Les Tarots de Flornoy

J’ai connu Jean-Claude dès l’enfance aux scouts de France. Je l’ai retrouvé à l’adolescence dans le théâtre amateur, puis durant son bref séjour à l’université. À l’âge mûr, je l’ai vu ressurgir dans ma vie comme un diable à ressort. Stupeur : il avait changé de fond en comble.

Je ne parle pas de son apparence physique, mais de sa personnalité. Jean-Claude Flornoy avait acquis une puissance intérieure – ce rayonnement que d’aucuns appellent l’aura. Il n’avait plus rien de l’enfant timoré ni de l’ado effacé que j’avais connu.

Un homme nouveau se tient devant moi, et j’ai beau le connaître, je ne le reconnais pas. Je revois son insignifiance d’autrefois, plus rien ne coïncide. Ma mémoire et mon ressenti se font la guerre, moi je compte les points.

Jean-Claude est devenu artisan d’art. Potier, il façonne l’argile. Comme Dieu. Il se dit prince des potiers. Pourquoi pas roi ? Notre empereur est trop modeste. Une page se tourne, il reçoit la foudre qui ne le tue pas mais l’éveille.

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. (Friedrich Nietzsche)

De l’éveillé à l’initié

Changement de programme, changement de priorités, changement de vie. Le domaine de Rochefort devient le quartier général des allumés, qu’il préside avec brio. Il quitte la poterie pour se consacrer à la restauration des premiers tarots. Cette passion n’est pas une lubie soudaine, il travaille la question depuis des années.

Flornoy est un perfectionniste. Il a compris la puissance qui agit à travers ces images. De l’énergie pure, selon lui. Pour être certain d’en absorber la meilleure part, il a compris qu’il faut, non pas créer un tarot de plus, mais restaurer à la perfection les premiers jeux, les plus initiatiques.

Il s’y consacre avec une énergie qui fait plaisir à voir. Et il entraîne dans son sillage toute la bande de gueux qui hante le domaine de Rochefort sur Mayenne au début des années 90. Le mot d’ordre est l’exactitude. 

La restauration n’est pas un travail d’artiste, mais d’artisan. Il n’est pas le compositeur, seulement l’interprète. À lui de jouer au plus juste la partition originale. Il se doit de la servir et non de l’asservir. Mais revenons au commencement.

Tarots chemin d’éveil

La première fois qu’il m’a parlé des tarots, j’étais un parfait néophyte. Pour moi c’était une entourloupe, comme les diseuses de bonne aventure. Des balivernes qui n’intéressent que les simples d’esprits. Mais quand il m’a proposé un tirage, je me suis entendu répondre : Pourquoi pas ?

Les dés étaient jetés. À partir de là, tout a été très vite. Je m’attendais à tout sauf au choc qu’il m’a donné. Des mots scalpels, des frappes chirurgicales, des attaques brusquées, des plages de silence bourdonnant de sens et de révélations, les cimes enneigées, vierges, où il fait bon glisser de sommet en sommet, jusqu’à ce que je m’envole, libéré des contraintes de la pesanteur.

Cette lumière, la lumière partout, dans la pièce, dans ses yeux, dans mon cœur. 

J’ai absorbé le rituel, la forme et l’esprit comme une éponge assez grande pour boire l’océan avec tous ces poissons. Depuis 30 ans, je reproduis avec émotion ce premier contact avec ces morceaux de carton magiques. Ils m’ont tiré de bien des mauvais pas. Comme Proust, je cours mon passé, je fouille, je scrute les souvenirs à la recherche du tarot perdu.

Quel choc ! Je n’en suis pas remis. Par respect pour la puissance de ce garçon, mon ami d’enfance devenu mon benefactor, j’ai suivi fidèlement ses recommandations. À mesure que s’affirmait mon voir, tandis que mes tirages faisaient aux consultants le même effet que ceux de mon mentor, je suis entré aussi profondément que lui dans l’esprit même des imagiers et des grands initiés qui ont conçu ces merveilles.

La méthode Flornoy

Un tirage de tarots de Flornoy peut durer toute une matinée. Sa lecture est confondante, éblouissante. Le consultant est sous le charme. Les cartes ouvrent des portes qui donnent sur d’autres portes. Le monde tourne autour d’un nouvel axe. L’intention est dans la pièce, palpable, éthérée comme la grâce.

Flornoy commente la Papesse, que Jean Dodal appelle la Pances. Elle représente à la fois la grand-mère et le collège des artisans et autres travailleurs manuels, ceux qui produisent. Il parle du livre ouvert qu’elle tient sur ses genoux.

Est-ce cohérent pour le travail manuel ? Quel est ce livre indéchiffrable ? Incite-t-il à la lecture ou non ? Il est factice, il ne contient que du vent. Est-ce le livre de ta vie qui n’est pas encore lisible ?

Ce deuxième arcane majeur décrit le très jeune enfant. L’arcane I Le Bateleur montre devant l’enfant, sur la table, les différents possibles qu’il va réaliser dans sa vie à venir.

Le Bateleur et son chapeau d’infini est à l’orée de sa vie. Quoi d’étonnant que dans l’arcane suivante le livre ouvert soit incompréhensible ? Sa vie reste à écrire…

L’incorporation

Un point très important de sa méthode est une technique d’intériorisation que Flornoy appelait l’incorporation des images. Il tirait un arcane qu’il calait debout face à lui, éclairé par la flamme vivante d’une chandelle.

Cette première phase pouvait durer un long moment. En tout cas plus de vingt minutes. Ensuite l’image devient irréelle, ou mieux, surréelle. C’est la deuxième phase. Il y en a trois : méditation, contemplation, incorporation.

La troisième phase démarre quand la contemplation a créé en toi cette surréalité. Tu prends l’arcane et tu plaques l’image contre ton cœur. Chaque trait, le moindre détail, chaque couleur, toutes les intentions du maître cartier te pénètrent et l’arcane est en toi. Tu as absorbé sa force avec son énergie, son message avec sa représentation.

Jean-Claude Flornoy est parti le 24 mai 2011 à l’âge de 61 ans. Son œuvre reste vive. La méthode Flornoy se répand, ainsi que la lecture originale qu’il a donnée des arcanes majeurs, aujourd’hui partagée par un grand nombre de tarologues.

Aller plus loin

De nombreux articles traitent du tarot initiatique dans le présent site. Cliquez sur la flèche en bas de page pour y accéder. Sinon reportez-vous à d’autres sources :

Son site web Le tarot.com
Son livre commenté, Le pèlerinage des Bateleurs.
Son travail de restaurateur, interview.

La réponse mon ami t’est soufflée par le vent.
Bob Dylan