Stopper le monde

stopper-le-monde-688po

 

Stopper le monde est la chose la plus évidente et à la fois la plus inimaginable. Tout dépend du regard qu’on y pose. Tout dépend si on essaie d’y parvenir ou si on y parvient. Tout dépend de ce qui nous arrive quand le monde est stoppé.

Dans la formation de Carlos Castaneda pour devenir un guerrier de l’Esprit ou Nagual, l’apprentissage du voir était un point capital, que Carlos, pour des raisons personnelles, a eu bien du mal à parfaire. Or, sur le chemin du voir, le guerrier doit d’abord apprendre à stopper le monde. C’est la première porte, la première rencontre avec le gardien du seuil. Un jour, dans la vie du guerrier de l’Esprit, le monde s’arrête. Alors il peut découvrir l’infini, « cette immensité là-dehors ».

 

Je voudrais que la terre s’arrête pour descendre (Serge Gainsbourg)

 

Stopper le monde constitue le premier acte du guerrier sur le chemin d’apprentissage. L’homme ordinaire se contente du monde ordinaire, qui repose sur un consensus. Depuis la naissance, chaque être humain donne implicitement son accord pour assembler ce monde ordinaire, gris et galère, où l’on s’ennuie. Il existe pourtant une infinité d’autres mondes possibles; chacun de nous possède en lui la possibilité de s’y rendre. « Notre réalité n’est qu’une description parmi beaucoup d’autres. » (source)Carlos Castaneda, Le voyage à Ixtlan, page 9

 

Il existe d’autres mondes au-dedans de celui-ci. La frontière est intérieure et le temps s’arrête ici. (Stef Kervor)

 

Pour parvenir à stopper le monde, Carlos Castaneda a dû absorber des kilos de mescalito et de petite fumée parce qu’il était particulièrement bouché. Certains ont besoin d’ayahuasca ou de dizaines de sweatlodges pour, l’espace d’un instant fugace, stopper le monde et voir. D’autres sont tombés dans la marmite quand ils étaient petits. 

 

 

Le guerrier sans passé

Ceux-là n’ont besoin d’aucune potion pour voir. Et ils comprennent très vite comment stopper le monde. Leurs auras souvent sont inédites. Leurs auras sont indigo, cristal, arc-en-ciel, ou autre merveille encore Leurs corps subtils sont équipés de dispositifs, sortes d’organes externes en compléments de chakras énormes et très actifs. Quels miracles feront-ils quand ils sauront utiliser leurs pouvoirs ? Ces êtres-là grandissent vite. Ils vont changer l’avenir de cette planète. La plupart d’entre eux seront à pied d’oeuvre fin 2012. D’ici là, apprenons à stopper le monde avant qu’il ne s’emballe. La première étape consiste à effacer son histoire personnelle.

 

Tu ne vas pas être si facilement capable de t’arrêter. Je sais que tu es têtu, mais cela importe peu. Plus tu seras têtu, meilleur tu deviendras quand tu auras enfin réussi à changer. (Carlos Castaneda)

 

Devenir invisible. Insaisissable. Fuir ceux qui nous connaissent, car ils nous fixent dans l’ancien monde. « Tu es obligé de renouveler ton histoire personnelle en racontant à ta famille et à tes amis tout ce que tu fais. Par contre, si tu n’as pas d’histoire personnelle, il n’y a pas une seule explication à fournir à qui que ce soit, personne n’est déçu ou irrité par tes actes. Et surtout, personne n’essaie de te contraindre avec ses propres pensées. » (source)Castaneda, Le Voyage à Ixtlan 

Comme d’habitude, Castaneda regimbe. Le sacrifice lui paraît trop lourd pour un bénéfice trop illusoire. Son benefactor hurle de rire, et lui explique gentiment. « Toi, par exemple, tu ne sais pas quoi penser de moi parce que j’ai effacé ma propre histoire. Petit à petit, autour de moi et de ma vie, j’ai créé un brouillard. Maintenant personne ne peut savoir avec certitude ce que je suis ou ce que je fais. » (source)Castaneda, Le Voyage à Ixtlan 

 

galaxie-nasa-688po

 

Mais Castaneda ne supporte pas que quiconque, fût-ce son benefactor, modifie sa ligne de conduite. A ce point de son évolution, l’élève est encore possédé par son ego, « rempli de merde » selon la forte expression de Juan Matus. 

Il ne peut se rendre compte à quel point sa ligne de conduite est aberrante, obérée par ses engrammes ou par leurs fantômes, risible aux yeux du benefactor qui doit faire de grands efforts pour dissimuler son hilarité.

Nous sommes tous pleins de merde, nous passons toutes par les mêmes ornières, nous nous faisons toutes pièger aux mêmes coulées… Mais un jour le monde fabriqué s’écroule. Le guerrier voit

 

Tout ce qu’on entend est une opinion, pas un fait. Tout ce qu’on voit est un point de vue, pas la vérité.
Marc-Aurèle