God-Gott, l’autre dieu

 

Les mythologies nous raconte la véritable histoire de notre origine. Tout est contenu dans le langage. Les noms de Dieu sont innombrables, ce qui est troublant s’agissant d’un dieu unique. Le mot français Dieu vient du grec Theos, qui donne aussi Zeus. Mais le mot anglais God –Gott en allemand– d’où vient-il ?

Les francophones prient Zeus, ce qui est drôle. Noms d’anciens dieux ! En français, Odin-dieu a donné odieux; Freya a donné frayeur; Thor sonne comme tort et Prométhée, comme promettez. Jean Ray a utilisé ce dernier dans Malpertuis – remarquable roman à lire absolument.

Depuis longtemps je m’interroge sur l’origine du mot GOD. Aucun personnage d’aucune mythologie ne peut générer ce nom. Et ce soir, soudain, l’évidence m’éblouit: GOD vient de GOTH. Est-ce un fait admis au Royaume-Uni? Peut-être que tous les Anglais sont conscients du fait et qu’ils vont me trouver naïf, en tout cas je n’en ai jamais entendu parler.

Du moins le croyais-je. En fait je le savais, mais je n’avais pas compris. Comportement fréquent. Ceux qui sont dans la lune en sont coutumiers. Moi je plane en astral, et je ne parle pas de la peinture, ah ça non.

Dieu = Goth. Cette équation soulève de nombreuses conclusions. Toutes sont effrayantes. D’abord, tous les anglophones, y compris moi quand je parle anglais, prêtent allégeance à Goth, c’est-à-dire au peuple allemand, à nos maîtres, à nos dieux. Putain de pangermanisme ! Tu entends ça Papa ?

Si Goth est Dieu, pas de surprise quand Hitler a déclaré que les Allemands étaient la race élue. En conséquence, il a été contraint d’exterminer l’autre race élue, les Juifs, qui avaient une certaine antériorité. Ou pas. Mais qu’importe ? Impossible pour un Goth fils de Gott im HimmelDieu du ciel d’admettre une concurrence, déloyale ou non.

Aucun lien avec la prétendue cupidité juive ou la mainmise sur la finance mondiale … Que les Juifs aient crucifié le prophète chrétien, ça ne compte pas. La vraie raison, c’est le titre de race élue. Juste une question de mythologie. De fiction. De vieux fantômes … Que répond l’autre camp ? Nique ta race, évidemment.

Hitler contre les Juifs, c’est juste ça. Rien d’autre. Un sordide concours de bites. L’ego d’un malade mental a rendu cinglé tout un peuple. Odieux Odin, fallait pas voter Wotan. Cet ego mal placé a fait des millions de morts, des dizaines de millions de déportés, humiliés, battus, torturés… Putain de kali yuga, faut se le faire.

On n’a rien inventé, la barbarie remonte à la protohistoire. Nos dieux se bagarraient avec d’autres ethnies divines. Ceux qui ont des écailles contre ceux qui ne font que quatre mètres de haut, par exemple. Ce combat particulier occupe les deux tiers de la Bible, pour qui sait lire et comprend ce qu’un oubli veut dire.

Maintenant, je dois chercher un ancien dieu appelé Goth – s’il a existé – et si un ancien voyant a écrit sur lui. Pas simple, et très aléatoire. Je vais devoir visiter le passé, jeu où j’excelle. Mais les résultats ne sont pas assurés, loin de là. J’ai le sentiment que cette nouvelle quête qui commence va durer un an ou davantage… Elle va nous amener à l’urgence de changer le nom GOD si nous voulons éviter une nouvelle explosion du pangermanisme … ce qui pourrait facilement arriver en ces jours d’incertitude et de haine de l’autre.

La vérité toute nue, je vais vous la dire tout net. La seule race élue, c’est la mienne. Les Celtes. (???) je veux dire les Celtes blancs

 

 

Sacrés noms de Dieu

J’ai étudié ailleurs les nombreux noms des dieux soi-disant uniques. Voici cette étude sur ceux du dieu créateur des anciens Égyptiens.

Ptah (ou Tanen ou Ta-tenen ou Tatenen ou Tathenen ou Peteh ou Phtha « Celui qui ouvre ») est le Dieu créateur, il est le patron des artistes, des artisans et des architectes ainsi que le Dieu de l’apprentissage et de la connaissance et le démiurge de Memphis où on le considérait comme le créateur du cosmos. Il est aussi le patron de la construction, de la métallurgie et de la sculpture. Il fut également le Patron des chantiers navals et des charpentiers en général. On lui attribua également le pouvoir de guérison. Il aurait pensé le monde dans son cœur et puis l’aurait réalisé par le verbe. Il est l’une des premières Divinités de l’Égypte. (source)

Ptah signifie « Celui qui ouvre » en Égyptien.
Tanen signifie « de nombreuses années » 多年 en Japonais.
Tatenen signifie « année verticale » 縦年 en Japonais.
Tathenen veut dire « terminé » en Allemand.
Phtha signifie « la victoire » फ़तह en Hindi.

D’où l’on peut inférer le scénario suivant. Ptah n’est pas un dieu, mais un peuple divin. Comme Toth, Lugh, Hénoch, Adam et quelques autres héros mythos. Ptah est un peuple victorieux des barbares, un peuple élu qui a ouvert une ère longue et paisible de progrès pour l’humanité. Cette ère a duré de nombreuses années, plus précisément une année verticale, c’est à dire douze années divines ou ères zodiacales de 2000 ans chacune soit 24 000 ans. Elle est aujourd’hui terminée.

J’ajouterai qu’elle a débuté avec l’ère du Bélier il y a 26 000 ans, correspondant aux âges gréco-romains d’argent et de bronze. Elle s’est terminée avec l’arrivée de notre ère, celle des Poissons, qui tire à sa fin elle aussi. La fin des haricots. Que dis-je ? L’extra-fin des haricots. Depuis le temps qu’on faisait le poireau. Chaud patate ! Les carottes sont cuites. On est dans les choux. Hollywood en fait des navets. Purée de nous autres ! Quelle salade, César !

Mais voici, divine surprise, qu’un certain dieu GAUT émerge des limbes antiques…

Le dieu Gaut

Gaut est à l’origine le dieu principal des Goths. Le nom de ce dieu scandinave de la guerre est probablement à l’origine du nom de ce peuple. Selon la tradition orale des Wisigoths et des Ostrogoths, il est l’ancêtre des deux principaux lignages gothiques : le lignage des Amales pour les Ostrogoths et, “de moindre importance” selon Jordanès, d’origine ostrogothique, le lignage des Balthes pour les Wisigoths.

Bien que le christianisme, et surtout l’arianisme, commence peu à peu à toucher les Goths à partir de l’année 341, ces deux lignages issus de cette divinité païenne conservent néanmoins jusqu’au milieu du VIe siècle au moins, leur prestige et leur côté sacré, mythique.

La signification du nom de ce Dieu est peut-être identique à la signification du nom de « goth » : « verseur de semence », « géniteur », c’est-à-dire l’« Homme ». (source)

 

La chèvre et le bélier

Ne soyez pas surpris de découvrir que GOTH signifie tout simplement homme. Des tribus amérindiennes aux aborigènes, des ethnies africaines aux peuplades de Sibérie, du cercle polaire au Japon, toutes les cultures, toutes les lignées se sont données le nom d’être humain. Sous-entendant que les autres ne sont que des copies du prestigieux original que nous sommes, nous autres qui appartenons au seul peuple digne de ce nom. On voit bien que le mythe du peuple élu n’a été inventé ni par les Juifs ni par les Nazis. les peuples élus sont vieux comme le monde, toutes les époques en ont compté des milliers. 

Gaut ou Goth sonne comme goat, la chèvre. Qui est le mâle de la chèvre ? Le bouc. Image du diable. Proche du bélier, animal fétiche des envoûteurs. Qui est le Bélier le plus célèbre ? Rama, dont j’ai déjà beaucoup parlé. Rama qui fut comme Goth un dieu de la guerre. Et comme sa version romaine le dieu Mars, qui donne Sram si on le retourne en verlan. S Ram ? Est-ce Ram ? Jésus lui-même se voulait fils de la Chèvre et du Bélier. Fils de Gaut et de Ram. Combien de fois n’a-t-il pas dit : Je suis l’Agneau de Dieu ? Il se voulait aussi le pasteur de son peuple, tout comme Rama.

Science et magie

Gaut est le dieu de la guerre. Et c’est la guerre qui a permis au dieu bélier Rama de conquérir et d’unifier la majeure partie de la planète. Il y est parvenu grâce à une supériorité technologique, que les anciens qualifient de magique, forcément…

L’épée nommée Terving ou Tyrfind a été donnée directement au premier ancêtre des Balthes par le dieu de la guerre Gaut. Elle est un instrument de combat victorieux et de justice triomphante. Elle est transmise de génération en génération et symbolise l’origine du pouvoir royal. (source)

Tyr peut désigner l’ancien port du Liban zone très connectée aux dieux d’avant avec leur astroport de Baalbek. Le y se prononce u, ou en germanique. Tyr /Tur s’écrirait Tür en allemand, ce qui veut dire la porte. Celle de l’astroport ? Il y en avait plus d’un dans les parages… Dans Turfing on retrouve le fameux phonème d’or qui atteste d’une origine hyperboréenne… Quant à fing, ça veut dire pris dans la même langue, celle des origines, la langue allemande. Du coup Tyrfing voudrait dire la porte prise, ou encore : pris à Ur. La même idée que dans Excalibur

Alors ? Tyrfind est-elle une arme magique ou une arme de type moderne élaborée par les dieux d’avant ? Tout dépend du point de vue qu’on adopte. Pour les êtres frustes et ignorants qu’étaient nos lointains ancêtres, toute la science divine se confondait avec la magie.

 Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie. (Arthur C. Clarke)

 

L’épée Tyrfing

Dans la mythologie nordique, Tyrfing est une épée magique. Elle est mentionnée dans l’Edda poétique. Elle fut forgée par les nains Dvalinn et Durin sous la contrainte de Svafrlami parce que le Roi voulait une épée qui lui apportait la victoire, donc les nains ont forgé Tyrfing pour qu’il apporte la victoire très facilement à son porteur mais les nains jetèrent une malédiction sur l’épée : si Tyrfing apportait la victoire à son porteur, elle causerait également trois mauvais actes.

Svafrlami fut tué par Arngrim, un berserk, qui lui prit son épée à son tour. Après elle fut portée par Angantyr et ses 11 frères. Tous furent tués à Samsø par le champion suédois Hjalmar et son frère Orvar-Odd ; mais Hjalmar fut blessé mortellement par l’épée et eut juste le temps de demander à Orvard-Odd de rapporter son corps à Uppsala.

Dans la série de Bjorn le morphir et de Bjorn aux enfers, elle est citée en tant qu’épée magique douée de vie. Elle confère une rage du combat incommensurable à son porteur et aurait été portée par un héros du nom de Snorri. (source)

Tous les dieux d’avant et de nombreux héros leurs descendants ont été porteurs d’une arme magique. C’est si courant qu’on ne peut s’empêcher de chercher cet arsenal perdu. Un savoir-faire disparu, technologique sans doute, qui a permis aux Cyclopes de régner sur la Terre encore jeune, puis de transmettre leurs talents de forgerons et de fabricants d’armes à Zeus et à ses Olympiens. Citons l’égide d’Athéna, la lyre d’Orphée, et bien d’autres.

Shiva et Yahveh sont décrits en possession d’armes de destruction massive. Ces armes venues d’ailleurs sont présentes dans des légendes beaucoup plus récentes, comme celle d’Arthur et de son épée magique Excalibur dont le nom sibyllin révèle l’origine.

Si les dieux nous ont faits à leur image, notre barbarie vient de leur héritage…

 

 

Odin Wotan

Odin Woden Wodan Wotan… Il pourrait être GOTT, dieu des Goths. L’étymologie nordique de son nom aux multiples variantes tourne autour de la folie : frénésie destructrice, fureur, possession démoniaque, etc. Ainsi cette frénésie se retrouve chez tous les géants qui sont par nature sujet au voile rouge, l’irrépressible envie de tuer. C’est ce qui a perdu le puissant Cuchulainn qui tue son propre fils avant de périr lui-même… ou avant de traverser l’océan Atlantique.

Odin est associé à la déesse Frigg ou Freya. En raison de la parenté phonétique, on peut inférer que Freya cause la frayeur. Tout comme Pan donne la panique. En règle générale, les dieux d’avant ne sont jamais rassurants. Rendons aux dieux ce qui est odieux… 

Sur l’image qui précède, Dieu rend visite à Volva, la Sainte Vulve. C’est une voyante sacrée, respectée par tous y compris par Dieu le père. Volva est source de sagesse et d’énergie vitale. On reconnaît en elle à la fois la Pythie et la Wouivre. Pas de doute, la sexualité fut longtemps synonyme de magie. Et la magie elle-même est pour une large part issue de la sexualité sacré : magia sexualis. (pdf)

Quant à moi, j’ai dans l’idée que cette Volva n’est rien d’autre qu’un avatar de la Déesse Mère. Si le dieu des dieux lui rend visite, c’est pour marquer son allégeance à l’authentique patronne, la première de tous et de toutes, la Dana Ann des Tuatha, l’ancêtre des ancêtres comme l’indique l’étymologie Ahn qui exprime l’extrême ancienneté, et de façon connexe, l’origine divine.

Cette fureur divine, ce voile rouge qui prélude aux massacres, la frénésie dans les combats et l’amour de la guerre, ce sont les dieux d’avant qui nous les ont transmis, mais bémol : nous ne sommes pas en reste…

Faits à leur image

Qu’elle soit humaine ou divine, la barbarie des origines est notre marque de fabrique. Quittons l’histoire et la mythologie. Ici et maintenant, voici l’instant présent. La bataille est rangée, le monde est en danger. La barbarie dans les deux camps. Ceux qui veulent que ça change et qui tuent pour gagner. Ceux qui veulent que ça dure et qui tuent pour garder.

Tous barbares. Inutilement cruels, affreusement duels, insincères, primaires, sectaires, saint-nectaire. Tous des barbares et demain ça sera pire. Soupir. Voici le futur imminent. Barbares nos parents, barbares nos enfants. Demain pas de jaloux, l’horreur sera partout. La barbarie comme longueur d’onde et comme promesse électorale. L’horreur banale. L’infamie du quotidien.

On ne la voit même plus, ce qui est encore plus grave. On ne se rebelle plus. On renâcle, ça oui. On regimbe mollement, on grommelle en dedans, grince des dents, rumine en râlant, ça n’ira pas plus loin. Le reste on s’en bat les. C’est l’immonde qui plaît. Les jaunesjadis les briseurs de grèves ont des gilets. Les jeunots ? Du balai !

Je me souviens d’antan – j’ai vécu trop longtemps. Je me souviens d’avant – la rage qu’on avait ! Vois leur sang de navet. Leur vaillance est tondue. Leurs œufs trop frais pondus. Tocards – tout leur est dû. Éreinter ces locdus ? C’est un effort perdu. Pas un n’a répondu.

 

La vérité n’est pas en quelque lieu lointain, elle est dans l’acte de regarder ce qui est. Se voir soi-même tel que l’on est est le commencement et la fin de toute recherche.
Jiddu Krishnamurti