L’or du sommeil

 

Dormir nous vole du temps de vie. Pour le guerrier, au contraire, c’est la façon la plus rapide de connaître l’éveil. Être guerrier n’est ni un style, ni un look, ni un genre qu’on se donne. C’est une manière d’être. Un regard sur le monde. Bien plus qu’un job à plein temps.  On n’est pas guerrier aux heures de bureau.  Un guerrier ne s’arrête jamais, surtout pas quand il dort. Le vrai guerrier dort en guerrier.

 

Intérêt capital

La majeure partie de la vie se passe à dormir. Nos vies déjà si courtes sont bouffées par le sommeil. Que de temps mort, inexploité, gâché ! À moins de dormir en guerrier.

Quel est le but du sommeil ? Le toubib vous dira qu’il permet d’éliminer les toxines du corps, de récupérer, d’effacer la fatigue. Le toubib a raison. Mais il y a autre chose. Un intérêt capital à côté duquel passent la plupart des gens.

Tandis que le corps se répare, l’esprit, enfin libre, vagabonde à sa guise. Avec ou sans le dormeur. Sa conscience reste souvent liée au corps physique, et les moments où elle accompagne le corps subtil dans son voyage astral sont obscurcis pas le sommeil et subissent au réveil l’interprétation automatique fournie par le cerveau.

Et pourtant ! Dormir est d’or. La meilleure façon d’obtenir l’éveil. Et la plus facile.

 

Sommeil d’éveil

La moitié de la vie se passe à roupiller. Je ronfle donc je suis ! Complètement dingue. Savez-vous qu’il y a bien mieux à faire ? 

Je ne parle pas de réduire la plage du sommeil. Napoléon ne dormait que quelques heures, parfois quelques minutes entre deux stratégies, deux assauts, deux décisions. Il gonflait au maximum les minutes actives. Il maintenait sa vie active à l’opposé de l’inconscience, celle du dormeur qui ronfle, qui en écrase, qui roupille tout son saoul mais dont l’ignorance ne fait que préparer l’éternelle absence. Dormir c’est mourir un peu. Dire qu’il y a des animaux qui hibernent !

Le guerrier ne leur ressemble pas. Ni à Napoléon. C’est son sommeil que le guerrier utilise, car dans son sommeil il peut atteindre le sommet de lui-même.

À mon humble avis, pour éliminer les toxines, il y aurait sûrement plus rapide. Mais pour visiter les mondes, explorer le passé, s’aventurer dans le futur, découvrir le Grand Ailleurs, vivre mille autres vies, collectionner des millions d’étoiles, accueillir des milliards d’amis, il nous fallait bien la moitié de nos vies !

 

Mon but ?

Quel est mon but avec ce site ? Rien de personnel. Mais lequel ? Raconter de belles histoires ? Faire rigoler ? Passer un bon moment ? Distraire le lecteur de ses pesantes routines ? Faire oublier la vie morose à coups de rêves roses ? Apporter du piquant aux vies sans aventure ? Filer des tuyaux ? Marquer des chemins de traverse ? Laisser entrevoir l’autre côté du miroir ? Si j’y arrive, ça me paierait de mes efforts. Ne serait-ce qu’un seul de ces résultats vaut la peine et la joie d’autant écrire. Mon but est au-delà.

Mon lectorat comprend un grand nombre de personnes sensitives, c’est à dire capables de percevoir les sensations subtiles, la pression qu’exercent les mains du guérisseur sur leur corps subtil. Une majorité d’entre elles sont des chercheuses de vérité. Guerriers de l’éveil. Combattant de lumière. Graine d’archange. Est-ce que je sais ?

J’écris pour elles. Pour aider le plus grand nombre à trouver le courage, enfin, de s’éveiller. Il en faut du courage dans ce monde qui dort à poings fermés.

Je me suis réveillé pour voir que tous les autres dormaient encore. Alors je me suis rendormi. (Léonard de Vinci)

 

 

Djihad intérieur

Il se trouve que presque tous ces guerriers du djihad intérieur sont cloués sur le seuil de l’éveil. Il leur suffirait de faire un pas, un seul pas — pour entrer dans leur lumière intérieure. Quelque chose les en empêche. Un rempart puissant. Infranchissable. Il s’agit, pour parler tarologie, du passage de l’arcane XV Le Diable à l’arcane XVI La Maison Dieu. L’éveil. Gwenwed, le cercle de lumière blanche. Cette lumière qui tout pénètre et fait grandir le cœur.

Il se trouve que pendant quinze ans j’ai initié des candidats à l’arcane XIII, qu’on appelle aussi Mystères d’Isis. À présent cette initiation n’est plus nécessaire, la puissance de l’inconscient modifie l’être sans qu’une remémoration ne soit nécessaire. L’étape suivante par contre demande une initiation. Elle survient vers 40 ans, parfois plus jeune, de plus en plus jeune. On l’accomplissait chez les Celtes et Gaulois à l’âge invariable de 21 ans. Cette initiation aux Grands Mystères rajeunit, passant doucement de 40 à 30 ans. Les grands Mystères d’Isis vont-ils retrouver l’âge de la majorité traditionnelle ?

 

Le Clan du Loup

Mon but, vous l’avez compris, coïncide avec la mission ancestrale assumée par les Loups de mon clan. Cette histoire de Clan du Loup m’était passée au dessus des oreilles jadis, quand mon benefactor me livrait pêle-mêle tous les trésors de son immense savoir. Grande aussi était sa connaissance. Je le savais, je m’en délectais, mais j’avais mes limites. La déconne me distrayait vite. Et Flornoy n’était pas le dernier dans l’affaire, aussitôt il m’emboîtait le pas et son cours magistral s’arrêtait là où le Vivant l’avait voulu.

Maintenant que Flornoy n’est plus, et que Devic a fait la malle à son tour, qui peut me renseigner ? Bon gré, mal gré, je m’admets le dernier Loup de son Clan. Et j’entends bien ne pas le rester. Tout ce que j’en peux transmettre est en cours.

Avis l’ami ! Il est encore temps de rejoindre la meute des Loups Volants. Aventure intérieure au beau milieu d’un rêve, est-elle plus vraie que celle qui suivra ton réveil ? Essaie. Tu m’en diras des nouvelles. Dis-moi si l’éveil est au bout du réveil.

Choisis bien tes mots, car ce sont eux qui créent le monde qui t’entoure. (dicton Navajo)

 

Se souvenir de soi

On s’endort et à l’instant qui suit on se réveille. La nuit passe à toute blinde. On n’en garde rien. Ou si peu ! À peine de ci de là deux-trois images issues d’un rêve absurde. On se doute bien qu’il y a autre chose à gratter, davantage que ces bouts d’images qui surnagent comme des bagages après un naufrage.

On s’endort et juste après on se réveille. Le voile d’oubli sur les oreilles. Et reprend le traintrain de la veille. Mille choses à penser, cent trucs à faire, dix personnes à voir jusqu’au soir. Et ça repart.

Imagine ce qui se passe quand on se souvient de ses nuits ? Ce qu’on y fait et avec qui ? Sans déguisements, sans décors peints, sans trompe-l’œil ni toutes ces choses obscures qui encombrent souvent les rêves.

 

 

Claire conscience

Si tu es consciente de toi dans ton sommeil, ta conscience claire illumine les ultimes trésors de l’Inconscient. Qu’on peut appeler aussi le multivers. L’est-il vraiment ? Le multivers est-il un autre nom pour l’inconscient ? J’ai très envie d’y croire.

Pourquoi trancher si tôt ce beau mystère ? Garde-le secret dans ton cœur de beurre, secret mais rayonnant, agissant tout le temps par son pouvoir spécial sur les choses et les gens. Les causes et les géants. Rayonnant sa chaleur qui peu à peu fondra ton cœur de beurre et tu riras de toi, de moi, de ci, de là, cahin-caha.

Si tu savais qui tu es quand tu dors ! De quoi faire la paix avec toi. Si tu connaissais toutes les connaissances que tu te fais dans le secret des nuits ! Ta vie qui te semble si vide citerne est tellement pleine et vive ! Et toi si riche ! De cette richesse qui te suit dans la mort et t’accompagne pour la suite de tes aventures smouitch.

Sinon à quoi bon vivre ? Se souvenir de ses nuits est la première tâche à laquelle une guerrière s’attelle. Pour qu’au bout du sommeil, au lieu du banal réveil, l’Intention élise la guerrière candidate à l’éveil.

 

Inscriptions

Si tu as quelque intérêt pour ces questions, viens expérimenter le vol astral avec la meute des Loups Volants. Les inscriptions sont encore ouvertes.

 

L’univers est rempli de magie et il attend patiemment que notre intelligence s’affine.
Eden Phillpotts