Être l’éveil

 

Bonjour Xavier, c’est Cristal. Bah oui s’éveiller ce serait chouette! Tu vas me dire:  « Et tu fais quoi pour y arriver? » Ben rien et pis toute façon chai pas quoi faire. Je sais pas s’il faut méditer, manger bio, faire de la permaculture, avoir un jardin zen, s’habiller avec des vêtements en lin, ne plus se couper les cheveux, marcher pieds nus dans des sandales, faire du chi gong…

 

Pourtant mes jours sont passionnants, intenses, variés, les heureux évènements coïncident bien entre eux et s’emboitent parfaitement, j’ai des enfants, des petits enfants merveilleux, mon Joël dont je ne pourrais me passer et qui m’aime, mes nuits sont intéressantes, je fais des rêves dont je me souviens et que je cherche à décrypter sans y arriver.

J’essaie quand même de corriger mon impeccabilité. Pas toujours facile spontanément mais je rectifie après coup. Bon il est malin lui mais quand on est éveillé de naissance c’est facile. Merci Xavier. Merci pour tes articles qui me touchent. »

 

Être le cœur

Merci à toi Cristal. Moi c’est ton mot de ce matin qui m’a touché. Sympa ton habitude de m’ouvrir ton cœur au petit jour. On est des lève-tôt tous les deux, tu te précipites sur Eden Saga pour lire le nouvel article posté à 5h pile, et crac, tu m’écris! Merci. Ce rayon de soleil commence bien la journée.

Oui, je suis éveillé de naissance. Tout le monde l’est. Seulement la grande majorité des bébés éveillés perdent leur éveil en grandissant. J’ai eu la chance de garder le mien. À l’intérieur, je suis resté un enfant. Ça m’a aidé, oh oui, plus souvent que je ne saurais le dire.

 

Être l’éveilleur

Pour remercier le vivant de tous ces cadeaux qu’il me fait, de cette chance que j’ai toujours eu et qui m’a rendu la vie facile et passionnante, j’ai décidé de me consacrer à l’éveil planétaire. Je sais qu’il arrive, j’ai été prévenu, d’autres l’ont été aussi, et d’autres encore vont l’être, de façon à répandre la nouvelle. Aider à cet éveil, c’est le rôle de ce site Eden Saga, mon travail quotidien et mon plaisir de chaque instant. C’est aussi les stages individuels ou les séances de reki d’Erquy.

Mais venons-en à tes questions. Bien des gens se les posent, merci à toi de me donner l’occasion d’y répondre.

 

 

Être fou

Pour t’éveiller, il suffit de te projeter dans le futur, quand tu seras éveillé. Ainsi tu pourras être l’éveil dès maintenant. Si tu crains le futur, toujours incertain, souviens-toi que tous les enfants naissent éveillés. Pour quelques minutes ou quelques années, jusqu’à la fracture originelle. Tu peux donc retourner dans ta petite enfance, quand tu étais encore éveillé. Et te caler sur cette position du PA (c’est quoi le PA? voir plus loin).

Bon, c’est une vanne. Mon gamin du dedans aime bien vanner dans les articles difficiles. Il m’aide à chasser cette plaie de l’époque : se prendre au sérieux! On en crève à petits feux. Ainsi je fais mienne la devise de mon cher Lao Surlam :

La seule différence entre un fou et moi, c’est que le fou ne sait pas qu’il est fou. (Lao Surlam)

 

Être ce que tu es

Le point d’assemblage (PA) est la clé de toute magie. Quand on a connu un lieu de conscience, on peut le retrouver. L’intention te guide, elle suffit. Il n’y a pas de miracles, seulement une intention inflexible. Tu as été éveillé, redeviens-le. C’est instantané. Tu seras éveillé, sois-le dès à présent. Commande, le monde obéira. Et là, fini la vanne. Crois-le.

Être ce que tu es, voilà le but, le terme, l’aboutissement. Si tu ne te sens pas prêt à accomplir ces prouesses, suis un autre des chemins que je te trace ici. Saches pourtant que tu n’as qu’un seul maître, toi-même. Si tu dois suivre les conseils de quelqu’un, écoute ton double. Il est toi-même, dans ta perfection. Il est ton éveil. Fusionne avec ton double. C’est instantané.

Si ta faiblesse t’accable, une autre conseillère saura te rendre ta toute-puissance. Elle est ta mort.

 

Être guerrier

Il ne faut rien faire de spécial pour connaître l’éveil. Il suffit d’être un guerrier. Tu feras la guerre sainte contre tes défauts, cette guerre-là te fera vivre plus haut. Le guerrier agit. Toute sa vie est action. Sans calcul, sans idée préconçue, il écoute son corps qui le fait agir. Le résultat, c’est l’acte. Et l’acte ultime, c’est l’éveil. Sois toujours dans l’action, elle te grandit.

Le guerrier agit. Toujours. Mais il n’attend jamais de résultat de son action. (Carlos Castaneda)

 

Être libre

Ne t’encombre pas l’esprit de rituels, de postures, de simagrées. Pas de tenue spéciale pour agir, ni vêtements en lin, ni sandales, oublie tout ça. Sois toi, ça suffira. Apprends à te connaître. Vide ta cervelle de l’inutile, c’est à dire à peu près tout.

Autre chose: évite de « corriger ton impeccabilité. » Ce qui est impeccable n’a pas besoin d’être corrigé. C’est le manque d’impeccabilité que tu dois corriger.

(Pardonne cette vanne, mon gamin du dedans est intenable)

 

 

Être impeccable

Être guerrier ne suffit pas, il faut être un guerrier impeccable. Tu le sais. Comment y parvenir? En chassant de ton esprit tous les a-priori, les clichés, les évidences trompeuses. Il est impeccable parce qu’il agit, non par le résultat de son action. Il est impeccable parce qu’il combat son pire ennemi, lui-même. Il est impeccable parce qu’il est économe, il ne se dépense que pour ce qui est juste. Il n’agit que pour la vérité. Mais il agit sans cesse.

L’homme moyen cherche la certitude dans les yeux d’un spectateur et nomme cela confiance en soi. Le guerrier cherche à être impeccable à ses propres yeux et appelle cela humilité. (Carlos Castaneda)

 

Il ne s’effondre pas si les choses tournent mal. Il garde confiance en son étoile. La pire catastrophe peut se révéler bénéfique à qui sait garder le sens du timing. Certaines actions sont bénéfiques à la seconde près. Elles deviennent maléfiques si tu laisses passer ton centimètre-cube de chance.

L’oiseau de la liberté vole en ligne droite et il ne s’arrête jamais. (Carlos Castaneda)

 

Être peccable

Le guerrier impeccable n’a rien d’un petit saint. Il peut sortir de lui quand le besoin s’en fait sentir. Il ne se sent pas obligé d’être gentil avec tout le monde. Il sait reconnaître un prédateur et il agit en conséquence. Il n’a pas besoin d’être transparent, ni consensuel, ni propre sur lui. La perfection qu’il recherche est d’ordre énergétique, pas morale ni sociale. Laisse la morale aux gens ordinaires. Tu es un héros.

Mais un héros discret. Un guerrier pacifique. Un être fort et stable sur qui tu peux compter en cas de coups durs. Un être dur sur qui tu peux bâtir des châteaux de sable. Rien de tout ça. Efface l’ardoise. Tu n’es pas un héros du quotidien. Tu n’as pas de quotidien.

 

Être tes découvertes

Aucune de tes journées n’est comparable à d’autres. Tu découvres, tu te découvres. On doit se découvrir devant des actes héroïques. Ce que tu fais. Et tu le fais bien. Tu t’es si bellement découvert qu’on te bâtira un palais juste en face du Grand Palais. Le Palais de la Découverte. S’y entasseront les éveillés et leurs actes depuis la création du monde, il y a… ? Il y a un bon moment.

Pour être impeccable il faut avoir été peccable. Pour passer au-delà du péché, il faut l’avoir connu mieux que de vue.

La religion est pour ceux qui ont peur de l’enfer. La spiritualité, pour ceux qui y sont déjà allés. (Lee Stringer)

 

 

Être en méditation

Méditer? Oui, mais pas besoin d’une attitude spéciale, d’un endroit choisi, d’une position inconfortable. Allongé sur le lit à l’heure de la sieste, médite. Et si tu t’endors, la médiation se poursuit dans ton sommeil qui en devient vraiment réparateur. En travaillant, médite. Devant un beau paysage, médite. Au fond d’une cave, médite. Dans le métro, dans le train, dans la rue, en voiture, seul, parmi les gens, emporté par la foule, à l’écart sur la plage, médite.

Comment méditer? La tête vide, le corps au repos. Tu sens tout ce qui se passe dans ton corps. Tu as cessé de cogiter, de ruminer tes soucis, d’égrainer tes motifs d’insatisfaction, tes rancunes, tes colères rentrées, fais le vide, la tête à genoux, le cerveau à la poubelle. Médite avec ton ventre. Avec ton cœur. En faisant l’amour, médite. Devant les tarots, médite. En courant, en marchant, en nageant, en conduisant, en dansant, en cheminant, en rêvant, en bricolant, médite.

Toute concentration sur ton moment présent est une méditation. Elle dilate l’instant jusqu’à l’infini. Quand Joël t’embrasse, médite. Quand Joël te manque, médite. Quand tes journées sont trop vides, médite. Quand la vie quotidienne te bouscule, prends un temps pour toi, médite. Quand tu agis, ne pense à rien, médite. Tu seras juste, et tes actes seront pour les autres source de méditation.

« Il ne manque à l’oisiveté du sage qu’un meilleur nom et que méditer, parler, lire et être tranquille s’appelât travailler. » (La Bruyère)

 

Être juste

Être juste aura force d’exemple. Si tu l’es, tu répandras la justice dans ton entourage. Quand on est injuste avec toi, pardonne et médite. Bannis toute rancune, remord, regret, rancœur, ce qui rancit, ce qui ronge, ce qui rétrécit. Bannis anxiété, stress, angoisse, peur, crainte, appréhension, toutes ces émotions qui viennent du cerveau. Le monde se fout de ton cerveau. Il n’a envie que de ton cœur. La pensée n’éclaire jamais rien: elle complique tout. L’imbécile a moins de mal à méditer que le savant. Lequel des deux est un âne?

L’âne va son train, tête vide et ventre fort. Le savant loupe son train, tête pleine et ventre mou. L’œil est vie, il suit le vol d’une mouette ou d’une mouche, le corps vibre et perçoit, mais tu ne l’entends pas. Écoute-le mieux. Apprends sa langue. Très vite tu le comprendras au quart de tour.

Ecoute ton corps. Il sait. (Jean-Claude Flornoy)

 

 

Être en paix

Toute colère est nuisible. Toute lâcheté est nuisible. Toute rancune est vaine et te dévore le cœur. La révolte n’est pas la voie du guerrier. Il est juste, mais ne se bat pas pour la justice. Le guerrier ne se bat que contre lui-même. Ses seuls ennemis sont ses blocages, ses faiblesses, ses doutes, ses imperfections, ses passions, sa paresse, sa négligence, son laisser-aller, ses routines, sa bêtise, son orgueil, sa prétention, ses excès. Son seul bouclier est son humilité.

Le guerrier accompli aide le guerrier novice. Le guerrier de lumière accepte l’aide qu’on lui offre. Ceux qui l’aident sont ses alliés. Ils combattent avec lui contre un ennemi commun, la petitesse.

 

Être l’humilité

Le guerrier ne se prend pas pour un super-héros. Son héroïsme se mesure à l’aune de son humilité. Il ne conte pas ses hauts-faits sans citer ses échecs. Il garde le silence. Il écoute. Il comprend. Il soutient. Il ouvre les portes et les fenêtres. Il est en paix.

 

Être le corps

Sois tout entier à ce que tu fais, quoi que tu fasses. Être attentif à moitié suffit à provoquer la défaite complète. Quand tu fais du chi-gong, te fais pas chier, ne raisonne pas mais résonne comme un gong. Le gong médite. Le didgeridoo médite. L’harmonica médite. La guimbarde, le tamtam, le djembé, les tablas, les castagnettes, l’ocarina méditent. Le piano pense et réfléchit. Médite, tu seras un grand pianiste.

Vide ta tête, cure ton cerveau, nettoie tes synapses, repose tes neurones et lâche la bride à tes sens. Comme son nom l’indique, Saint Saëns n’en avait que cinq. Tu en as beaucoup plus. Tes sens sont l’expression de ton pouvoir sur le monde. Ils sont ton essence et donne du sel à ton existence. La pleine conscience est fille de la méditation juste. Elle s’obtient par les sens, non par la pensée.

 

 

 

Éveillez-vous!

 

 

 

 

La condition humaine est comme celle des troupeaux qui trottent dans la poussière, conduits à l’abattoir au son du galoubet, par d’interchangeables bergers.
Henri de Monfreid