Trois pas dans l’autre monde

Les Astral Volants viennent d’achever un cycle bien différent du précédent. Accélération des prises de consciences, recentrage de la psyché, sérénité, confiance en soi de pair avec un repli de l’aspect aventure, mais un repli utile : se sentir mieux dans son quotidien est un gain précieux. Oui, c’est gain.Comme moi

Mais en astral l’aventure et les sensations fortes ne sont jamais loin. Puisque les cycles se suivent et ne se ressemblent pas, le 4e cycle va nous offrir son lot de feelings fous, de souvenirs planants et d’exaltants frissons. Il est temps de vous inscrire, les places sont comptées. Une trop grande affluence nuirait à la qualité de nos échanges quotidiens par mail. J’attache une grande importance à ce suivi concret, pratique, chaleureux que j’accorde à chaque astral volant, s’il le désire.

Ceux qui viennent de terminer ce cycle sont aussi invités à s’inscrire pour le prochain. Précieux encadrement des troupes fraîches,  ils sont une référence appréciable pour tous. Les commentaires qui suivent, extraits des mails, font état de la nature du cycle et de son ambiance générale.

Les passagers du vent s’y reconnaîtront, certains pourront même s’en servir pour allonger la liste de leurs souvenirs conscients. Les nouveaux venus y trouveront un aperçu de ce qui les attend, à compléter par le compte-rendu du cycle précédent. Qu’on se rassure : l’effet de surprise reste intact, et heureusement, car la surprise est bonne.

L’excitation qui bloque

Ces deux témoignages font ressortir l’importance d’une bonne relaxation / méditation avant de s’endormir :

Hier soir, impossible de m’endormir. Pourtant, j’étais crevée et je pensais partir vite. Mais arrivée dans le lit, des centaines et centaines de pensées parasitaires tournaient dans ma tête. Je n’arrivais même pas à me concentrer sur ma respiration, mon mental n’arrêtait plus de pédaler dans tous les sens.

La nuit de samedi à dimanche n’était pas terrible. J’ai mis du temps à m’endormir. Et je me suis réveillé d’un coup en sueur avec le cœur qui battait dans tous les sens. Sans avoir le souvenir du rêve ou de ce qui s’est passé pour être dans cet état. C’était frustrant. J’ai mis du temps à me rendormir. Du coup en y repensant je me suis dit que c’était peut-être la sensation qu’on a quand on retourne dans son corps brusquement alors qu’on était en astral ?

Ce réveil en sursaut témoigne d’une incorporation brutale, sans doute causé par la peur. Une situation rêvée devient-elle insupportable, déplaisante ou inquiétante, le recours à l’incorporation est le réflexe immédiat. Ce n’est pas toujours la meilleure des solutions, mais la pratique améliorera ça comme le reste.

Légèreté, énergie

Le fait de ne pas arriver à se souvenir peut paraître frustrant. Mais la mémoire reviendra plus tard. Et la petite frustration compte peu en regard de l’amélioration sensible du taux énergétique. Trois témoignages qui montrent le bénéfice quotidien de cette pratique ébouriffante :

Hier, j’ai passé une super journée. Très agréable, avec une sensation de légèreté. Et aucun souvenir de la nuit mais avec une sensation que tout est là, juste là… Mais que je n’arrive pas à le faire remonter à la surface.

Ma vie suit son cours sans changement majeur si ce n’est l’énergie que je sens autour de moi dans la journée ; elle est très présente, surtout après déjeuner. Sinon pas de souvenirs de nos voyages nocturnes, pas même une image, c’est dommage.

Je me suis senti très serein ce matin, comme aussi une connexion qui s’est réalisé. Une quiétude bienvenue.

Si je n’ai toujours pas de souvenirs clairs ou imagés, peu importe. Je ne sais pas ce qu’on a fait cette nuit mais ça apporte du bien-être par la suite et … Merci à toi, au groupe, et à nous.

Ailleurs

Même quand les souvenirs sont rétifs on sait qu’il s’est passé quelque chose de peu banal :

Je n’ai pas de souvenirs ni d’images fugaces. Une sensation d’avoir passé la nuit ailleurs, ça oui.

Ailleurs, oui, radicalement. Trois pas dans l’autre monde. Le voyage astral, tu le pratiques chaque nuit depuis toujours. Mais là il s’agit d’un premier contact en conscience. Ainsi tu ne seras pas dépaysé au moment du grand saut. Tu te souviendras qu’un vieux fou avait monté ce voyage organisé dans l’hyperespace pseudo-mental… Et si jamais tes souvenirs de ce voyage ne te reviennent pas avant, au moins seront-ils présents à l’heure du choix ultime.

Sérénité

Le bénéfice est immédiat, si les souvenirs ne le sont pas. Deux témoignages parmi d’autres en attestent :

Je me retrouve un peu aujourd’hui. Plus calme, plus serein. Fini d’être balloté par les évènements extérieurs. La nuit de sommeil a été reposante.  Je tenais également à te remercier pour tes retours. Je ressens beaucoup de chaleur humaine, une énergie compréhensive et protectrice, que je ne ressentais pas forcément à la lecture du site, mais systématiquement en lisant tes réponses par mail. Il y a un côté rassurant et ressourçant.

La sérénité est toujours là. Le détachement aussi. Cette nuit, un rêve où je m’efforçais d’éliminer une partie de moi, ou d’un de mes reflets… Quelque chose dans le genre…

Ce dernier témoignage apporte une précision importante : tant que le nettoyage émotionnel est en cours, difficile de se souvenir de l’astral. Voire impossible… Mais la persévérance est avantageuse.

Nettoyage

Le témoignage qui suit fait bien ressortir ce paradoxe : pas encore de souvenir, mais un gain de bien-être et de confiance en soi très révélateur :

N’ayant pas de souvenir au réveil de vol astral j’ai l’impression que mon nettoyage n’est pas encore achevé mais difficile d’en être certain vu que c’est nouveau pour moi. Une chose est sûre en tout cas, c’est qu’un changement s’opère : je me sens moins négatif qu’à l’accoutumée, et plus apaisé aussi je dirai.

Souvenirs flous

Encore un témoignage sur le côté flou, évanescent, des souvenirs de la nuit précédente.

Dans la nuit, il me semble que nous étions ensemble et que nous avons trouvé quelque chose, je ne me rappelle plus si c’est une personne, un lieu ou un objet. Je retiens seulement le mot « évidence » et « sanevec » (ou un mot ressemblant).

Il s’agit d’un objet, une pierre sculptée pour être précis. Nous avons rôdé dans un temple gigantesque à plusieurs reprises, et dans le saint des saints trônait une statue de la Grande Déesse. Elle mesurait près de 15 mètres, peut-être davantage. Et puis la statue s’est mise à bouger. La déesse en personne était devant nous. Elle nous a parlé, mais qu’a-t-elle dit ?  Impossible de me souvenir, ni aucun des astral volants… Pour l’instant.

D’ailleurs ça n’a pas d’importance, les mots de la Déesse nous ont modifiés, ça suffit. Ces mots-là ne s’adressent ni à la raison, ni à la conscience.

Pour en revenir à cette pierre qui se trouvait devant l’entrée du temple, nous avons testé ses vibrations. Quand on approchait les mains, elle émettait très puissamment, et soudain elle s’arrêtait net. On a joué à ça pendant un bon moment, les uns après les autres. Sans les vibes. Avec les vibes. Et moi je commentais à mesure : Sans ! Avec ! Sans et avec… D’où le mot sanevec.

Un beau cadeau

En m’inscrivant à cette aventure avec toi, je suis parti sans exigence de résultat.. Je suis convaincu que si je n’arrive pas à me rappeler nos voyages, mon acte a permis tout de même d’envoyer une intention claire. Pour le reste, je fais juste confiance. Et s’il faut passer par d’autres étapes, et bien elles sont les bienvenues. J’apprécie le parcours. Si ce n’est pas cette fois, ce sera la prochaine, ou encore celle d’après. J’ai déjà la chance de pouvoir avoir un minimum de recul pour me rendre compte des évolutions en cours et c’est déjà un beau cadeau.

Oui. Un cadeau que nous nous faisons les uns aux autres, et d’abord à nous-mêmes. Ça fait plaisir.

Vers l’éveil

J’ai recensé plusieurs éveillés au cours des précédents cycles, et je suis bien certain que ça va se poursuivre.  Témoignage d’un astral volant très avancé :

Dès que je dispose de 5 min, je parcours tes textes et je les lis ou les relis avec la partie de moi à laquelle ils sont destinés. Je comprends beaucoup mieux aujourd’hui. Je ressens beaucoup plus mes chakras, ils fonctionnent mieux j’ai l’impression. Je ressens bien l’énergie circuler dans le canal central.

Je me doutais bien que la vie et la force était puissante en forêt. Mais je ne savais pas à quel point. La magie est partout en fait. Deux suppositions : soit la magie revient, soit c’est moi qui la ressens. Hier après midi je me suis fait une méditation sur un rocher,  j’ai vibré avec elle. Mes chakras fonctionnent bien mieux qu’avant l’atelier. Ensuite, j’ai étreint un arbre et il m’a montré la vision de son point de vue. Je me suis rendu compte que les chaussures bloque la connexion avec la planète et tout les êtres vivants. Pieds nus par contre… Premier ressenti de l’utilisation du tentacule : on sent bien l’impulsion à partir du ventre, fantastique.

Se découvrir

Que d’éléments que je ne comprends pas. Heureusement que tu m’aides, jamais je n’aurais imaginé me comporter ainsi. C’est passionnant de découvrir l’astral. Je lis tes pages qui m’aident beaucoup et je vois un long chemin d’évolution, dans l’ouverture du cœur. Et au sein d’un groupe qui pratique depuis longtemps, ce qui me sécurise. J’espère changer et devenir plus positive.

Tout paraît si différent vu de là-haut ! C’est une remise en question drastique pour certains. Ne serait-ce que d’accepter cette autre réalité, se rebrancher à cet autre aspect de nous-mêmes, qu’on appelle le double.

Souvenirs persos

J’ai rêvé d’une souris, elle est dans une cage mais elle peut se barrer quand elle veut, elle semble bien dégourdie et débrouillarde. Je la nourris à plusieurs reprises en essayant lui donner des bons trucs à manger…. Ce n’est pas la première fois que je la vois…. Je me demande si ce n’est pas moi cette p’tite souris ?!!!

Il vous arrive d’avoir des rêves que vous croyez personnels, mais en fait vous les avez partagés avec le groupe qui a réagi et vous a aidé à éclaircir vos méandres intérieurs. C’est tout l’intérêt du vol groupé. Un pour tous, tous pour un dans l’amour don.

voyage-astral-pop-688po

Le soleil

J’ai senti que je volais au dessus de l’océan, c’était magique. Je me suis dit : « Où aimerais-tu aller ? ». Et la réponse qui est montée c’était, excuse-moi du peu : « J’aimerais aller voir le soleil ». Et je me suis retrouvée face au soleil et c’était grandiose.

Plusieurs d’entre vous m’ont fait cette demande pendant le vol. Aller voir le soleil en face. OK on y va. Et quand nous y sommes arrivés, il y a eu cette sensation d’éblouissement, forte lumière, et puis une véritable explosion de flammes blanches et l’impression de traverser une fournaise sans en ressentir la chaleur. En formation groupée, nous sommes littéralement passés à travers le soleil. Je savais la chose possible pour l’avoir expérimentée sous la direction de mon benefactor, mais je n’avais jamais vécu ça depuis, ni même aussi pleinement, sereinement. Pour tout le groupe, l’émerveillement fut total.

La source

Après je suis repartie de nouveau en voyage, je me suis dit soyons fous, allons nous ressourcer à la source ! J’entre dans la brume blanche pailletée de multicolore, je me sens bien dedans, puis je sens une odeur inconnue, j’entends quelqu’un m’appelle dans la source, puis d’un coup je me retrouve dehors, je me dis dommage, je n’y suis pas restée assez longtemps.

C’est aussi une demande du groupe à laquelle j’ai souscrit. Mais je me garderai de vous décrire ce que nous y avons vécu. Ceci appartient à chacun des participants, conscient ou non, afin qu’il le garde dans le secret de son cœur.

Bienveillance

Même si peu de souvenirs ont affleurés, l’impression demeure d’un sacré parcours avec tellement plus à vivre en rêve conscient ou plus … bilocation. Merci pour ta bienveillance et la nôtre.

Oui, tous unis dans cet amour inconditionnel, voilà de quoi nous regonfler à bloc dans ces circonstances archi pénibles, anxiogènes et délétères. Hauts les cœurs, hauts les corps astraux, hauts les objectifs !

Deux hommes regardent par les barreaux de leur prison. L’un voit la boue, l’autre les étoiles.
Idries Shah