L’âge d’argent

robby-robot-guerrier-nega-sk-688po

 

Dans la tradition grecque, Hésiode a décrit les quatre âges de l’homme, ces humanités qui déclinent de l’âge d’or jusqu’à l’âge de fer. La tradition shivaïte de l’Inde ancienne reprend la même suite de quatre âges ou yugas, mais sur une échelle beaucoup plus grande.

 

Mégalithes du Treta Yuga

La civilisation du Treta Yuganom shivaïte de l’âge d’argent couvre une période de 16.000 ans. Autant dire qu’elle se perd dans la nuit des temps ! Elle date d’avant le principal déluge, la giga-vague planétaire, le tsunami global.

D’où venait-elle, l’onde absolue qui a tout bu ? Voici un scénario possible. Suite à une collision météoritique ou autre phénomène spatial du même acabit, le globe terrestre aurait basculé sur lui-même. Sous la violence du choc, d’effroyables séïsmes ont ravagé les continents, levant des vagues énormes. (source)Toutes les légendes et aussi le livre de Velikowski : Mondes en collision 

 

vague-scelerate-688po

 

Malgré les dégâts des eaux, les séismes et les siècles, quelques traces de la race d’argent subsistent encore, vestiges d’une humanité planétaire qu’on appelle la Civilisation des Pyramides.

 Si l’on en croit Andrew Collins, en voici quelques-uns : les pyramides de Gizeh et le temple de Denderah en Egypte ; les pyramides du Yucatán et celles des environs de Vera Cruz au Mexique ; les Cités des Cimes de Bolivie et du Pérou ; les mégalithes de Carnac, de la Roche aux Fées, de Kercado, du Jardin aux Moines, de West Kennet, d’Avebury, le site de Stonehenge… 

Ajoutons-y les murs cyclopéens des cinq continents ; les ruines de Mycènes et de Crète ; les statues de l’île de Pâques, les boules de pierre du Costa-Rica et les têtes géantes des Olmèques ; 

les vestiges engloutis de Mu à Yonaguni, au Japon ; les ruines de Lémurie aux Maldives, celles de l’empire de Rama dans la vallée de l’Indus, et tant d’autres sites qui restent à découvrir. Parmi ces peuples sans nom, certains datent peut-être de cet âge d’or qui débuta il y a soixante millénaires.d’après Daniélou.

 

yonaguni-maquette-monument-sk-688po

 

 

Tombés de la dernière pluie

Hurlements des archéologues ! Pour la plupart d’entre eux, aucune ruine ne peut être antérieure au 5e millénaire avant notre ère. Et pour certains d’entre eux, c’est déjà deux mille ans trop tôt !

Depuis un siècle, ils se sont efforcés de monter un mur de la honte, un mur de l’oubli, aux alentours du 2e millénaire avant EC. Ils ont dispersé les évidences, obscurci le passé, noyé le poisson.  Pour eux, il n’y a pas eu de déluge, les préhistoriques sont des sauvages,et nous sommes tous tombés de la dernière pluie.

Peut-on nier tous les peuples d’avant, au mépris des vestiges et des légendes, peut-on ignorer ces ancêtres d’une ancienneté vertigineuse, d’une science inégalée, d’une puissance spirituelle quasi divine ?

Leur priorité absolue était l’esprit, non la matière. Toutes les civilisations qui ont précédé le grand déluge ont cultivé les pouvoirs de l’esprit. Il semble que ce fut la seule chose qui comptât pour elles. Le bouddhisme ou le yoga sont de pâles vestiges de leurs fabuleux pouvoirs.

 

Les pouvoirs des dieux

arlequin-masque-200poSans doute, les dieux civilisateurs de l’âge d’or leur avaient-ils légués une bonne partie de leur impressionnant savoir et de leur maîtrise terrifiante de l’esprit, donc de la matière. 

Leurs héritiers, les demi-dieux ou dévas de la race d’argent, sont dépeints comme des géants dans de multiples traditions. Pourtant, le Râmâyana et le Mahabharata insistent sur le fait qu’ils pouvaient aussi avoir notre taille. Quand ils prenaient leur forme géante, ils avaient des dizaines, voire des centaines de bras. 

Leur tête glorieuse se perdaient dans les nuages, tandis que les muscles puissants de leur corps gigantesque leur permettaient des exploits qui dépassent l’entendement.

Impossible d’y voir des contes sans fondement, puisque des centaines de traditions nous disent exactement la même chose. Impossible de prendre tous nos ancêtres pour des demeurés ou des mythomanes.

Dans la mythologie grecque, Zeus lui-même, dieu de l’âge d’argent, se plaisait à revêtir des formes animales pour culbuter femmes et nymphettes. Son innombrable descendance illégitime aurait suffi à repeupler la terre après la fournaise de feu qui ravagea sa face entière.

 

 

L’accès au gigantisme ou aux formes animales n’est pas seulement un privilège divin, il s’applique aussi aux héros, dévas ou demi-dieux : Krishna comme Arjuna, Héraklès comme Achille pouvaient eux aussi changer d’apparence et de stature à volonté.

Ceux et celles de la race d’argent pratiquaient sans effort la transmission de pensée, la téléportation, l’ubiquité, le transformisme et toutes les facultés psys. Quelques-uns de ces pouvoirs nous sont encore accessibles

Au moins pour ceux d’entre nous qui sont prêts à franchir la Porte de la Foudre. Car la foudre, élément chéri de la race d’argent, est d’abord un instrument d’éveil, dont les demi-dieux ne se sont pas privés…

 

D’autres scénarios sont possibles, sinon probables. Mon préféré est celui de l’erreur de pilotage d’un gigantesque engin spatial dont la chute dans l’océan Atlantique aurait levé un énorme tsunami. (Note du 12 avril 2017)

 

 Il faut être toujours ivre. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du temps qui brise vos épaules, il faut s’enivrer sans trêve. De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous !
Charles Baudelaire