Le Dit de Merlin

 

D’antiques chants celtes louent un christ oublié, Rama. Ce sont le Dit de Yann l’Ancêtre ; le Dit de Lugh, cyclope des Tuatha Dé Danaan; le Dit de Marc’h, le roi-cheval de la mythologie bretonne. Voici le dernier évangile païen, le Dit de Myrdinn, ou Merlin.

Merlin ou Myrdinn est donc le modèle dont se sont inspirés les auteurs de l’évangile de Matthieu. Yann est Saint Jean, Lugh est Saint Luc, Marc’h est Saint Marc et Merlin l’enchanteur est un avatar du Myrdinn originel, que les évangiles canoniques ont appelé Matthieu.

De Myrdinn à Merlin

Le personnage de Merlin est probablement composite. Son nom vient d’un personnage historique du 6e siècle, Myrdinn. Mais il a été repris et embelli dans la légende arthurienne. Tout ceci est vrai. Mais j’ajouterai que le premier Myrdinn est bien antérieur. Il a vécu au cours du 6e millénaire avant notre ère. Et c’est lui qui serait l’auteur des extraits que je donne plus loin.

Myrdinn, connu également comme Myrddin Emrys, en latin Merlinus Caledonensis et Merlin Sylvestris, est un personnage de plusieurs légendes galloises médiévales, dépeint comme un prophète et un « fou ». Il est la principale source d’inspiration du personnage de Merlin, dans la légende arthurienne.

Vraisemblablement né aux alentours de l’an 540, Myrddin Wyllt est frappé de folie après la bataille d’Arfderydd en 573, et se réfugie dans les forêts calédoniennes (en gallois Cylidd) pour y vivre en ermite, à l’instar d’un personnage qui lui est semblable, Lailoken. Sa sœur jumelle se nomme Gwendydd, Gwenddydd ou Langoreth. (source)

Kaamelott

Kaamelott est une série télévisée française humoristique et dramatique de fantasy historique créée par Alexandre Astier,voir photo Alain Kappauf et Jean-Yves Robin et diffusée entre le 3 janvier 2005 et le 31 octobre 2009 sur M6.

L’origine du nom de la série est la cité de Camelot, avec une orthographe et une graphie particulières faisant ressortir les initiales AA de l’auteur, et les deux T finaux forçant l’homophonie avec camelote. (source)

Alexandre Astier s’est sans doute inspiré de la folie de Myrdinn pour composer sa succulente version de Merlin le Druide de Kaamelott. Maladroit et attachant, ce Merlin-là est le Gaston Lagaffe de la saga.

Menhirs chrétiens

Saviez-vous que le mot de Cambronne est tiré de Myrdinn ? On disait marde ou Moyen Âge, devenu merde par la suite. Pourquoi cette insulte ? Eh bien, il faut se souvenir de cette sale habitude de ridiculiser les idoles païennes pour en éradiquer le culte.

C’est ainsi que des mégalithes ont été christianisés à partir du 9e siècle sur ordre de Charlemagne l’empereur très-chrétien. Au Mans, un magnifique menhir orné figurait à l’entrée de la ville. Les pèlerins s’y pressaient dans l’attente de miracles. Ce que l’évêque voyait d’un très mauvais œil.

Il l’a fait déplacer pour le sceller près du portail de la cathédrale. Un menhir, aiguille d’acupuncture terrestre, est placé à l’endroit exact d’où il peut rayonner l’énergie cosmo-tellurique. Des chamanes voyants et sensitifs ont défini précisément l’emplacement du mégalithe. Le déplacer, c’est lui ôter tout pouvoir. Les évêques le savaient-ils ? Si oui, ils s’en foutaient. Leur but était avant tout de casser le culte païen. On peut encore l’admirer à la porte principale de la cathédrale. Cependant aucune énergie n’émane plus de la pierre sacrée des anciens.

Voici les quelques versets que j’ai pu recueillir jusqu’ici. En violet, j’ai ajouté mes commentaires.

 

 

Le dit de Merlin

Lacune : chapitres 1 à 7 manquants. 

Sagesse

8.1 Ô Rama, puissant mage, Toi qui lis les destinées dans les étoiles et dans le vent, viens à mon secours.

8.2 Tu as transmis à ton fils Myrdinn bien peu de Ta grande sagesse, il m’en faut davantage.

Il semble que les pouvoirs magiques de Merlin soient venus de Rama. Merlin se dit son fils, sans doute le fils spirituel. Certes Rama a eu de nombreux enfants, mais la foule de ses adorateurs est bien plus vaste encore.

8.3 Vois la galère où j’erre, vois la misère qui m’atterre.

De quelle galère s’agit-il ? Serait-ce le navire qui permit à Merlin de traverser le grand fleuve qui coulait dans la vallée de la Manche ?

8.4 Verset manquant

8.5 Tu as conquis le monde, tu as conquis le ciel, tu règnes sur ton Chariot d’Or comme tu as régné ici-bas.

Le Chariot d’Or pourrait être un des nombreux noms donnés à Hyperborée, le grand vaisseau immobile dans le ciel du nord. Ce pourrait être aussi la constellation d’origine de rama et des dieux d’avant, la Grande Ourse qu’on appelle aussi le Chariot. On notera que Merlin parle de la conquête du monde : Rama l’a fait. Il parle aussi de la conquête du ciel, chose que j’ignorais. Rama serait-il devenu le dieu des dieux ? Le tout-puissant maître d’Alcor et de la Grande Ourse ?

8.6 Tu nous as privés de Ta sagesse immense, de Ton règne et de Ta puissance.

8.7 Tu nous as légué la peine et les regrets.

Les hommes sont orphelins depuis le départ de Rama. Le grand vaisseau-lumière est reparti vers les étoiles lointaines et les humains n’ont que leurs yeux pour pleurer. Difficile de s’habituer à la misère des primitifs quand on a connu l’abondance et les avancées technologiques de pointe.

 

rama-medusa-688po

 

Abandonnés

9.1 Des profondeurs de l’Ici-Bas je crie vers Toi Rama. Pourquoi m’as-tu abandonné ?

On reconnait les paroles du De profundis, prière chrétienne probablement emprunté au Dit de Myrdinn.

« De profundis clamavi ad te, Domine;
Domine, exaudi vocem meam.
Fiant aures tuae intendentes
in vocem deprecationis meae.
Si iniquitates observaveris, Domine,
Domine, quis sustinebit ?
Quia apud te propitiatio est,
ut timeamus te.
Sustinui te, Domine,
sustinuit anima mea in verbo eius;
speravit anima mea in Domino
magis quam custodes auroram.
Magis quam custodes auroram
speret Israel in Domino,
quia apud Dominum misericordia,
et copiosa apud eum redemptio.
Et ipse redimet Israel
ex omnibus iniquitatibus eius. »  (trado)

9.2 Il n’y a rien ici qui ressemble à rien. Je suis seul et j’ai froid sans Toi, sans Ta voix, sans nouvelles du Chariot d’Or.

Ici aucune ambigüité. Le Chariot d’Or désigne Hyperborée.

9.3 Quel crime a-t-on commis pour que tu nous oublies ?

9.4 Vois ma courte vie, vois ma courte vue, vois mes vœux inutiles.

Le mot vœux peut signifier deux choses : les souhaits ou bien l’engagement que prennent les moines en prononçant leurs vœux.

 

Murmures

10.1 Des murmures lointains se font entendre, mais ce n’est pas Ta voix.

Il y avait sans doute d’autres versets dans ce chapitre. Pour l’instant, voilà tout ce dont j’ai gardé souvenir.

 

Lacune : chapitres 11 à 13 manquants.

Action de grâce

14.1 Sois mille fois remercié, Grand Rama qui fait le jour, la lumière et la joie !Hyperborée était super lumineuse

Rupture de ton. Les suppliques larmoyantes de l’abandon ont disparues. Rama serait-il revenu ? Ou bien aurait-il simplement donné de ses nouvelles ?

14.2 Des mille bouches de la forêt s’élèvent le chant d’action de grâces.

14.3 Tu nous as rendu la vie et la vue et la voix.

14.4 Ton amour nous réchauffe le cœur, le corps et l’esprit.

14.5 Nous ne sommes plus seuls, nous ne serons plus jamais seuls dans le noir et le froid.

On dirait bien que le Grand Rama est de retour sur Terra. Le dieu suprême est revenu parmi les humains

14.6 Ta lumière d’or inonde à nouveau le ciel du nord.

Oui, c’est bien ça, le doute n’est plus permis. Le grand vaisseau d’or est de retour au ciel du nord. Sa lumière bienfaisante a chassé les ténèbres et la peur.

14.7 Lacune

14.8 Tu es de retour, puisse ton règne durer toujours !

 

ramayana-688po

 

Apothéose

15.1 Je sais qu’un jour prochain nous serons réunis ô Rama !

J’ai intitulé ce chapitre apothéose, car c’est ainsi que je l’interprète. La réunion avec Rama ne désigne pas son retour, mais quelque chose qui va venir, comme une effusion, une union parfaite avec l’esprit, le cœur et le corps de Rama.

15.2 Et jamais rien ne nous séparera.

Oui, c’est une apothéose. On perçoit l’enthousiasme qui anime ici Merlin. Enthousiasme vient du grec en-theos, et signifie littéralement être ravi en dieu.

15.3 Je sais qu’avec Toi nous ne ferons qu’un pour célébrer ensemble la grandeur de la Déesse

La Grande Déesse, la Déesse Mère de tous les humains et génitrice de Rama, est l’objet d’une adoration plus grande encore que celle de Rama.

15.4 Et le Chariot d’Or brillera d’un tel éclat qu’à jamais sur Terra la nuit finira.

Ce dernier verset est contradictoire. Il semble revenir à la réalité matérielle du grand vaisseau soleil. L’hypothèse de la fusion effusion avec Rama Dieu en prend un coup dans l’aile. L’interprétation est un art délicat qui appartient à chacun. Je laisse donc au lecteur le soin de conclure.

 

Les dieux ont toujours faim, n’en ont jamais assez Et c’est la mort, la mort toujours recommencée.
Georges Brassens