Souvenirs d’Atlantide

edgar-cayce-httpswww.flickr-pascal-habegger

 

Ça peut vous paraître incroyable, mais les Atlantes vivaient tout à fait comme nous. Avec sans doute des petites nuances dans la forme, car nous n’avons pas développé tout à fait les mêmes technologies.

Leur télé, par exemple, se servait d’une autre technologie, celle des boules de cristal qu’on retrouve dans les plaques d’obsidienne polie.Voir plus loin Les procédés utilisés étaient différents. Edgar Cayce décrit les dieux d’avant comme des adeptes des moyens naturels, terrain sur lequel on le suivra volontiers. Cette expression, les dieux d’avant, revient souvent dans ces pages. Qui sont les dieux d’avant ? Une étiquette sous laquelle je rassemble tous les peuples développés d’avant le déluge qui, aux yeux de leurs créatures craintives, ont paru être des dieux.

 

Souvenirs d’Edgar Cayce

A vrai dire, l’étendue de leurs connaissances et leur maîtrise des forces naturelles font d’eux des géants auprès des nains que nous sommes. Les palais d’Atlantide nous auraient parus divins tant leurs proportions étaient gigantesques et l’énergie qu’ils concentraient intense. Edgar Cayce nous a laissé des descriptions précises de la terre atlante :

 « Dans la ville de Peo, en Atlantide, il y a ceux qui s’intéressaient à la transmission des sons, de la voix et d’images aux peuples de cette époque… » 

Quelles techniques utilisaient les Peotes pour transmettre le son et les images : ondes hertziennes, TNT ou tout autre chose ? « En terre atlante, furent développées des forces électriques pour le transport d’engins ou de vaisseaux d’un lieu à un autre, pour la photographie à distance même à travers les murs, pour surmonter la force de gravité elle-même, pour la préparation du cristalle cristal terriblement puissant… On s’intéressait à la mécanique et aux forces chimiques… On travaillait sur les forces électriques de la radiation et du chauffage et sur leur application commerciale… »

Pourtant leur science ne recoupait pas tout à fait la nôtre, qui est beaucoup plus étriquée. Notre façon de voir nous prive en effet de 80% des possibilités de l’esprit, car nous n’utilisons que la moitié de notre cerveau, et pas la meilleure.

Prenons l’exemple des « grandes pierres« . Certains n’y voient que des sépultures, sans prendre la peine d’interroger les monuments eux-mêmes. Mais oui, voilà ce qu’un Atlante aurait fait.

 

Magie ou science ?

Les allées couvertes et les menhirs ont en effet la fabuleuse propriété d’enregistrer les images, comme on l’a vu dans l’étude de la Roche aux Fées et dans celle d’Avebury.

Cette étonnante capacité du minéral est sans doute le premier secret des crânes de cristal

 

tezcatlipoca-2.0-smoke-pixabay-688po

 

Tezcatlipoca, un des Serpents à Plumes de Méso-amérique, possédait un miroir fumant, plaque d’osidienne polie sur laquelle s’inscrivaient des images. Ne dirait-on pas une télé à écran plat ?

Grâce à cette télé, Tezcatlipoca obtint des informations qui lui permirent de triompher de leur chef Quetzalcoatl le pacifique, qui fut contraint à l’exil. Dites, les voyants qui scrutent les images dans leur boule de cristal, seraient-ils en train d’utiliser une antique technique atlante ?
Tout ce que les hommes simples ne comprennent pas, ils l’appellent magie.
Mais cette pseudo magie qui fait marcher nos lecteurs laser, nos portables et nos montres à quartz, c’est tout bonnement de la science. Ces mystères qui nous déroutent encore, demain les expliquera. 

Par la théorie des champs, la physique va bientôt révolutionner la biologie, la médecine, la pharmacologie, la chirurgie, l’horticulture, et bien d’autres domaines qui touchent au vivant. En fait, on peut supposer que les dieux d’avant vivaient mieux que nous. 

N’oublions pas qu’ils appartenaient à la civilisation de l’âge d’argent, et que nous sommes à la fin de l’âge de fer. Le déclin s’est fortement aggravé en 13.000 ans.

En quoi leur vie était-elle meilleure ? Ils étaient des dieux, ne l’oublions pas. Leur technologie, moins polluante et gratuite, était très supérieure. Ils voyageaient dans une grande partie de notre galaxie, et même au-delà.

Leur maîtrise de la gravité supprimait beaucoup d’efforts pénibles. Leur science de la climatologie les faisaient jouir d’un climat paradisiaque. Leur science médicale et génétique leur donnait une longévité bien plus grande. Leur expérience cosmique et leur spiritualité étaient incommensurables.

Mais leur volonté de puissance et de domination les entraîna dans une guerre atomique qui consomma leur quasi-disparition.

 

croix-celtique-plan-atlantide-688po

 

Il en reste pourtant quelques-uns. A quoi ressemblaient-ils ? Le Christ en majesté du narthex de la basilique de Vézelay nous en donne une petite idée, si l’on en croit Henri Vincenot. 

« Jehan était tout à coup émerveillé, non par les pays qu’il ne voyait plus, bien qu’ils fussent très beaux mais par la race. Au début, elle était encore assez moyenne de taille et vive et sautante. La race souletine. Mais passé le col d’Osquich, tout changea encore une fois, les bergers qui les hébergèrent par une nuit glacée dans leur cayolar étaient grands et secs, les épaules larges, la figure longue, le menton en avant, le nez droit avec le front. Ainsi, Le Prophète trouva qu’ils ressemblaient, mais oui au bon Dieu de Vézelay et aux figures que sculptaient les enfants de Maître Jacques.
– Les Atlantes ! pensa Jehan tout haut.
– Leurs bâtards seulement; mais écoute-les : c’est leur langue !
On entrait dans cette partie du Pays basque qui s’appelle aujourd’hui la basse Navarre. » (source)Henri Vincenot, Les étoiles de Compostelle

 

La réponse mon ami t’est soufflée par le vent. (Bob Dylan)

 

La vérité n’est pas en quelque lieu lointain, elle est dans l’acte de regarder ce qui est. Se voir soi-même tel que l’on est est le commencement et la fin de toute recherche.
Jiddu Krishnamurti