L’histoire d’OR

Les terrafORmEURs sont venus sur cette planète quand elle était encORe sauvage. Pendant des milliards d’années, ils l’ont domestiquée, aménagée, embellie.  Quand vous croyez contempler la nature, c’est leur œuvre que vous admirez.

Leurs aventures mettent en scène un nombre fantastique de civilisations et d’espèces intelligentes qui se sont succédées sur cette terre depuis l’aube des temps. Fait incroyable : j’ai acquis la conviction que les dieux d’avant ont jeté un message à la mer du temps. La bouteille qui a protégé ce message, c’est la langue française, ou plutôt sa structure. C’est un peu de toutes les langues en fait, mais celle que je maîtrise le mieux a tout natURellement ma préférence. Il faut chercher dans la langue cachée, la langue codée, la fameuse langue des Oiseaux, ou plutôt des Oisons.

La langue française est un précieux conservatoire de l’encodage sacré mis au point par les terrafORmEURs. Il passe non par le sens des mots, mais par un certain nombre de phonèmes, marquage invariant, indiscutable indice d’une volonté agissante, déterminée, motivée.

Ces phonèmes, Alain Aillet en a entrepris la recension dans plusieurs articles passionnants. Pour l’instant, je me concentre sur un seul de ces phonèmes, UROUREUR. Il indique l’ORigine divine, extraterrestre, de nombreuses techniques et réalisations dûes aux dieux d’avant. La présence de ce phonème est une signatURe qui signifie en fait made in UR. Et UR, c’est leur planète, sous le soleil d’AlcOR, dans la Grande OURse.

J’ai montré dans une précédente étude comment ce phonème peut nous fournir une mine de renseignements sur les mŒURs, les attitudes, les connaissances et les acquits gigantesques que les dieux nous ont transmis dès l’origine.

Je voudrais illustrer davantage l’inestimable richesse du phonème d’OR en lui laissant le soin de nous raconter la véritable histoire des dieux qui nous ont faits.

Encore un article qu’on ne pourra pas lire en anglais, pour la bonne et simple raison que la langue des oisons est intraduisible.

L’aventURe des seignEURs

amOUR – Leur arrivée ouvre l’âge d’OR, le paradis terrestre, l’Eden sur terre
ORigine – Le phonème OR/UR exprime l’ORigine, le début : ORée, AUR-ORe, d’abORd, ouvertURe
âge d’OR c’est le premier âge. Ceux qui suivront seront moins brillants…

ORdonner – c’est mettre en ORdre, mais aussi donner des ORdres. Les humains sont les servitEURs et les créatURes des terrafORmEURs
ORganiser – c’est le travail des Anges et des Géants
valORiser – c’est le travail des humains
accORder – des récompenses ou du repos, par exemple
catégORies – les castes de Rama
dURée – voir Le temps et la durée
t
OUR

horus-enfant-hyperboree-carte-antique-688px

Maintenant, une petite histoire dans la grande :
OR hORs – D’après de nombreuses traditions,  l’OR de la terre intéresse beaucoup les URs. Ils le font extraire par la première race, les Noirs, dans leurs mines africaines et latino-américaines. L’OR est chargé sur leurs vaisseaux pour chez eux. C’est pourquoi on trouve une totale homophonie entre le métal et la préposition : OR hORs. L’OR est un métal divin destiné à quitter la terre pour rejoindre AlcOR. Cette histORiette m’a été suggéré par Alain Aillet. Merci à toi, noble écouteur des phonèmes d’OR.

labOURs – apparition de l’agriculture et du sédentarisme
bOURgs – les villages apparaissent
faubOURgs – l’urbanisation désorganise l’harmonie sociale. Apparition de castes inférieures.
parcOURs
discOURs
humOUR
– les terrafORmEURs mettent les riEURs de leur côté

natURe – Les dieux ont besoin des hommes pour les travaux des champs
créatURe – Toutes leurs créatURes sont mobilisées pour aménager la natURe
labEUR – soyez tranquilles, il ne manque pas
labOURs – agriculture et élevage ont fait leur apparition.
cultURes – essentiellement vivrières
nourritURe – des famines se succèdent chez les humains, les dieux ne manquent de rien.
progénitURe – les petits d’hommes sont sacrés pOUR la communauté…
sécURité – … et chacun se doit d’assURer leur sécURité.

aventURe – de nombreuses péripéties marquent l’histoire des terrafORmEURs
armURe – il s’agit sURtout de combats et de victoires
montURe – indispensable au chevalier
tOURnois – les chevaliers en armURe s’affrontaient en lice
atOURs – les dames revêtaient leurs plus beaux atOURs
seignEUR
vainquEUR
bravOURe
amOUR – la dame est éprise du seignEUR vainquEUR
fORtune – bonne ou mauvaise, qu’impORte ? Le seigneur gagne toujOURs…
encORe – …toujOURs et encORe

errEUR – Il s’agit de l’erreur d’Atlas, la chute de l’Atlantide lors du décollage
destructEUR – et du déluge qui s’en est suivi
horrEUR
plEURs
doulEUR
cOURroux – la révolte gronde chez les humains

ORdinatEUR – énumération des défaillances d’un certain nombre d’équipement. Sabotage ?
calculatEUR –  voir Le calculateur d’Anticythère
qualibrEUR – voir Excalibur
propulsEUR – voir Vimanas et antigravité
équilibrEUR
stabilisatEUR
motEURs
accélératEUR
RéactEURs

retORs – Les dieux rejettent la faute du cataclysme sur les géants.
accORd – L’erreur d’Atlas pousse les dieux à un départ immédiat. Ils concluent un accORd avec les humains.
pORt – mais surtout l’astropORt de Baalbek ou de Babel
bORd – voir Mont ThabOR
coORdonnées – voir les Olmèques astronautes
ret
OUR – voir le retour des dieux
AlcOR – voir AlcOR grande OURse
URsa majOR – idem
grande-OURse – idem

alcor-et-mizar-spaceship-688po

Comme je vous l’ai dit, cette liste n’est par encORe exhaustive. Si le cŒUR vous en dit, jouez à la compléter avec d’autres mots contenant le son UR ou ses variantes OUR, OR, EUR. Vous pourrez constater que toutes vos découvertes se rappORtent aux diverses branches de l’enseignement que nos créatEURs nous ont donné jadis et aux savoir-faire qu’ils nous ont transmis.

Faites-moi plaisir, envoyez-moi vos découvertes, elles complèteront cette liste. Merci de tout cŒUR. Et si d’aventURe vous maîtrisez une autre langue, essayez d’y dénicher ce même phonème, et dressez la liste de vos trouvailles. Si possible, elles serviront à la rédaction d’un nouvel article…

 

Il n’y a que deux façons de vivre sa vie : faire comme si rien n’était un miracle, ou faire comme si tout en était un.
Albert Einstein