Notre Dame d’Alcor

 

La chance sourit aux audacieux. J’ai dégoté ce document d’une fabuleuse ancienneté. Il vient de la protohistoire, période incertaine, largement inexplorée : l’écriture n’était pas inventée, disent nos historiens. Ils se trompent et nous trompent. Ce texte m’est parvenu grâce aux Loups, par la voie astrale. Autant dire par les Annales Akashiques

 

On les consulte en astral, elles sont immatérielles. Ces annales viennent d’un livre archaïque. En Alcor on l’appelle  l’Ana-Kash, le livre honnête d’Ana. En astral tout est clair et direct, pas besoin de traduction. C’est le règne de la connaissance immédiate. Tout y est plus facile, plus immédiat, plus clair.

Les facultés intellectuelles et sensorielles y sont à leur apogée. Rien ne t’échappe, tu n’es inquiet de rien. À force d’allers-retours entre ce monde et l’autre, l’astral, je dois dire qu’il plus difficile de vivre ici, humain parmi les hommes. Lapin au milieu des fauves. J’aime mieux cent fois être Loup parmi les Loups et mener la meute volante au pays béni des étoiles. Ce dialogue entre Ana, Notre Dame d’Alcor et Holog, un employé de Terra, n’aurait pas moins de 80’000 ans.

 

 

_____________________________________________________

Étoile Ra   /   Planète 3   —    De Holog, sous-plombiste à Notre Dame d’Alcor

Le bourriz 11 du présent kalgh, une météorite incandescente a frôlé Ter Ra. Dix fois plus massive, embrasée toute entière d’un feu ardent, la météorite est passée si près que toutes les forêts ont brulé. Alors la météorite a explosé. Le souffle de l’explosion fut terriblement destructeur. Un séisme a ravagé deux des six continents. Les pertes en Lulus ont été considérables — sinon totales dans la zone considérée. Les dégâts matériels vont prendre des bourrizs — voire un kalgh entier.

Spectacle déchirant, ma Reine. Mais vous allez rire : ce n’est pas tout. Après l’explosion, à travers les fumées et les nuages de poussière, la gigantesque météorite a réapparue. Noire comme la nuit. Son feu s’était éteint. Alors elle a aspiré toute l’eau de la planète. Comme attirées par un aimant, les eaux des océans se sont précipitées vers la météorite. Des mers, des lacs, des fleuves, des rivières et des ruisseaux, cette énorme chose noire a tout sucé.

Puis s’est mise à tirer du sol tout ce restait comme liquides. Et par les failles océaniques, du fond des lacs asséchés, de toutes les fentes et les fissures qui sillonnent la planètes, des torrents de boue issues des nappes souterraines se sont mis à jaillir. Après les eaux, les laves liquides elles aussi ont fusé du sol dans d’énormes nuages de vapeur d’eau.

Et tout s’est arrêté. La météorite a disparu instantanément. Son image s’est effacée des écrans radar ultra longue portée. Elle devait dépasser 400vl.400 fois la vitesse de la lumière Peu de météorites en sont capables.Aucune ne l’est !

 

______________________

Ama d’Alco au grouillot d’Aorn

Arrête tes conneries, sous-fifre ! Je suis au courant ! Ter Ra est sous votre entière responsabilité et vous bande de peigne-culs vous avez pris la peignée. Tu sais très bien qu’il ne s’agit pas d’une météorite ! Non, ça ne me fait pas rire. Votre planète a été attaquée et salement esquintée malgré vos radars à la con qui me coûtent une blinde.

Et après cette cuisante défaite, cet échec ruineux en LuluLes humains s’appellent alors Lulu Hamelu comme en matos, au lieu de venir me l’annoncer lui-même, ce chien d’Aorn m’envoie le grouillot de service ? On croit rêver, les mecs !

 

 

 

_________________________________________

Du sous-plombiste à Déesse Ana, Reine d’Ur, Perle Bleue

Ce départ immédiat de la comète a coupé l’attraction sur les liquides. Et toutes les eaux sont retombées sur Ter Ra avec une telle violence que tout ce qui n’avait pas été détruit avant a rendu l’âme et le corps. Perdu corps et bien. Noyé, englouti, lavé, épongé, vous auriez vu ça comme on l’a vu, derrière les écrans du vaisseau-mère qui gravitait à moins de deux parsecs.le parsec est la distance parcourue par la lumière en 1 seconde

Je vous passe la suite de ce triste phénomène naturel. Permettez-moi d’insister, ô ma Reine, ce n’est pas une attaque, c’est une comète météorite ultra-luminique. Et je ne suis pas le dernier venu, étant sous-chef plombiste diplômé 3e sous-sol, je vous sous-prie de croire que je n’ai rien d’un sous-fifre.

 

__________________________

Ama d’Alcor au sous-grouillot d’Aorn

Sous ! Sous ! Tu es trop saoul, tu vas souffrir ! Va me chercher ton connard-en-chef ! Sous-con !!!

 

_______________________________

Du sous-plombiste à Notre Ana, Reine d’Ur

Aorn ? Je ne suis pas habilité pour ça…

 

_____________________

Ana d’Alcor au sous-grouillot

Qui d’autre ? Je veux lui parler tout de suite ! Dépêche-toi, sous-crétin !

*
*         *
*

Permettez-moi d’interrompre ce dialogue instructif pour une parenthèse qui ne l’est pas moins. Le sous-fifre est sous-informé. Il sous-estime l’intelligence de sa reine qui en a soupé. Déjà la taille de l’objet spatial outrepasse très largement celle des météorites. Ensuite les météorites ne sont pas incandescents. Il s’agirait plutôt d’une comète. Mais une comète qui explose ne réapparait pas après l’explosion. La reine Ana d’Ur a raison. C’est un engin ennemi qui a la maîtrise de l’espace-temps. Un agresseur inter-plan. Un intrus qui signe sa supériorité et montre clairement ses intentions belliqueuses.

 

 

La plus grosse météorite du monde a été évaluée à près de 70 tonnes à son arrivée sur Terre. Appelée météorite de Hoba, elle est le plus gros bloc de fer naturel sur notre planète. Depuis sa chute en Namibie il y a environ 80 000 ans, érosion, prélèvements scientifiques mais aussi actes de vandalisme ont réduit sa masse à  60 tonnes (tout de même !).

80 mille ans, marrant, comme ce dialogue. Si ça se trouve, cette météorite… Non je déconne. Ana va m’exterminer. Pourvu qu’elle n’ait rien entendu ! La suite du dialogue n’apporte rien de nouveau. Les dieux d’avant, Alcores ou Terriens, sont incapables de tracer cet engin hyper-véloce. Mais attendez voir, ça rebondit !

 

Ce que j’ai vu

Je vous raconte ce que j’ai vu. Je sais, j’étais en astral, autant dire chez les fous. D’accord. Mais là ce n’est pas une hypopothèse à la Xavier, comme disait mon compère Stef Kervor. C’est tout ce qu’il y a de plus réel. Et pas du tout poilant. J’ai tout lieu de croire que c’est arrivé il y a longtemps. Si ça s’est vu, ça se reverra. Dire quand, c’est autre chose.

Les dieux utilisent fort peu d’algorithmes. Quelques équations suffisent à planifier l’histoire du monde et nos histoires individuelles — qui sont autant d’hologrammes de la grande Histoire. La seule, la vraie. Mais celle-là, pour la connaître, il faut renoncer au mental rationnel pour donner libre cours au mental intuitif, ma spécialité.

Le mental intuitif est un don sacré et le mental rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don. (Albert Einstein)

 

Hologramme : fragment d’un tout dans lequel la totalité est reproduite en plus petit. Si l’on coupe un hologramme en deux, chaque moitié reproduit la totalité de l’hologramme initial.

 

Les Immenses

En quoi la quasi destruction d’une planète minuscule aux confins de la Voie Lactée peut déranger les grands patrons, ceux que j’ai appelé les Grands Dieux du Centre Galactique ? Je n’en sais rien. Ce que je sais ? Ama, Dana, Ann ou quelque soit son nom, la première déesse d’Alcor en Grande Ourse, patronne de la Terre et première responsable de son aménagement, a été convoquée au Centre Galactique. Sifflée comme une vulgaire bonniche. Et pour les Immenses, c’est juste ce qu’elle est.

Soyez certains que la nouvelle l’a fait profondément chier. Elle n’imaginait même pas que la chose soit possible. Les Immenses de Là-Bas, on sait qu’ils existent, mais honnêtement personne ici n’en a rien à foutre. Jamais ils ne se sont mêlés de nos affaires. Ils sont si grands, si puissants, si loin ! La déesse était persuadée d’être invisible, inaudible, imperceptible pour eux. Avec sa taille de 4 mètres, elle peut sembler écrasante pour les humains que nous sommes. Mais elle est cent mille fois plus petite que les Immenses. Et ces derniers sont un milliard de milliard de fois plus petits que les astrophysiciens qui ont créé le Big Bang dans leur labo…

Notre Dame n’a pas le choix. Elle franchira les Océans du Ciel. Elle ira à Pannkot. Elle se rendra dans la capitale de l’empire des Trois Cents Milliards d’Étoiles. Elle connaîtra l’effroyable attraction du Trou Noir Majeur (TNM) qui donne sa forme spiralée à notre galaxie. Un jour il l’aura toute bouffée… La déesse déteste cette pensée. Elle n’a aucune envie de rencontrer ces phénomènes dont certains ont la tête plus grosse que le soleil.

 

Suite à paraître : Sa grandeur Ana

 

 

Parfois on se trompe dans l’analyse d’un événement parce qu’on reste figé dans le seul point de vue qui nous semble évident.
Bernard Werber