humain est ainsi fait qu’il adore cultiver le mystère. Moi je l’éventre. Je traque les secrets oubliés de notre passé depuis plus d’un demi-siècle. Mes trouvailles témoignent des succès que j’ai pu obtenir. Découvertes que bien peu de Francs Maçons peuvent se flatter d’avoir déjà faites — encore moins d’avoir apprises en loge maçonnique.

Pourtant il ne se passe pas de mois sans que je reçoive de l’un d’entre eux un courrier plein de connivence et de sous-entendus, pardonnez ma franchise, que je juge fort désobligeants. Non, Messieurs, une fois pour toutes, je n’appartiens pas à votre secte. Ni de près ni de loin. Je m’en voudrais d’y adhérer. Pourtant des êtres qui me sont chers en font partie, que je respecte et que j’aime tendrement. Chacun son passe-temps. Ces chers amis n’ont rien de machiavélique, soyez-en sûrs. Mais cette coterie n’est pas la mienne.

Et pour cause. Je n’ai pas le goût du déguisement, ni les moyens de me payer ces tabliers inappropriés ou ces agapes d’une choquante cherté. De plus les sujets qui me passionnent feraient fuir la plupart des F:.M:. qui n’y entravent que goutte. Je cultive donc la solitude partant du principe qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné. Encore moins par ceux-là qui ne sont ni francs, ni maçons.

Il m’arrive aussi de recevoir des invitations à des loges hermétiques, clubs rosi-cruciens, cercles initiatiques, gnostiques, illuminatis, le diable et sonarrière- train. Autant de crétins qui ne m’ont pas lu, ou pas compris. Et qui ne me liront pas. Me comprendraient-ils seulement ?

J’appartiens à un autre monde. J’ai horreur du secret. Surtout du secret de polichinelle. C’est pourquoi je sème à tous vents et je révèle ce que je sais. Je hais ces cachottiers du néant. Tous ces dealers de merde me pompent l’air. Ils n’ont que le pouvoir qu’ils se donnent, et c’est peu.

Le guerrier de lumière n’appartiendra jamais qu’à lui-même et donc à nul clan, club, union, loge, fraternité, secte, société, coterie, assemblée, amicale, religion, doctrine, mouvement, ordre, parti, congrégation, gouvernement, armée, troupe, gang, mafia, ni aucun autre piège à mouches. Il suivra sur ce point la forte doctrine de Maître Brassens : « Dès qu’on est plus de quatre, on n’est qu’une bande de cons ». 

Jamais je ne voudrais faire partie d’un club qui m’accepterait pour membre (Groucho Marx)

 

Ranafouthommage à etsy

Cet article a été posté il y a plus de huit ans. Je m’en sers pour répondre aux e-mails des faux-frères trois points ou assimilés qui me relancent ou me jettent l’anathème. Je viens d’en actualiser le texte, le studio Kervor a boosté les images, et je le poste en ce jour, revu et corrigé.

À propos de correction, j’invite les casse-pieds de toute secte et de toute obédience d’écrire à d’autres pour changer. Ou mieux : de ne plus écrire du tout. Merci d’en tenir compte et de relayer cette aimable invitation.

 

 

Astral Saga

Les Loups Volants sont libres et puissants. Ce site n’est ni une secte, ni une religion. Je n’ai rien d’un gourou. Pourtant je vous propose mieux que des sermons: quinze nuits de vol astral groupé, dans de parfaites conditions de sécurité. Vous n’avez qu’à dormir comme d’habitude. Et au réveil, ou plus tard, vous vous souviendrez de vos exploits nocturnes.

Pour votre information :  Loups Volants 2023  —  Le Rêve GlobalLe pont du RêveRécits des Loups

Le premier vol est prévu pour la nuit du 4 au 5 février prochain. D’autres suivront, nuit après nuit, jusqu’au 19 février.
Attention ! Les places sont en nombre limité.

Inscrivez-vous vite !

 

 

Nous nous rendons pitoyables ou nous nous rendons fort. La quantité de travail à fournir est la même.
Carlos Castaneda