L’habillage des perceptions

habillage-perceptions-688po

Il y a une grosse différence entre la réalité et l’image que nous en avons. Pour Castaneda, nous passons notre vie à habiller nos perceptions pour les rendre présentables, disons idéologiquement correctes. Sur ce point, la vision des chamanes rejoint celle de la physique quantique. Ce qui valide l’une comme l’autre.

Si on pouvait vous montrer d’un seul coup toutes les entourloupes que vous joue en permanence votre propre cerveau, vous seriez stupéfait. Un voile terne sur l’œil, un parfum niais répandu sur vos nobles traits feraient bien ressortir vos désarroi. Nos sens nous trompent, a dit Descartes tout content de sa trouvaille. Qu’aurait-il dit sachant que le cerveau nous trompe tout autant ?

On efface ce qui gène

Tel est en effet le mécanisme de l’habillage. Quand on est témoin d’une manifestation inédite, flash d’énergie ou tout autre chose anormale, on ne la voit pas dans sa vérité, qui pour nous ne correspond à rien… le plus souvent !

bosch-enfer-detail-200poAu lieu de ça, on habille ce phénomène avec des éléments familiers tirés de notre base de données, que Castaneda appelle notre inventaire. Telle personne verra la Vierge, une autre verra des aliens, une troisième verra Bouddha. Chacun voit les mystères en fonction de ce qu’il est et ce qu’il croit. Ce qui ne veut pas dire que les mystères n’existent pas, bien au contraire. Ils existent et sont irréductibles, voire effrayants. Le monde infini qui commence là-dehors est un univers prédateur.

Ceux qui espèrent seront déçus. L’espoir tue.
Ceux qui désespèrent sont déjà foutus. Le désespoir empêche de vivre.

Voir sans y voir

Ici encore, le guerrier de lumière va choisir la voie du milieu. Quand je dis choisir, je brode. A-t-il le choix ? Il suit la Règle inconsciente. Son impeccabilité le pousse vers telle voie.

Destin inéluctable qui fait dire aux Musulmans « Inch Allah ! C’est écrit ! » A quoi répondent les protestations des irréductibles : « Rien n’est écrit tant que je n’ai signé de mon sang. » Ce que le guerrier se défend de faire en toutes circonstances.

Le guerrier en djihad contre lui-même, arqué vers la Voie, toujours s’efforce de suivre le chemin qui a du cœur. Croire sans y croire vaut mieux que voir sans y voir. L’habillage, c’est voir sans y voir. L’habillage nous vole la réalité pour la remplacer à notre insu par des billevesées et autres craques. Grand déballage des brimborions confinés dans notre préconscient, la giga poubelle à idées toutes faites, pensées éculées, clichés jaunis.

Donc on ne connaît pas le réel ? Depuis le temps que je vous le dis. On ne connaît ni le réel, ni notre bonheur. On prend la belle fille nue, on l’habille avec nos fripes, elle ne ressemble plus à rien, tant pis, on est ravi. Le monde est infiniment plus magique que l’idée qu’on s’en fait. La fameuse idée qu’on. En cas de doute, répétez à haute voix la phrase précédente.

Idée con qui ne vient pas de notre observation, mais de sa déformation. On croit qu’on voit. On croit qu’on pige. On croit qu’on croit. Mais à quoi ? Ceux qui le savent ne le disent pas. Et ceux qui le disent ne le savent pas.

habillage-facade-pixabay-688

Souverains poncifs

Ces brimborions, ces brins de rien, ces habitants de notre monde mental, Castaneda les appellent l’inventaire. Catalogue personnel d’images, d’idées, de lieux communs, de principes : ça rejoint un peu la notion de ça en psychanalyse, mais je n’aime guère comparer les notions lumineuses issues du nagualisme avec l’univers glauquissime des psy-machins et des psy-choses. Nos inventaires seraient plutôt des fourre-tout bourrés de poncifs et d’images. On pioche là-dedans de quoi habiller le phénomène dont on est témoin.

C’est instantané. Le cerveau fait ça tout seul, sans notre consentement. « A l’insu de notre plein gré », carrément incognito, quoi. Un mécanisme incontrôlé se déclenche tout seul, un programme pour mieux dire. Il est là comme un réglage d’usine, c’est notre configuration basique pour éviter la surchauffe des circuits.

« On ne peut pas leur montrer la vérité, ça les tuerait » se sont dit les pseudo-dieux qui nous ont programmé dans leur labos de génétique. Alors ils ont imaginé cette sécurité. Libre au guerrier de s’en affranchir. Ce sera au prix d’une réelle bataille contre les programmes et les pesanteurs.

Dangereuse sécurité

La sécurité implantée en chacun de nous fonctionne maintenant sans rendre aucun compte aux dieux d’avant, ni même se soucier de ce qui est bon pour nous ou pas. On ne censure pas que les choses incompréhensibles, tels les phénomènes issus de la réalité non-ordinaire. On censure aussi ce qu’on risque de trop bien comprendre. La censure de l’habillage est un verrou de protection. On censure les données, on censure la vérité, on censure les faits bruts, on censure à peu près tout ce qui ne cadre avec la description du réel qu’on nous a inculqué depuis l’enfance.

Le travail du guerrier ou de toute personne résolue à décrocher la vérité consiste à désamorcer cette sécurité automatique pour soumettre tous les faits, toutes les données, tous les souvenirs à l’examen critique le plus approfondi. Ainsi demeure un faible espoir de cesser de nous abuser nous-mêmes. Certes la tâche est ardue, permanente, interminable. Bien souvent on renonce à la poursuivre parce qu’on ne sait même pas par où commencer les recherches.

Bosch-jardin-delices-200poDans cette quête ardue, les voyants peuvent se montrer utiles. Ils sont capables de lire en nous des blocages qui nous échapperont toujours. Leurs visions, leurs flashs, leurs intuitions peuvent nous mettre sur la piste. Ce sont autant de clés qui peuvent résoudre bien des rébus.

La quête de soi-même est certainement la plus noble et la plus excitante des aventures. Bien peu de héros osent l’entreprendre. Il est plus facile de trouver un trésor pirate au fond des mers que la vérité au fond de nos cœurs…

La peur du vrai

Rien n’est jamais acquis à l’homme, chante Louis Aragon. Ni à la femme, répond Elsa Triolet.  Et nos déceptions, et nos illusions s’en vont toutes nues dans la rue, ajoute Stéphane Kervor. Sans l’habillage, on en verrait des incongrues. L’habillage est ce qui rend la vie morose, banale, quotidienne. Mais l’absence d’habillage est terrifiant pour la plupart des gens.

L’habillage tue l’inédit, ressasse, rassure. Voir en face l’inconnu tuerait la plupart d’entre nous. Pour un guerrier, c’est l’habillage qui est mortel. Tandis qu’un homme ordinaire a recours à l’habillage comme un passeport social obligé. Imaginez un peu l’allure qu’auraient nos hommes politiques les fesses à l’air !! En fait, c’est ce qu’il se passe. Plus d’habillage pour eux… Ces cons-là sont à poil.

Car rien de ce qui était caché ne restera caché plus longtemps. Le temps vient où tout vous sera révélé. (Evangiles)

 Il advint qu’un beau soir l’univers se brisa Sur des récifs que les naufrageurs enflammèrent Moi je voyais briller au-dessus de la mer Les yeux d’Elsa les yeux d’Elsa les yeux d’Elsa
Louis Aragon