Dionysos fils de Dieu

zeus-ammon-rama-pithye-lybienne-688po

 

Il y a vraiment beaucoup de points communs entre Dionysos et Jésus. A ceci près que le règne de Dionysos est bien antérieur, et que sa religion –ou celle de Bacchus pour les Romains– était loin devant celle de Jésus.

A lire la vie et les exploits de Dionysos, on a le sentiment que les rédacteurs des évangiles ont sciemment et amplement puisé dans le culte dionysiaque pour en faire la vie rêvée de Jésus. Lisez plutôt :

« Dionysos est né d’une vierge le 25 décembre, et en tant que saint enfant, il fut placé dans une mangeoire. Enseignant itinérant, il a accompli des miracles.  Lors d’un cortège triomphal, il chevauchait un âne. Roi sacré, il fut tué et mangé lors d’un rituel eucharistique pour apporter fécondité et purification. Il ressuscita des morts le 25 mars. Dieu du vin, Dionysos changeait l’eau en vin. On l’appelait le Roi des Rois et le Dieu des Dieux. On le considérait comme le fils de Dieu, le sauveur, le porteur de péché, l’oint, l’alpha et l’oméga. On l’identifiait avec un mouton et un agneau. Son titre sacrificiel de « Dendrites » ou « jeune homme de l’arbre » indique qu’il a été pendu à un arbre ou crucifié (source). »

Ainsi résumée, la vie de Dionysos se confond avec celle de Jésus. Il fallait bien que ce nouveau dieu rassemble tous les dieux précédents et résume toutes les croyances. Jésus a pris sur lui tous les péchés du monde, ne nous étonnons pas qu’il prenne aussi sur lui tous les exploits de ses modèles. En Jésus on retrouve donc Mithra, Osiris, Constantin, Hénoch, Dionysos et bien d’autres…

Dionysos aurait été pendu à un arbre par les pieds. Les habitués du Tarot de Marseille reconnaissent l’arcane XII LE PENDU. Il est ici reproduit à partir du Tarot de Jean Dodal. Plusieurs anomalies se sont glissées dans cette image. Simple distraction du graveur ? Vu la durée et la méticulosité du travail à fournir pour graver les planches de chêne, tout artisan soigne son travail. Un maître cartier le soigne plus encore. Dans les images du tarot initiatique, tout est signifiant. Et le tarot de Dodal, magnifiquement restauré par Jean-Claude Flornoy, accumule une belle collection de singularités. Nous remarquons le chiffre romain XII, qui est écrit à l’envers. Comme le personnage est pendu par les pieds, le chiffre romain inversé incite à retourner la carte pour le lire dans le bon sens. Et alors le pendu n’a plus la tête en bas. Cette lecture « tête en haut » est renforcée par les deux buttes où sont plantés les troncs d’arbres : ces curieuses buttes deviennent le feuillage des arbres, et le pendu devient un homme en lévitation.

Ses poignets sont attachés derrière son dos, donc les traits qui dépassent de ses épaules ne sont pas ses mains. Faut-il y voir des épaulettes qui pendent, alors que les cheveux autour de sa tête font comme les rayons du soleil ? Et le pendu louche, atteint de strabisme convergent. Ces détails n’ont rien de superflu : ils sauveront des âmes.

 

Dionysos Amon Rama

« Ancien Feu divin comme l’attestent de nombreux éléments de sa légende et de son culte, Dionysos est le fils de Zeus et de la mortelle Sémélé. Sous ses différentes formes, le nom de Dionysos signifie probablement « fils de Zeus », une étymologie qui rejoint une formule traditionnelle indo-européenne selon laquelle le Feu divin est le « fils du Ciel du jour » (source). Fils de Zeus, rien que ça ! Zeus se dit Theos en grec ancien, et ce mot Theos a donné, outre le nom de Zeus, le mot français Dieu. Son nom peut donc se traduire par Fils de Dieu. C’est ainsi que Jésus est désigné dans les évangiles. En tant que fils de Zeus, Dionysos est devenu le dieu des dieux après la mort de son père Zeus, ou plutôt après la mort de l’épouse de Zeus, Héra/Hathor, puisque c’est elle en fait qui régnait sur l’Olympe et les humains et non son petit mari, Zeus le coureur de jupons, qui n’était qu’un prince consort.

D’ailleurs Zeus le petit a été mis à toutes les sauces, à l’aide d’un qualificatif qui suivait son nom. Citons Zeus Agetor, Zeus Akraios, Zeus Ammon, Zeus Betylos, ou Jupiter Morius, Jupiter Fratrius, Jupiter Xenius, etc. Un internaute patient a dénombré pas moins de 280 noms de Zeus, et sa liste n’est pas exhaustive. Il y a une cause à cela. Les Gréco-Romains ont assimilé leur dieu suprême Zeus-Jupiter à tous les autres dieux suprêmes rencontrés au cours de leur expansion culturelle ou militaire. Ce synchrétisme religieux est un  premier pas vers le dieu unique, quand la figure divine principale a fini par éclipser toutes les autres divinités. Ainsi le dieu de Moïse éradiqua Baal. Héra dit Cabbale ?…

Sur l’image qui suit, on reconnaît Zeus Ammon à ses cornes de bélier. Zeus Ammon est une hellénisation du dieu suprême d’Egypte, Amon-Ra, qui se prononce rai. Oui, comme un rai de soleil. Parce que Ra, c’est le Soleil. Et Ra-Amon c’est Rama mes amis. Encore lui. L’oublié est partout dès qu’on lui rend justice.

 

 

Dionysos Feu divin

« Ancien Feu divin comme l’attestent de nombreux éléments de sa légende et de son culte » suggère Wikipédia. Mais qu’est-ce qu’un Feu divin ?  Je n’avais jamais lu ni entendu ces mots qualifiant un dieu ou demi-dieu. Wikipédia en parle sans définir le terme, on y cherchera en vain l’article ou la note sur le feu divin. Oh le beau sujet pour votre Saga préféréeje peux l’écrire un jour, ou pas ! Il y a plusieurs versions de la naissance de Dionysos. Celle-ci n’est pas piquée des vers.

Tout ce que j’ai déniché fait référence à la pensée asiatique, notamment la foi hindouiste et la philosophie bouddhiste. Elle développe l’idée que la Source se manifeste sous forme d’une flamme vive, lumière intense qui épargne les purs mais peut tuer les impurs :

Oui, la Plus Haute Hiérarchie Se manifeste dans la Création sous forme de Flamme Cosmique, non brûlante pour les vertueux. Aussi Elles peuvent apparaître au-dessus de la surface de la Terre sous une forme Ardente anthropomorphique géante élevée dans le ciel. Elles peuvent entrer les cœurs de leurs disciples dévoués allumant le Feu Divin en eux. La pleine immersion de la conscience du chercheur spirituel dans le Feu et la Fusion avec Elle a comme résultat « de brûler » tous les restes de karma défavorables. Et la « brûlure à travers » le corps avec ce Feu a comme conséquence sa guérison. Tout dans l’univers est régulé par la Loi de l’attraction. Cela fonctionne non seulement dans le monde matériel, mais également dans le monde spirituel. Toutes les âmes dans le processus de leur évolution positive se déplacent le long du Chemin du raffinement à l’Aimant le Plus Puissant— à la Conscience du Créateur en Sa Demeure — dans l’Infini. Cela est la loi de l’évolution établie par Dieu. Par conséquent, il est mieux de la suivre, de vivre en accord avec Dieu. Cette loi dicte que nous sommes incarnés sur Terre en vue de nous développer qualitativement et quantitativement, en particulier, en raffinant (« transmutant ») la conscience afin de nous déplacer dans des plans de plus en plus subtils de la Création, afin d’enrichir la Conscience Primordiale, le Créateur de nous-mêmes. (source)
 
Le Feu Divin qui s’allume dans le cœur, c’est beau, c’est même plus qu’une belle image, mais est-ce bien la même notion ? Avoir le Feu Divin dans son cœur, et être soi-même un ancien Feu divin, comme Dionysos — il me semble que nous avons changé de registre. Dionysos, Héraclès, Hermès, Prométhée et quelques-autres figures du panthéon grec sont appelés Feu divin. La foudre a joué un rôle dans leur conception pour certains, d’autres ont partie liée avec le feu céleste, comme Prométhée qui a volé le feu divin pour le donner aux hommes, ses créatures. Wikipédia en remet une couche : « Dionysos est né de la Terre frappée par la foudre, « la Terre Mère fécondée par l’éclair céleste du dieu Ciel », naissance caractéristique d’un Feu divin (source). » 
 
Le titre de Feu divin serait une référence explicite au feu du ciel, c’est à dire la foudre. De nombreux dieux antiques étaient les maîtres de la foudre. Zeus, bien sûr, mais pas seulement : les Cyclopes, Cronos, Perun, Tlaloc, Ramman, Amon-Ra etc. J’ai commencé à écrire la Saga d’Eden avec une vision qui m’a illuminé, celle de la centrale à foudre d’Avebury. Je voulais appeler ce site Les maîtres de la foudre, tant cette découverte qui révolutionnait mes connaissances avait ébranlé mes certitudes. J’ai vite compris que la maîtrise de la foudre n’était qu’une petite partie de ce qu’on peut découvrir en tutoyant les mythes antiques. 
 
 
Maintenant je me sens porté par une vague puissante, les visions s’enchaînent au rythme de mes lectures, de mes rencontres et de mes rêveries. Il me reste tant d’articles à écrire, tant de corridors temporels à explorer ensemble ! Merci, ami inconnu, merci de ta fidélité qui m’encourage et de ton enthousiasme qui fait écho au mien. 
 
Innombrables sont nos voies et nos demeures incertaines.
Saint John Perse