Les découvertes émotionnelles

 

Cet article s’adresse à des guerriers ou des sorciers expérimentés. Les néophytes risquent de faire des contresens. Il faut avoir connu des situations semblables pour comprendre clairement. Viscéralement. Si vous n’êtes pas totalement sûr de bien interpréter ce texte, oubliez. Il est trop tôt, vous y reviendrez plus tard. Passez à un autre article.

 

Avertissement

Comme tous les occidentaux, Carlos Castaneda est trop pressé. Au moindre signe de progrès, il se précipite vers son benefactor le sorcier Don Juan Matus qui répond : « Ne compte pas sur les découvertes émotionnelles. Laisse d’abord ton point d’assemblage (PA) se déplacer, puis, des années plus tard, fais ta découverte. » (source)Juan Matus in Carlos Castaneda, Le feu du dedans, p. 177.

Attention. Je ne suis pas Juan Matus, loin de là. Je ne veux pas me comparer à lui ou à un quelconque des guerriers qu’il a formé. Il se trouve que j’ai été l’apprenti d’un Français de mon âge qui a retrouvé cette pratique à force de travail sur lui-même. La filiation avec le nagualisme peut sembler ténue, mais elle est réelle. Certes, les conditions de vie et l’énergie de la douce France n’ont aucun rapport avec celles du Mexique.

Malgré ces différences réelles, mon benefactor m’a initié à la façon d’un nagual. Et j’ai pris sa suite avec joie, sans restriction aucune. Nagual ou pas, je suis confronté à la même impatience de la part de celles et ceux qui me font confiance pour atteindre l’éveil. C’est le seul objectif. L’éveil n’est pas un acte religieux. On peut s’éveiller de multiples façons, accidentelles ou volontaires. Mon benefactor a été éveillé par la foudre. Et moi par une électrocution. D’autres ont pu l’être par un choc émotionnel.

 

Ma méthode

En m’inspirant des découvertes que j’ai pu faire sur d’antiques techniques d’éveil, j’ai affiné une méthode bio-énergétique qui permet la montée d’énergie grâce au développement de la kundalini. Du pur nagualisme qui s’assimile à une initiation. Que ce mot ne vous abuse pas. Il n’y a rien dans le nagualisme et dans ses pratiques qui puisse l’assimiler à une secte. Il ne s’agit ni d’une religion, ni de croyances spirituelles, ni d’un quelconque acte de foi. Croire sans y croire, telle est ma devise et mon conseil.

Le dégoût que m’inspire les gourous, la méfiance que j’entretiens envers les coteries fermées, les groupements occultes, les faiseurs de miracles et autres brasseurs de vent plaident en faveur de ma sincérité. Je n’ai pas d’apprentis, je laisse aux sorciers mexicains ce vocabulaire et ce qu’il suggère. Ceux qui me font confiance ont appris à me connaître. Ils savent que je n’attends ni adorateurs, ni émules. Ils se contentent de respecter mon engagement au service de l’éveil.

Peu d’entre eux, au début du chemin, ont mesuré l’exacte somme de travail et de discipline qu’il fallait pour accomplir un véritable progrès. C’est pourquoi j’organise des stages individuels, disons des initiations, qui prennent en compte le stade d’éveil de chacun. Mais je suis sélectif. Je n’accepte que très peu de stagiaires. Inutile de créer une attente qui se solderait pas une cuisante désillusion. On ne vient pas me voir par hasard, pour le fun, par caprice ou pour voir ce que c’est. Une telle démarche demande un engagement et une préparation.

 

 

Le point d’assemblage

Don Juan te suggère d’ignorer les découvertes émotionnelles. Qu’entend-il par là ? Toutes les émotions sont suscitées par le déplacement du point d’assemblage (PA). Quand la découverte te semble affligeante, ou irritante, ou décevante, les émotions négatives te submergent. Il est alors catastrophique de vouloir suivre tel ou tel chemin. Ton jugement est trop perturbé. La densité émotionnelle t’empêche de faire confiance à ton instinct qui d’ordinaire te guide si bien. Tu es aveugle et sourd. Souvent nigaud par dessus le marché.

Quand la découverte est exaltante, excitante, tu es encore plus diminué parce que plus bouleversé. Ne décide rien sous l’emprise d’une telle émotion. Ne te fais pas confiance quand tu y succombes. Attends que ça passe. Demain il fera jour.

Positive ou négative, l’émotion n’est pas une bonne conseillère. On le dit pour la colère, on dit aussi que l’amour rend aveugle. Pour ma part, je crois qu’il éblouit. On dit aussi des bêtises. Par exemple, que la peur donne des ailes. Non, c’est l’enthousiasme qui fait décoller. La peur paralyse, au contraire.

 

La zone émotionnelle

Je viens d’énumérer trois états : la colère, l’amour et la peur. Ne croyez pas que je les fourre dans le même sac. La colère et la peur sont des émotions négatives. L’amour n’est pas une émotion. C’est un sentiment. Ne pas confondre. Il y a trois notions plutôt proches dans la langue de tous les jours, mais que la psychologie se garde de confondre : sensation, émotion, sentiment. Une sensation de malaise va vous faire éprouver une émotion, la peur qui va vous inspirer un sentiment de mépris à votre égard – connerie qui s’ajoute à une faiblesse, la peur.

C’est le premier ennemi du guerrier, la première émotion négative qu’il t’appartient de dépasser. Tant que tu restes bloqué dans la zone émotionnelle, tu ne peux pas atteindre la zone énergétique qui se trouve plus profond en toi. Creuse encore. Si tu n’es pas assez maître de toi, chasse l’émotion importune. Sinon attends qu’elle s’en aille.

Souviens-toi que tout, les émotions comme les mondes, les situations comme les apparences, tout se résume à une seule et unique chose : la position de ton point d’assemblage. Veux-tu rajeunir ? Changer de sexe ? De couleur de peau ? De monde ? Veux-tu occuper un autre corps ? Celui d’un animal ? Veux-tu être un géant ? Veux-tu voler comme un avion sans ailes ? Visiter d’autres planètes ? Traverser le cœur du soleil ? Être le feu, la glace, la brume, le vent ?

Ta seule et unique préoccupation sera de tout mettre en œuvre pour y parvenir. Tu as tout faux d’un bout à l’autre : on ne trouve pas l’éveil dans une pochette surprise. Personne ne cherche l’illumination pour obtenir les pouvoirs qui vont avec. Les pouvoirs sont le troisième ennemi du guerrier. Parce qu’ils renforcent l’ego.

L’ego est la seule partie de l’être humain qui ne connaîtra jamais l’éveil. (Adage lamaïste)

 

 

Faux gourou

Parvenir à contrôler les mouvements du point d’assemblage est une tâche délicate dans les premiers temps. Délicate mais vitale. Si tu n’as pas la chance d’avoir un sorcier aguerri près de toi quand tu déloges ton point d’assemblage et qu’il commence à dériver, ça revient à te glisser dans le fût d’un canon dont on allume la mèche.

Tu n’as aucun moyen de savoir où tu vas atterrir. Ni même de savoir si tu pourras regagner ton point de départ. J’ai connu un faux gourou qui jouait à ce jeu-là avec des néophytes sans méfiance. Ces gens-là ont toujours besoin de candides, naïfs et crédules. Celui-ci avait jeté son dévolu sur une sensitive accablée par une lourde charge émotionnelle qui la fragilisait. Sinon elle était une excellente voyageuse de l’astral. Sans le savoir, hélas, comme beaucoup d’entre nous.

 

L’immensité là-dehors

Par des tours de passe-passe qu’il ne maîtrisait pas, le faux gourou l’a envoyée au fin fond de l’astral, sans même esquisser un geste pour l’accompagner. Quand je suis venu au secours de la malheureuse, elle était accroupie dans un coin de la pièce, prostrée, en choc hypnotique. Elle manifestait les signes d’un total égarement. Tandis que l’escroc jouait aux cartes avec ses potes, sans un regard pour la pauvre égarée.

J’ai eu toutes les peines du monde à la localiser par syntonisation. Comme dit Juan Matus, il n’est pas facile de retrouver un guerrier de l’astral qui s’égare quelque part dans cette immensité là-dehors. Dès que je l’ai accrochée, elle est revenue très vite. Je l’ai envoyée prendre une douche. Le contact de l’eau courante permet de reconstituer le corps physique dans son intégrité après un voyage astral trop intense ou un retour provoqué. C’est un vieux truc des sorciers du Mexique. Quand d’aventure la démesure de Carlito l’empêchait d’atterrir sans casser du bois, Juan Matus lui balançait carrément des seaux d’eau.

Tous ces incidents de parcours astral témoignent d’un manque de tempérance. Les débordements émotifs affleurent à la surface de l’être, compromettant son impeccabilité. C’est encore une manifestation d’ego : attirer l’attention du maître ou présumé tel, monopoliser ses soins, affirmer sa différence ou sa prétendue sensibilité, alors qu’on est juste en train de foirer un exercice.

 

 

Le guide intérieur

Tu dois apprendre à naviguer à vue parmi les icebergs des cinquantièmes hurlants. Pour ça tu as besoin de toute ta vigilance, et celle de ton double si tu peux, celle de ton guide intérieur qui ne se manifestera pas si tu bouillonnes d’émotions mal contenues. Calme le jeu, redescends sur terre, redeviens celui que tu es. Prends ta mort pour conseillère si tu veux, tout ce qui t’aide à te recentrer sera le bienvenu.

Tu dois pouvoir faire une totale confiance à ton GPS intérieur. Lui seul est ta boussole dans cette vastitude infinie qu’on nomme l’astral – qui par ailleurs n’a ni temps ni espace, allez comprendre ! Comme il l’explique dans Le pèlerinage des bateleurs, mon benefactor a été formé par le tarologue Jean Assens. Ils assignent tous les deux la même fonction de guidance aux tarots anciens. Avec raison. J’ai moi-même éprouvé l’efficacité de ces images. Elles permettent de retrouver son chemin intérieur sans se laisser submerger par les émotions.

Pour que le guide intérieur puisse se manifester et assumer son rôle, l’émotionnel doit rester à sa place. Les découvertes émotionnelles ne comptent pas à ce stade. Elles ne sont que des bouffées délirantes, manifestations d’engrammes. Ne pas les confondre avec des visions ou des illuminations ! Voilà pourquoi le nettoyage émotionnel des petits mystères est le préalable indispensable à l’éveil. Dans le tarot, ce nettoyage s’effectue à l’arcane XIII, il s’apparente à une mort initiatique. Ensuite, deux autres arcanes doivent être vécues avant d’accéder à l’arcane XVI La Maison Dieu, qui représente l’éveil.

 

Les illusions de l’émotion

Les illusions émotionnelles sont d’autant plus dangereuses qu’elles ont l’air vraisemblables. Ainsi en est-il de toutes les rumeurs, toutes les fausses nouvelles. Si un flash émotionnel t’arrive, avant de sauter de joie, demande-toi si ce n’est pas du pur ego. Tu as tellement envie de vivre des trucs magiques ! L’envie, c’est de l’ego. Le désir d’épater les autres, le plaisir de la frime, rien de tout ça dans le secteur. Passe à autre chose.

Il est difficile de faire le tri. Certaines de ces illusions auront toute l’apparence de la réalité ordinaire. Elles ne se manifesteront pas à l’état de veille, elles seront inséminées dans ton cerveau pendant ton sommeil. Au réveil, tu n’en auras aucun souvenir. Mais dans les heures qui suivront, une réactivation extérieure ravivera ce souvenir comme si la situation, au lieu d’être rêvée, avait vraiment eut lieu.

Les conséquences sont imprévisibles, incohérentes et souvent fatales. Tu dois donc apprendre à débusquer ces illusions. Il en va de ta sécurité, voire de ta vie. Le moyen le plus sûr d’y parvenir est de contrôler tes pulsions émotionnelles. Et le moyen le plus rapide de contrôler ses émotions, c’est le contrôle des déplacements de ton point d’assemblage.

Bon, le serpent se mord la queue. Pour exercer un tel contrôle du PA, il faut être éveillé… Oui, tout commence et tout finit par là. Tant qu’on dort, est-ce vivre ?

 

 

Les flashs émotionnels

Le déplacement inopiné du point d’assemblage se traduit par des aberrations perceptives. Tant que tu n’es pas capable de déplacer volontairement ton point d’assemblage, tu seras victime de ces aberrations. Il est donc vital que dès maintenant tu te prémunisses contre leur effet dévastateur.
 
Les aberrations les plus communes sont utilisés par les voyants naturels et tous ceux qui n’ont pas reçu de formation en sorcellerie. Ce sont les flashs. Ils se manifestent à la façon d’un flash photo : un jaillissement qui peut éblouir, mais qui éclaire toute la scène.
 
En fait de voyance, Madame Irma et ses semblables de fête foraine ne connaissent que les flashs. Ces personnes sont donc aisément manipulables. Et toujours manipulées – à leur insu, bien entendu. Il faut donc leur accorder la confiance qu’elles méritent : aucune.
 

Les bovis émotionnels

Qui manipule Madame Irma ? Qui insémine des illusions en toi quand tu dors ? Il est trop tôt pour le dire. Au point où nous en sommes, il suffit que tu considères ce manipulateur et cet inséminateur comme des ennemis dangereux. Quoi qu’il en soit, c’est ce qu’ils sont. Ou ce qu’il est…
 
La plus grande réussite du diable est de nous faire croire qu’il n’existe pas. (Dicton catholique)

 
J’étais très amoureux de Solenn. Un voyage magique en Provence nous a menés à l’abbaye Notre-Dame de Lumières à Goult dans le Vaucluse. Je raconte cet épisode ailleurs, aussi n’y reviendrai-je pas. Le résultat est que nous avons fait grimper le taux bovis dans des proportions hallucinantes. Trois fois le maximum terrestre, à savoir 20.000 UB,unités bovis tel qu’on peut l’enregistrer au Potala à Lhassa, Tibet, ainsi que dans l’œil du labyrinthe de Chartres.
 
Mon pendule a fait trois tours complets, l’endroit vibrait donc à 60.000 UB, ce qui est impossible. Plus tard, mon benefactor m’a expliqué cette anomalie. Il y a vril et vril. Donc bovis et bovis. Pour en savoir plus, reportez-vous à l’article L’échelle Bovis.
 
Les UBunités bovis émotionnelles sont une des illusions que causent une bouffée d’émotion pure. L’état amoureux dans lequel nous nous trouvions la belle et moi a entraîné un mouvement de nos deux points d’assemblages. Ce décalage imperceptible nous a mis dans un état de réceptivité qui nous a rendus manipulables, donc nous avons été manipulés. Et je suis bien certain que la Sainte Vierge n’y est pour rien…
 
 
 

Des années plus tard

« Ne compte pas sur les découvertes émotionnelles. Laisse d’abord ton point d’assemblage se déplacer, puis, des années plus tard, fais ta découverte. »

Dans le lamaïsme, on n’a guère plus d’estime que Juan Matus pour les découvertes émotionnelles. Quand un apprenti dans cet état se rue vers le Très PrécieuxRimpoché pour lui faire part de l’extraordinaire avancée qu’il vient de vivre, le Très Précieux sourit, penche la tête et lui dit  :

– Desserre d’un cran ta ceinture de méditation.

 

L’art du timing

Si tu as lu cet article jusqu’ici, si tu penses avoir tout compris — non avec ta tête : il n’y a rien à comprendre pour elle — si tu sens que tu vibres avec ce texte, demande-toi si le moment est venu.

Un jour, on n’est pas prêt. Le lendemain, on l’est. Timing. Le lendemain tout devient possible. Les obstacles sont balayés. Ton paysage intérieur est si propre que tu peux t’y voir dedans. Mate un peu la tronche que tu fais.

 

Tu ressens quoi juste en ce moment ?

Étonnement ? Ben oui, à quoi tu t’attendais ?
Excitation ? Que ce soit pour faire monter ta kundalini.
Énergie ? Ta kundalini est déjà montée !
Envie ? L’éveil n’est pas une envie, c’est une nécessité. Un jour, tu t’en fous. Le lendemain ça s’impose si fort que tu oublies tout le reste. Sens du timing.
Émotion ? Au singulier ça va, au pluriel ça va mieux. Toutes les émotions se mélangent. Fais-en un paquet que tu jettes aux ordures.
Espoir ? Oublie ça, l’espoir est une arnaque.

Quand tu auras désappris d’espérer, je t’apprendrai à vouloir. (Sénèque)

 

Évidence ? Timing parfait ! Tu es prêt à franchir le pas ? Saute dans le vide.
Ennui : Fallait pas lire jusqu’ici.
Etc : La suite ne concerne que toi.

Et si tu veux rectifier le tir, va vite lire Pour l’émotion.

 

 

Les amis de la vérité sont ceux qui la cherchent et non ceux qui se vantent de l’avoir trouvée.
Nicolas de Condorcet