La méthode Yahweh

 

On dira ce qu’on voudra, quel talent ce Yahweh-là pour obtenir ce qu’il veut. La méthode Yahweh, c’est l’histoire d’un maréchal riche de trois centstrois cent mille ? davantage ? légions de géants volants armés jusqu’aux dents. Ni plus malin ni meilleur qu’un autre, ce dieu d’avant a posé les bases de religions qui existent encore. Son histoire est à peine croyable, d’ailleurs les croyants n’y croiront jamais.

Ministre de la guerre, YHWH avait pour tâche de seconder le maître de Terra : un certain Baal qu’on appelle aussi Rama. On est loin du Rama fringant conquérant qui a mis le monde à sa botte. Du temps dont je vous parle, le maître suprême de Terra est déclinant. Vieilli. Usé par deux mille ans de règne, il n’est plus vraiment aux commandes. Pour YHWH, le moment est venu. Le maréchal va se servir de son talent de négociation pour faire admettre sa loi sévère : tout pour moi, rien pour les autres. Le maréchal en a fait une véritable stratégie. Efficace. Tous les conquérants l’ont reprise.

Pieuse imitation. Yahweh Zeus ordonne à Moïse : Tu n’adoreras qu’un seul Zeus et c’est moi Yahweh. (source)La Bible Ce que le peuple de Moïse traduit à sa sauce : Obéis à ton dieu quand ça t’arrange. Garde ce qui est bon, et trouve le reste ailleurs. (source)les annales akashiques Les dieux sont si nombreux !

 

Humain, trop humain

On le sait, les hommes sont faibles. La chair est dure, les os sont lourds, le labeur pèse. On le sait, on le vit tous les jours. Mais que les dieux soient logés à la même enseigne, ça on ne le dit pas assez.

Yahweh mange, boit, dort et dépense son or. C’est un homme comme nous, tout comme. Il n’a rien d’un dieu unique tel que la Bible voudrait nous le faire croire. Sans cesse, Yahweh montre qu’il est vivant. Un bon vivant qui sait vivre à la cool. Il se comporte en tous points comme un humain — trop humain. Il précise les denrées alimentaires que les Hébreux devront lui verser, à quel rythme et en quelle quantité. (source)Les Nombres in La Bible

Ce qui évoque au mythologue le fameux partage de Mékoné entre Prométhée défenseur des humains et Zeus le dieu des dieux. Lisez l’article en question, Zeus et Prométhée se fritent, on croit voir des humains, c’est hallucinant de vérité. D’ailleurs si YHWH s’appelle parfois Yahveh-Zeus, c’est qu’il s’agit d’un seul et même dieu.

Quand le peuple hébreux remporte une victoire, le maréchal reçoit un pourcentage du butin. Le livre des Nombres précisent, selon les cas, le pourcentage qui doit revenir au maréchal. Vous pensez vraiment que ce gars-là aurait pu créer le ciel et la terre ? C’est comme si Poutine prétendait la même chose… Ils se ressemblent, ces deux-là. Yahweh prélève sa part sur tous les conflits qu’il a lui-même déclenché. Il veut le pouvoir sur Terra ? Tout mais pas ça !

 

Coup d’état

Pourtant ça va se faire. Il se trouve que le maréchal des Anges a choisi le meilleur moment pour fomenter son coup d’état. Rama n’est plus que l’ombre de lui-même. Son vaste empire a du plomb dans l’aile et de nombreux complots sont tissés par les dieux les mieux placés.

Yahweh le sait. Il n’est pas dans le peloton de tête, loin de là. Il voit les Apollon, Prométhée, Orphée, tous en campagne électorale. Les futurs maîtres de l’Olympe sont dans les starting-blocks. Ça le rend fou de colère. « Je suis un dieu jaloux ! » hurle-t-il dans la Bible. Un dieu ? Il admet donc qu’il y en a d’autres ?   …Oui. Beaucoup d’autres.

Sans la source, il n’y aurait rien. Mais sans rien, il y aurait la Source. (Lao Surlam)

 

Humour1er degré

-Un dieu est mort. Un autre dieu est appelé à régner.
-Araignée ? Quel drôle de nom ! Pourquoi pas libellule ou papillon ?

 

 

Légions juives

YHWH n’est pas maréchal pour rien : il a formé des légions juives, il les a équipées, il a supervisé leur entraînement. Et c’est du boulot de transformer des chevriers en guerriers performants. YHWH a réquisitionné 1000 combattants par tribu d’Israël soit douze mille soldats armés de pied en cap, parés à remporter d’éclatantes victoires pour la plus grande gloire de Yahweh qui voit tout, sait tout et ne fait rien. Le premier président de la république de Canaan, dieu d’avant de second rang et maréchal des Anges se contente de compter les points, là-haut dans son engin.

Compter les points, ça le distraie. Le fait est bien connu, un chef de guerre ne s’expose pas. Il pourrait prendre une balle perdue. Le chef s’abrite, c’est logique. Les Hébreux sont en première ligne, chair à canon. Il leur prête quelque fois une au deux légions d’anges, mais mollo, faut pas que ça se sache à Baalbek. 

C’est vrai ça. Pourquoi le maréchal des Anges a-t-il besoin de l’armée juive ? Qu’il fasse ses guerres avec ses anges et qu’il foute la paix aux humains. Comportement scandaleux pour un dieu : seule la guerre l’excite et donne un sens à sa trop longue vie. Il s’emmerde à cent sous de l’heure. À part la guerre d’extermination, plus rien ne l’excite. Ah si ! Une seule chose : Yahweh adore imaginer des stratégies. Gamberger et ruser dans un seul but : gagner le pouvoir suprême sur Terra. Son obsession. Tant qu’il n’y sera pas parvenu, il se sentira tout nu.

 

Maréchal nous voici

Si le maréchal Yahweh utilise les troupes des Hébreux, et pas les multiples légions d’anges dont il a la charge, c’est qu’il n’a pas le choix. Mobiliser plus d’une ou deux légions lui est absolument impossible. Il doit rester caché. Pour réussir son putsch, il doit être invisible. Baal, l’empereur de Terra, serait prévenu si son premier maréchal engageait des troupes angéliques dans un conflit privé. Des sanctions seraient tombées. Le putsch serait tué dans l’œuf. Pour mener ses actions invasives sur les pays voisins de la Palestine, YHWH ne peut donc compter que sur les troupes juives.

Tout ça fait partie de son plan. Longtemps avant notre époque éperdue et perdue, ce maréchal-là a fomenté un complot contre le grand patron de l’époque, un Hyperboréen magique et généreux nommé Ram. Ou Rama. Ou Ra. Ou Baal. Ou Bel. Ou Bélénos. Ou Lama… Ce dieu immense aux cent visages est oublié de ce côté du monde. Rayé de la mémoire occidentale, Rama Baal a été proprement détrôné par le maréchal arriviste. Yahweh a réussi son coup. Le vizir Iznogoud est devenu Khalife à la place du Khalife.

 

Monnaie Dieu

Les images qui illustrent cet article montrent une monnaie ancienne. Une drachme phénicienne, datée du 4e siècle AEC,Avant l’Ère Commune exposée au British Museum. On y voit un roi juché sur un engin ailé. Un astronef qui peut aussi rouler. On peut lire l’inscription « YHW » (Yahu) ou « YHD » (Judée). J’ai expliqué d’où pourrait venir ce son, Yaou, Yahoo, vieux comme le monde, terrible comme une antique menace, et pourquoi faut-il éviter de le prononcer.

Il se pourrait fort que ce roi sur son trône soit une représentation du maréchal Yahweh. L’oiseau sur sa main n’est sûrement pas une colombe de la paix.  Ça peut sembler stupéfiant que Dieu le Père figure sur la photo. Il en devient plus proche, plus semblable à nous. Ce qu’il est sans doute. En dehors de sa rapacité, sa très longue vie, sa technologie destructrice, sa bombe nucléaire, ses anges exterminateurs, sa volonté de puissance, son instinct guerrier, son goût du sang, sa frénésie meurtrière — c’était un homme comme les autres.

Sur l’image qui suit, on distingue mieux les détails de cette pièce vénérable. Regardez-le, c’est lui. Oui, c’est le maître actuel de notre chère planète Terra. Elle est à lui. Nous sommes à lui. Tout ce qui est ici lui appartient. Il a bossé dur pour l’avoir. Il mérite d’en jouir, le maréchal. C’est pourquoi il entretient un climat d’agressivité et de violence. Son truc depuis toujours. La guerre éternelle porte sa signature. Sans fin, partout, il allume des feux, il attise, comme dit si bien son fils unique : Je ne suis pas venu apporter la paix, mais la guerre. J’ai jeté le feu sur le monde et j’attiserai jusqu’à ce qu’il l’embrase. (source)Parole de Jésus, évangile de Thomas

 

J’ai haine

La Géhenne fait-elle partie du plan ? Le jugement dernier aurait-il commencé ? Mais non banane. Il a commencé il y a bien longtemps, quand Yahweh s’est mis en tête de prendre la place de Rama. Prépare-toi à répondre de tes forfaits devant un tribunal militaire. Quels forfaits ? Tu le sais. Le pire de tous tes crimes, ne pas croire en YHWH.

-Qui ? Moi ?? Pardon, j’y crois ! La preuve, je raconte ses aventures, à YHWH. Parfois je lui balance une pointe en passant, pour l’aider à  euh ! à s’humaniser. Qui bene amat bene castigat.
Ce qui signifie : Qui aime bien châtie bien. J’ai mis un moment à répondre ça, le temps de piger que c’est à moi qu’il parlait, l’autre emplumé. Au fait, une fois pour toutes, les anges n’ont pas d’ailes. Bordel.
Comme prévu, l’emplumé était largué. Les anges d’aujourd’hui ne sont plus programmés pour le latin, j’adore leur niquer la tête avec des langues mortes. Héhé ! Je l’achève :
YHWH, c’est vrai, je le taquine, mais le fond est bon. Il y a de la marge. C’est établi.

J’en étais sûr. L’ange du Très-Haut n’a rien compris. Aucun cerveau d’ange ne survit aux illogismes et au non-sens. Flash Gordon est reparti sur son moonbike rutilant – direction MaisonDieu – mission : rapport en présentiel. Le patron n’a rien compris non plus. Ça va chier. Des têtes vont tomber. J’aimerais trop y être pour vous raconter la scène avec tous ses détails. Une de ces nuits, j’y retourne et cette fois personne ne m’empêchera d’entrer.

Ah oui ! J’allais oublier : Maison-Dieu est le nom actuel d’Hyperborée. Mais c’est toujours le même vaisseau gigantesque, de la taille d’une planète comme Vénus. Il rôde depuis quelques années en marge de notre plan de réalité. Il y fait de brèves matérialisations. Il semble tâter le terrain. Sonder le climat social et la passivité des peuples. Il se prépare. Certains parmi vous l’ont entendu, peu l’ont vu. Bientôt je suppose que tout le monde le verra. Et ça va foutre un beau bordel.

Bord d’aile !

 

 

Bonus

Chacun pourra s’il le désire relire ce texte en remplaçant Yahweh par le Diable. Ça marche aussi. Comme quoi l’histoire se répète. Surtout l’histoire des conquêtes.

L’histoire ne se répète pas, elle bégaie. (Karl Marx)

 

 

La bonne place pour le cœur, ce n’est pas sur la main, mais dans la poitrine.
Lao Surlam