L’éveil électrique

choc-electrique-688po

 

En 2005, au Canada, Alain Laurendeau est peintre en bâtiment. Equipé d’un rouleau au bout d’une perche, il repeint le toit d’un immeuble quand la perche en alu vient à heurter une ligne à haute tension. Il reçoit une décharge de 14.400 volts et fait une chute de trois étages.

Au même instant, il sort de son corps, et assiste à la scène sans ressentir la souffrance. Il voit son corps brûler sous la décharge et s’embraser comme une torche tandis qu’il tombe du toit. Les secours interviennent, et, premier miracle, Laurendeau s’en tire. Gravement brûlé, en état de choc, il revient à la vie pour constater que d’étonnants pouvoirs psis lui sont venus. Il voit les pensées des autres, il prédit aussi l’avenir sans se tromper. D’après ses proches, il a un don de précognition qui se vérifie à tous les coups. Et dans son cas, la foudre n’y est pour rien : la haute-tension a fait le travail. En stimulant son système nerveux central, la décharge électrique a boosté son taux vibratoire et des pouvoirs lui sont venus(source)Alain J. Laurendeau, La porte des saints, histoire vécue par un électrocuté, Trafford publishing

Les faits sont là, leur analyse semble évidente. D’ailleurs je ne suis pas le seul à m’en préoccuper : l’US Air Force se sert de l’influx électrique pour améliorer les performances des pilotes de drones. Et ça n’a rien d’étonnant. Notre système nerveux est comparable à un réseau câblé, comme l’installation électrique d’une maison, ou les faisceaux dans une voiture. Notre corps a souvent été comparé à une voiture par les mystiques, chrétiens ou non. L’aspect matériel revêt toujours la même organisation, car les lois physiques sont incontournables. Notre corps physique n’est que le tiers de nous-mêmes : il n’est pas la totalité de notre personne, qui est triple, comme on l’a vu.

Il suffit donc d’augmenter le voltage naturel, extrêmement faible, de notre influx nerveux pour connaître l’éveil. Mais pour risquer aussi de griller vif, avec tous les inconvénients majeurs encore éprouvés aujourd’hui par Alain Laurendeau. La question qui se pose ici n’est donc pas de savoir si une surtension électrique peut donner l’éveil. Les preuves sont suffisamment éloquentes.

La question est de savoir quel voltage, quelle impédance, quelle fréquence doit avoir l’influx électrique pour éveiller sans brûler ni blesser. La véritable connaissance des anciens était celle-ci. Voilà pourquoi ils utilisaient la foudre non sous la forme mortelle de l’éclair, mais sous celle, inoffensive, de l’éclair en boule. Les guérisseurs et les voyants ont un taux vibratoire plus élevé que la normale. Ils ont la chance d’avoir un influx nerveux survolté par rapport aux gens ordinaires. Soit ce don est inné, soit il a été causé par un choc électrique.

Le résultat de ce type de baptême peut se voir souvent au Brésil, aux Philippines, en Inde, et partout où les faiseurs de miracles attirent les foules sentimentales. Ces allumés guérissent vraiment, ce ne sont pas du tout des charlatans. Ils guérissent les bobos du corps et les bleus à l’âme. Ils restaurent la luminosité de nos corps subtils. Ils reprisent les accrocs dans notre aura. Ils nous redonnent, d’un coup, l’envie de vivre. Mais pour la plupart d’entre eux, ils sont et restent des bouddhas idiots, selon la belle expression de J-Cl Flornoy.

Les bouddhas idiots sont à la fois de fabuleux cinglés et de dangereux mythomanes. Incapables de se guider eux-mêmes, ils sont souvent un danger pour les autres. Ils sont tout le contraire de gourous ou de guides spirituels, même si des malheureux naïfs se laissent séduire par leurs tours de passe-passe et leur bagout. Après tout, ces miraculés ont juste pris un court-jus. Ça ne les a pas rendu plus malins. Pour eux, la vraie prouesse n’est pas de faire des miracles, mais d’être encore en vie.

 

bouddha-aureole-pierre-flickr-orage-pixabay-688po

 

N’empêche qu’ils guérissent des gens. Bien sûr. Faire des miracles n’a rien de miraculeux. On l’a oublié parce que depuis des lustres, nos élites et nos écoles nous répètent le contraire. Et depuis des décennies, la télé nous transforme en blattes. Nos lointains aïeux, bourrés de pouvoir jusqu’aux oreilles, savaient lever les plus grosses pierres sans verser une goutte de sueur. Certains auteurs pensent qu’ils ont fait faire tout le boulot par leurs fidèles géants. Mais d’autres soutiennent qu’ils ont fait tout ça avec leur esprit, ou plutôt grâce à leur âme. Car l’esprit/mental n’a rien à voir là-dedans, au contraire : la logique tue l’Esprit.

Quand Archimède a prononcé son fameux : « Donnez-moi un levier et je soulève le monde » il inventait l’excès rationaliste. Son foutu levier nous a envoyé dans le mur. A son époque, les formidables secrets des dieux d’avant étaient déjà devenus des mythes. Archimède avait oublié que le peuple d’Atlas a soulevé le monde sans levier et sans point d’appui.  Les Atlantes y sont parvenus par la seule puissance de leur Esprit. De leur intention, pour mieux dire. En face, la raison ne fait pas le poids.

 Alors ? Aidés par des géants ? Ou par la seule puissance de leur esprit ? Ou par distraction ? Ou par maladresse ? Ou carrément par malveillance ? Dans un cas comme dans les autres, je vous souhaite une bonne nuit.

Que l’Intention soit avec vous.

L’homme qui peut faire la différence entre l’âme et l’esprit atteint la suprématie sur toutes conditions et devient omniscient. (Yoga Sutra de Patanjali)

Le monde ne crèvera pas du manque de merveilles mais du manque d’émerveillement.
G.K. Chesterton