Les Bouddhas noirs

 

Avez-vous remarqué que tous les bouddhas indiens ont les cheveux crépus ? C’est d’autant plus surprenant que personne, en Inde, n’a ces cheveux-là. Ils sont réservés aux noirs d’Afrique. J’en conclus que la peau des bouddhas n’était ni blanche, ni jaune, ni rouge. Les bouddhas étaient noirs, et ils venaient d’Afrique.

Si je vous parle des bouddhas de l’Inde, c’est parce que le bouddha historique, Gautama Çakya Muni, est né dans ce pays. Par la suite, le bouddhisme a pratiquement disparu de la péninsule indienne, pour conquérir la Chine, l’Asie du Sud-Est, la Corée et le Japon. Néanmoins la doctrine bouddhique s’est d’abord manifestée en Inde, et cela bien longtemps avant le Bouddha historique. Issue d’Hyperborée, elle aurait été apportée par les Celtes, dirigés par Ramos dit Rama, plus de 1500 ans avant Çakya Muni. Et peut-être bien très longtemps auparavant, genre durant le 8e millénaire Avant Notre Ère (AEC) – c’est l’appellation couramment admise, qui évite de mentionner Jésus dont l’existence historique est sérieusement contestée.

« Dans mon essai sur les druides celtiques, j’ai montré qu’une grande nation appelée Celtae, dont les druides étaient les prêtres, s’est répandue presque sur toute la terre et doit être retrouvée dans ses rudes monuments gigantesques, de l’Inde à l’extrême de la Grande-Bretagne. La religion de Bouddha d’Inde est bien connue pour avoir été très ancienne. »  (source)Godfrey Higgins, Anacalypsis, vol. I, Livre I, Chap. IV

On peut s’étonner que cet auteur, Godfrey Higgins (1772-1833) attribue aux Celtes la construction des mégalithes, dont on sait aujourd’hui qu’ils datent au moins de 4000 AEC, soit très longtemps avant l’apparition des Celtes en Europe, que les historiens situent au cours du 1er millénaire AEC. Il y a beaucoup de confusion à ce propos. À travers mes recherches, j’ai acquis la conviction que les Celtes étaient en Europe occidentale longtemps avant la date retenue par les historiens. Ils y vivaient chez eux, de façon pacifique – l’hypothèse des guerres claniques est à exclure du fait que les villages néolithiques n’étaient pas fortifiés.

Et puis, pour des raisons politiques que j’ai expliquées ailleurs, l’Hyperboréen Rama dit Ram a entraîné une partie des Celtes à la conquête du monde, laissant délibérément l’Europe occidentale aux mains des toutes-puissantes druidesses. Plusieurs millénaires se sont écoulés au cours desquels Rama alias Lama a pacifié et civilisé l’Asie, et sans doute aussi les Amériques, sous le nom de Cuchulainn alias Quetzalcoatl.

 

 

Le même Higgins nous donne des infos encore plus précieuses concernant la véritable ethnie des Celtes. Selon lui, sans le moindre doute, les premiers Celtes étaient des Noirs.  Les Celtes qui ont bâti les pyramides et levé les mégalithes « auraient-ils été les premiers individus de la nation noire dont j’ai traité, je l’ignore. Toutefois cette opinion est partagée. Le savant Maurice dit que les Cuthies (les Cushites), c’est-à-dire les Celtes, ont construit les grands temples de l’Inde et de la Grande-Bretagne et creusé les grottes du premier pays; et le savant mathématicien, Reuben Burrow, n’hésite pas à déclarer que Stonehenge est un temple du Bouddha noir à la tête bouclée. » (source)Godfrey Higgins, Anacalypsis, vol. I, Livre I, Chap. IV

Voici venir ce fameux Bouddha noir de peau aux cheveux crépus. On m’a objecté que la tradition bouddhiste ne voit pas les choses ainsi : « Ce ne sont pas des cheveux crépus… ce sont les escargots qui l’on protégé du soleil pendant sa très longue méditation ! Tout comme un cobra royal l’a protégé de la pluie. « Au matin, des escargots rampèrent jusque sur son crâne et de leurs coquilles serrées lui firent un casque qui, pendant sa méditation, devait le protéger du terrible soleil indien« . Tiens donc ? je croyais qu’il était alors bien à l’abri sous un figuier ? D’ailleurs, à bien y regarder, on ne reconnaît pas du tout nos chers gastéropodes. Tandis que le reste de la sculpture est on ne peut plus réaliste, les escargots se limitent à une spirale qui peut aussi bien figurer des boucles serrées.  Je note aussi que les tous premiers bouddhas (voir l’image plus bas) étaient taillés dans des pierres noires. Pour montrer que le rude soleil indien avait cramé sa peau ? Toutes ces salades ont été inventées par la suite, en guise de catéchisme, et pour écarter l’hypothèse trop gênante d’un bouddha noir de peau. Les bouddhistes sont bien crédules, ils en oublient la parole du bouddha historique.

L’hypothèse des Celtes Noirs prend du galon. Je crois très sincèrement que les premiers Celtes étaient Noirs, trop d’indices et de témoignages anciens viennent à l’appui de cette thèse pour que je puisse la passer sous silence. Et qu’on ne s’avise pas de dire le contraire, il y a jurisprudence. Un blogueur racialiste avait soutenu qu’il n’y a pas de Celtes Noirs, la justice a tranché, il est condamné pour racisme. Rappelons qu’en France le racisme ne relève pas de la libre opinion : même s’il est encore très présent ailleurs, c’est un délit dans notre pays. Nous pouvons en être fiers.

Il me semble toutefois que l’appellation de Celtes pour ces Noirs bâtisseurs est abusive. L’usage est de ne considérer comme Celtes que les peuples du 1er millénaire AEC.Avant l’Ere Commune Parmi eux, s’il se trouvait encore quelques Noirs, la grande majorité était de race caucasienne, c’est à dire blanche. Les « premiers Celtes » dont parle Godfrey Higgins devraient plutôt porter leur vrai nom : des Hyperboréens. Les premiers Celtes et Vikings étaient des Noirs. En tout cas, c’est un Etasunien, le Dr Clyde Winters, qui l’affirme. J’ai développé son point de vue dans un autre article, je n’y reviendrai donc pas ici.

Reprenons, s’il vous plaît, la saga de l’espèce humaine telle que nous la révèlent les anthropologues. La race noire est la première à apparaître, et ça se passait en Afrique il y a 7 millions d’années, comme en témoigne le crâne de Toumaï, découvert au Tchad. L’Afrique a été le premier continent peuplé par des représentants de notre lignée humaine. Ils étaient Noirs, n’en doutons point. Et leur existence peut être attestée par d’autres preuves que des crânes, qui ne résistent pas toujours à l’usure des millions d’années. On a découvert au Gabon des réacteurs nucléaires datés de 1,5 milliards d’années ! Un de ces réacteurs de 1,8 milliard d’années aurait fonctionné au moins 500.000 ans ! Ces chiffres et des faits donnent le vertige.

Le continent africain a été le premier à connaître une civilisation développée, comparable à la nôtre. J’en ai acquis la certitude. Les vestiges de la ville archaïque de Maputo sont assez éloquents en la matière : elle date de 200.000 ans ! En pleine préhistoire ! Dans une période beaucoup plus récente, disons entre le 12e et le 13e millénaire AEC, nous avons trace de leur expansion à travers l’ensemble des continents. J’ai déjà raconté comment les Celtes du 10e millénaire AEC ont conquis l’Europe et l’Asie sous la conduite du grand Rama, que l’Inde s’est appropriée indûment, et que son iconographie religieuse présente de couleur bleue. Osiris aussi était bleu, ou vert. Encore un Noir ? J’ai lu quelque part que cette couleur improbable est due à la détérioration des pigments des fresques, qui se seraient altérés avec le temps. En ce cas, pourquoi les céramiques auraient gardé les mêmes couleurs ? Cuites et vernies, elles ne s’altèrent pas.

Il y a d’autres faits troublantsou trounoirs ? Les grandes têtes Olmèques manifestement négroïdes, et la preuve de leurs connaissances avancées en mathématiques en architecture et en astronomie. Longtemps avant Christophe Colomb, l’Amérique était peuplée, non par des Rouges, mais par des Noirs. Ces faits sont attestés, mais constamment battus en brèche par l’occident et l’orient racialistes et racistes.

Il est temps que les masques tombent. La suffisance des Blancs et des Jaunes renvoie à un terrible sentiment de supériorité bien infondé. On se souvient de la phrase honteuse d’un ancien président très ignorant, qui déplorait de l’Afrique n’ait pas pris sa place dans l’histoire. Comment s’en étonner ? L’histoire a toujours été faite par des Blancs. Les choses, décidément, n’ont guère changé depuis l’horrible époque de l’esclavage des Noirs en Amérique. Voir le superbe film de Tarantino Django Unchained, ou, plus fort encore, le chef d’œuvre de Lionel Steketee, Fabrice Eboué et Thomas Ngijol, Case Départ.

 

 

« Le Nègre ignore que ses ancêtres, qui se sont adaptés aux conditions matérielles de la vallée du Nil, sont les plus anciens guides de l’humanité dans la voie de la civilisation » Cheikh Anta Diop

 

J’ai acquis la conviction que les Africains ont connu la civilisation avant toutes les autres races. Un jour, je l’espère, cette opinion trop peu répandue sera si banale et si partagée que nos descendants seront stupéfaits de notre ignorance. Mais de nos jours, on doit se battre pour imposer les évidences qui ne cadrent pas avec la ligne générale de la pensée dominante. A ceux qui s’étonnent que les Noirs ne soient plus les premiers, je demande de considérer ce qui suit. Après la grande guerre du 10e millénaire AEC, les peuples d’Afrique ont renoncé aux méfaits de la civilisation, qui mènent tôt ou tard à la destruction totale. C’est leur grande sagesse.

Aussi sont-ils revenus à l’état de nature, tant vanté par les philosophes du 17e et 18e siècles, comme Thomas Hobbes ou Jean-Jacques Rousseau. C’est ce que j’ai appelé l’effet Mad Max, qui s’est produit à de très nombreuses reprise dans la très longue et très ignorée Saga des humains, dont le nom originel est Adam ou Eden. Nous aurions bénéfice à en prendre de la graine. Parviendrons-nous à sauver la planète avec la même intelligence que les Noirs pour sauver jadis leur continent ? Il semble que nous n’en prenions pas le chemin.

Dans leur grande naïveté et leur nom moins grand racialisme, nos historiens ont jugé les Noirs sur ce qu’ils sont aujourd’hui, au mépris de leur extraordinaire ancienneté, toujours contestée au nom de la supériorité blanche. Que je juge terriblement suspecte puisqu’elle vient surtout de ce pantin malade nommé Hitler et de ses brutes sanguinaires à l’esprit atrophié et au cœur mort. Des ingénieurs froids, des tueurs sans âmes, des pantins qui ont perdu la guerre mais peuvent très bien gagner la paix. Car ils n’ont pas disparu…

 

Nombreux sont les pièges de la suffisance.
Carlos Castaneda