Vaincre ensemble

 
 
Merci chers amis, merci pour tous vos dons. Cet apport vient à point: si l’argent est utile, l’amitié l’est davantage. Donnez aussi vos témoignages. Ils m’aideront fort en cette grave période où je défie la malfaisance. J’ai vu un monde sans vice, sans atrocité, sans suicide. Sans la pression des Archontes, le mal nous serait étranger. De naissance, l’humain est bon. Les Serpents Volants font le mal sur cette terre. Mais nous pouvons mettre fin à leur tyrannie.
 

Jalousie dévorante

Et si nous étions faits pour le bonheur? Je suis fou, et alors? S’il n’y avait pas ces Archontes morts de jalousie, la vie ne serait-elle pas plus belle? Je les vois ramper sur le ventre, abjects et misérables. Je les plains, ces maîtres de la matière, sinistres animaux réduits à cet état pour l’éternité. Depuis 4000 ans, début de l’âge des ténèbres, ils sont dévorés par le désir. Ils crèvent d’envie d’accéder à l’Esprit comme nous. Ils ne peuvent pas.
 
Intelligences glaciales associées à leurs nombreux pouvoirs psi, ils me font peur et je les plains. Des profondeurs de l’abîme ils crient leur désespoir, leur rage, leur désir visqueux, dégueulasse, émouvant aussi.
 

Ondes Delta

Je les crains et je les plains, ces maîtres de l’astral qui nous phagocytent pendant notre sommeil le plus profond. Quand nous sommes en phase d’émission d’ondes delta, pour être précis… Dans la phase alpha du sommeil, notre cerveau perçoit les Archontes au cours de rêves qu’il efface au réveil. Le danger n’est pas là. La phase delta correspond au sommeil profond, sans rêve. Le cerveau se tait. C’est alors qu’il faut craindre les pouvoirs psi des reptiliens.
 
L’instruction du dossier progresse à pas de géants, des témoignages ahurissants me parviennent, j’ai vu juste nom des dieux! Il serait temps que l’armée des Archanges vole à notre secours, parce qu’à la vérité, jour après jour, à notre insu, qui l’eut cru?
 
…ON SE FAIT BOUFFER TOUT CRU!
 
 
 
 

Un simple pas de côté

Elle m’écrit ça:
« À propos d’archonte, hier soir j’ai vu vraiment l’effet de cette ombre qui bouffe la luminosité. Ombre-brouillard d’une taille phénoménale, voire sans début ni fin, en tout cas elle rode tout le temps sur moi… et sur les autres j’imagine! L’effet était encore plus sensible cet après-midi à Saint-Brieuc. C’est plutôt une bonne nouvelle, maintenant que je la ressens réellement, je peux l’éviter en faisant un pas sur le côté, ou l’éclairer, au choix selon l’humeur. »
 
-Veinarde! je réponds. L’ombre a une taille phénoménale, mais il te suffit d’un pas sur le côté pour en sortir. Elle bouffe la luminosité, mais tu peux l’éclairer au choix selon ton humeur. Quelle sacrée guerrière tu fais!
 
Pendant que tu la joues Superwoman, le vieux que je suis continue à se réveiller toutes les nuits vers 1h, puis sommeil en pointillé jusqu’à 5h où je me rendors enfin. Il arrive exactement la même chose au copain Jean. Plongeur et guérisseur, il m’est une sorte d’alter ego. Nous ne sommes pas du même bord, mais nous cherchons le même port. Question insomnies, il a le même timing de réveil nocturne: 1h-4h ou 1h-5h.
 
On veille tous les deux pour résister à l’intox puissante que diffusent ces saloperies de Flyers reptiliens.
 
 

Trous noirs

Une ombre qui bouffe la luminosité? Ça me rappelle quelque chose, les trous noirs. Un phénomène physique mieux connu par la science-fiction que par la science astronomique. Les trous noirs absorbent toute matière et toute énergie. Ils bouffent même la lumière… Par contre, un pas de côté ne suffirait pas à nous mettre hors de danger. Au fait, qu’en sait-on? Si ça se trouve, ça suffirait. Qui dit que les trous noirs nous absorbent? Ils se contentent peut-être de notre lumière ? Comme les Archontes…
 
Qui dit que trou noir n’est pas un autre nom pour archonte? L’Aigle, c’est ainsi que Castaneda appelle le trou noir géant du centre galactique
 
 

Donne à qui se donne

Ceux qui ne me connaissent pas, ceux qui ne m’ont jamais écrit mais qui ont aimé me lire, me font des dons parfois surprenants. Toujours touchants. Ceux qui me connaissent –certains depuis longtemps– s’inquiètent pour moi. Ils m’ont donné souvent, ils me donneront encore, je le sais, je le sens. Ils sont inquiets. Ils se font du souci. Ils m’écrivent, ils me disent: Comment vas-tu? Sous-entendu je ne vais pas bien du tout. Ils se trompent.
 
Ce que j’écris est plus noir, le ton que j’emploie a perdu de sa légèreté, qu’y puis-je? C’est le sujet qui veut ça. Mon moral n’a rien à y voir. Je me porte comme un charme. Un très vieux charme aux branches grinçantes, aux racines égrotantes, mais un charme puissant. Le bûcheron attendra pour m’abattre. Les Archontes aussi.
 
Si vous pouvez vous le permettre, pensez au don-soutien mensuel. Pour vous c’est peu, pour moi beaucoup. Aidez-moi à vous aider. Merci.
Y a-t-il un plus joli mot? Merci.
 
 
 
 

Ailleurs

Toute ma vie –trois quarts de siècle– j’ai rêvé le monde à l’aune de l’astral où j’ai passé le plus clair de mon temps. Les gens de ma sorte ont l’air absent, rêveur — c’est vrai: ils sont ailleurs. L’extrême orient, maître des rêveries, m’a appris les saveurs opiacées de l’extrême. De tout ce qui est extrême. Ma vie toute entière l’a été. Mais jamais autant qu’aujourd’hui.
« Un rêve qu’on fait tout seul, ce n’est qu’un rêve. Un rêve qu’on fait à plusieurs, c’est la réalité. » (John Lennon)

 
 
Quand on me voit, vieux lézard sur sa pierre au soleil, dirait-on pas que j’ai un bon pied dans la tombe? Bon pied, bon œil! Et je balance l’autre pied dans le cul du médisant, qu’on se le dise! Vert malgré les ans, je file comme un vent immobile dans les contrées instantanées de l’infini final. Ceux qui m’ont vu passer ont cru voir la comète. Dans la matière, je me défends mal. J’aime mieux affronter les Flyers en astral, à armes égales. J’ai le secours d’une âme, ils ont celui du vice.
Il faut sortir et la vivre, cette putain de vie de malade. Et après tu peux écrire dessus. (Iggy Pop)

 

1949

De viol en violonade, de violine en violon, de rave en ravioli, les Archontes m’ont appris à vieillir. J’ai séché leur école infâme quand tous s’y pressent, avides. Je les voyais, bien sûr, mais je les ignorais. Ces tristes connards ne font pas partie de ma coterie, de ma fratrie, de ma patrie. Ils m’ont piégé, j’ai réagi. Leur combat m’a grandi. L’intérieur n’a pas pris de ride. Mon cœur sourit toujours, grand comme au premier jour.

1949, la Chine s’est mise en communes. Année terrible pour les Indes qui se partitionnent dans les massacres, année terminale pour le chevalier Ficelle qui rend l’âme en excellent état et récupère sa caution, année spéciale pour Maman qui expulse un bien bel enfant, troisième du nom, premier pour le reste. Mais je suis né avant ma naissance. Bien avant. Cette vie-ci n’est qu’une suite en mode majeur d’une vie antérieure… intérieure? Un deuxième service après la Gestapo. Ses tortures de la rue Lauriston m’ont permis de changer de corps, pas de décor.

J’ai connu trop d’horreurs dans mes vies intérieures, mais jamais tant que maintenant. Coche m’archonte, cauchemar-conte que je compte vous conter sous tout angle et de tout côté. Archontes que moi-disant je n’ai jamais croisés avant. Soi-disant. Sois distant. Swadisthan. Leurs façons lâches, répugnantes, de nous sniffer, de nous coiffer, pénétrer nos pensées pour y mettre les leurs au cœur d’un brouillard conte. Brouille Archonte. L’art connard de nous suggérer leurs perversités et leurs atrocités dans l’ombre, en nous laissant croire qu’elles viennent de nous.

Oui certes, elles sont en nous. Mais qui les y a mises?

 

 

Contact astral

Beaucoup de lecteurs et de lectrices me contactent, de qui j’ignorais jusqu’à l’existence. Il appert que nous sommes reliés de longue date par un fil ténu mais incassable, extensible à l’infini. Par ce fil voyagent une quantité d’informations. Ainsi à notre insu nous nous connaissons bien. Ils viennent, elles arrivent, aura indigo ou cristal, les auras arc-en-ciel sont encore en chemin. Je les attends demain.

Ces survenues n’obéissent pas au hasard puisqu’il n’existe pas. Depuis l’an 2000, initiés et fadas attendent le nouvel âge. Il se fait désirer. Je me souviens d’une forte parole du prêtre chantant, Aimé Duval: « Que fais-tu là à m’attendre mon ami? Ton ciel se fera sur terre avec tes bras« . Le guerrier de lumière ne se contente pas des parlottes. Il agit. L’action est son mode favori. Sans cesse il agit, mais sans attendre de résultat de son action.

Je lance un appel solennel à tous les volontaires, pourvu qu’ils soient de vrais guerriers et guerrières, résolus, éveillés, maîtres de leurs émotions et sûrs de leur cause. Avec leur aide, la victoire est acquise. Mais je ne m’adresse pas aux peureux, pleurnicheurs, craintifs, désabusés, endormis, faiblards, usés, décatis, délavés, déboussolés, ni aux faibles d’esprit qui font tout pour mériter leur triste. Celles-là sont nombreuses à m’écrire, ceux-là écrivent moins volontiers, mais tous me supplient de les aider. J’ai déjà répondu.

Eden Saga est le quartier général idéal pour coordonner nos actions, partager nos vécus et impressions, échanger les trucs qui marchent, commenter nos échecs. Sous le signe de la solidarité totale, nous avons une réelle chance d’en savoir plus long sur leurs agissements pour mieux les contrer. Nous pouvons découvrir leurs points faibles, ils en ont forcément. Leur orgueil démesuré les rend vulnérables. Apprenons à nous en servir efficacement.

 

Vivre libres

Nous avons l’opportunité d’agir tous ensemble. L’expérience scalaire nous a appris comment l’amour inconditionnel peut dénouer des situations tendues — et l’époque n’en manque pas! Ensuite, les Astral Volants nous ont fait faire trois pas dans l’autre monde, l’astral, si proche et si méconnu. Nous avons même éprouvé ses dangers, sans savoir qu’on affronte l’Archonte, l’infernal de l’astral. L’expérience des Astral Volants s’est arrêtée avec prudence et circonspection.

Il m’a fallu des mois pour analyser cet échec. J’avais tout pris sur moi, aucun autre passager n’a été touché. Moi j’ai pris cher. Je n’en suis toujours pas remis. Je ne voulais pas recommencer une aventure à risques sans avoir élucidé la première tentative, comprendre clairement ce qui s’était passé, et savoir que faire pour éviter qu’un nouveau blocage se dresse devant nous.

Je vous propose donc un répit dans cette pratique à risques. Dès que j’aurais trouvé le moyen de sécuriser nos incursions astrales, nous referons un essai avec quelques volontaires. Pour l’instant, observons un moratoire.

 

 

Si vous avez des raisons de penser qu’ils s’en prennent à vous,
qu’ils vous bouffent la tête ou la lumière, ou qu’ils essaient,
si vous avez des questions sans réponse à leur propos,
ou si vous voulez me faire part de vos réflexions,
me raconter vos rencontres avec eux,
contactez-moi sans attendre.

 

Reptiliens

Depuis plus de dix ans, les Serpents Volants me font signe. Pour compléter votre compréhension des Archontes, vous pourrez lire ou relire:

Homo Reptilis —  Quetzalcoatl Serpent à PlumesLe Serpent et le VautourLilith et les ReptiliensL’île des Reptiles –  Mystérieux AnunnaSerpents Volants AnunnakiMythiques Rois SerpentsLe Peuple SerpentDragons d’EdenDragons d’EnferArchontes de l’AstralLes bouffeurs de têteLes InvisiblesLes démons du ZoharL’ombre archonteArchontes de la GnoseArchontes selon LashCreuser la vieArchontes Prédateurs  — Vaincre ensembleArchontes en questionsLe cerveau reptilien  — L’Archonte Ialdabaoth  — Heureux l’Archonte…Servir Dieu et Mammon

 

On juge l’arbre à ses fruits, dit la Bible.
Je ne crois pas à un dieu bon et tout-puissant
parce que je ne vois pas son œuvre.
Mais je crois aux diables parce que je vois la leur.
(Lao Surlam)

 

 

 

Il y aura toujours plus de vérité dans l’univers que dans tous les livres des hommes.
William Shakespeare