Foutus magiciens

 

Dans un évangile apocryphe,voir ci-dessous un disciple dit à Jésus de ne pas oublier ces foutus magiciens. Et Jésus est d’accord ! Lui qui fait des miracles à la pelle,si c’est vrai n’est-il pas magique? En 1975, j’étais passionné par Castaneda. Vingt ans après, quand j’ai étudié la magie du nagual, elle m’a paru la meilleure chose du monde.

Un apocryphe est un écrit dont l’authenticité n’est pas établie. Dans le domaine biblique, l’expression désigne un texte jugé inauthentique par les autorités religieuses.         …Qui sont humaines et réactionnaires. La vérité leur déplaît.

 

Mon esprit vorace

Dans les années 90, ma période Rochefort, j’ai étudié auprès de mon benefactor Flornoy, un puissant magicien. Pendant quatre ans, en formation intensive, je fus son apprenti. Je ne comprends toujours pas pourquoi Jésus voulait priver les humains de ces pratiques bénéfiques.

Il est vrai que j’étais complètement perdu. Depuis longtemps je marchais à tâtons, heurtant tous les meubles qui encombraient mon esprit vorace et curieux de tout. Il glanait sur son chemin en toute insouciance les perles belles, les cailloux polis, les pépites en papier et les bois flottés. Mon esprit s’était encombré de bibelots sans valeur qui n’étaient bons qu’à cacher la lumière. Son propos n’était pas de trier mais de ramasser. Il ne savait pas ce qui avait de l’importance ni ce qui devait être jeté au feu.

 

Sol Invictus

Les petits enfants éveillés font ainsi. Ils gardent tout au fond d’eux-même ou dans leur aura lumineuse — quand ce n’est pas dans leurs poches! Ils posent sans cesse cent questions sur ce qu’ils voient, ce qu’ils ressentent, ce qu’ils entendent et qu’ils ne comprennent pas. Garde-toi de les chasser ou de te taire. Ils méritent la vérité, car ils sont les porteurs de lumière que le monde attend.

Ne sois pas surpris s’ils corrigent ta réponse avec des mots plus justes que les tiens. Ils voient clair, ils font mouche, car le monde n’est pas digne d’eux. C’est pourquoi ils sont venus avec la lumière intense de leur sagesse pour éclairer les ténèbres où la terre est plongée. Quand la lumière aura fait son chemin dans le cœur des humains paraîtra Sol Invictus, le Grand Soleil dont rien ne peut venir à bout. Il dissipera les ombres noires et ce sera pour nous la fin de l’esclavage.

Sol Invictus, expression latine signifiant « Soleil invaincu », est une divinité solaire romaine dont le culte apparaît dans l’empire au cours du IIIᵉ siècle. Reprenant des aspects de la mythologie d’Apollon et du culte de Mithra, il connaît d’abord une grande popularité dans l’armée romaine. (wikipedia)

 

Le Soleil Invaincu, c’est Hyperborée, la très lumineuse planète vagabonde, qui déverse sa clarté invincible sur Terra

 

Le domaine des dieux

Ne croyez pas Wikipedia qui ne colporte que des demi-vérités souvent pires que des faussetés. Sol Invictus est un culte solaire comme il y en a eu tant autour du monde. Chez les Romains, ce fut un culte à mystères, le plus grand des mystères étant le don d’Isis, l’éveil. Mithra dispensait cet éveil aux fidèles.

Que le culte de Mithra ne vous abuse pas, ce Soleil-là n’est pas un dieu, mais son origine, le domaine des Dieux. On lui a donné de nombreux noms : Hyperborée, Nibiru, Avalon, le Temple Volant, l’Île du Ciel, Eden, l’Arche Solaire, le paradis de Shiva, le paradis des Chinois

Les savants qui prennent ce lieu pour un dieu devraient changer de lunettes : la cécité les guette. Et ceux qui pensent que c’est un culte païen sont plus aveugles encore. Même si nous l’avons oublié, ce Grand Soleil est la base sacro-sainte de toutes les religions planétaires. Comment pourrait-il être païen?

 

Hyperborée

 

Le Soleil géniteur?

Dans toutes les cultures traditionnelles, les plus hautes castes se donnaient le titre de Fils du Soleil. On ne peut comprendre si on pense à notre étoile. Il ne s’agit pas de ce soleil-là, mais d’un grand luminaire suspendu tout près de la terre, au-dessus du Pôle Nord, parfaitement visible de tous les pays de l’hémisphère et dont la lumière éblouissante rend le soleil semblable à une seconde lune. Ce grand soleil que rien ne peut éteindre et qui est, comme l’affirme Platon, l’origine unique de tous les dieux d’avant.

La noblesse planétaire se veut donc issue de ces dieux-là, grands personnages par la taille et les pouvoirs.

 

Les Fils du Soleil

 

 

Malade?

J’écris depuis tout petit. J’ai noirci des pages et des cahiers. J’ai couvert des feuilles et des carbones de mes élucubrations inspirées, auxquelles, le plus souvent, je ne comprenais rien. Ma tête était vide. Mais j’avais en moi cette urgence d’écrire tout ce qui venait au bout de mes doigts. Je ne pouvais écrire qu’à côté de toute pensée. Comme si quelqu’un d’autre écrivait à ma place.

J’avais neuf ans, en décembre 58. Ce soir-là, je m’étais couché plus tôt que d’habitude. Et je me suis éveillé en pleine nuit.

Sans savoir pourquoi, je suis allé dans le couloir noir jusqu’à la chambre des parents. Maman m’a senti venir, ça l’a réveillée. Elle a allumé la lampe de chevet. Papa a poussé une sorte de grognement mécontent. Je me tenais dans l’encadrement de la porte. Impossible de m’approcher de Loulou. « Qu’est-ce qu’il y a ? Tu es malade ?« 

 

La prophétie

Non, pas malade. Pas au sens où elle l’entendait. J’ai pris la parole. J’ai prophétisé. Papa s’est redressé sur un coude, les yeux bouffis de sommeil, l’air ahuri. « Qu’est-ce qu’il raconte? » Maman lui fait signe de se taire. Elle m’écoute, attentive, pour capter chaque aspect de cette scène incroyable.

J’ai parlé de longues minutes. Puis je me suis arrêté. J’avais dit ce que j’avais à dire. Dans le long couloir noir, les chuchotements de mes parents m’ont fait revenir sur mes pas. Papa était choqué. « Mais qu’est-ce qu’il nous fait ce gosse? Il est complètement fou. Faut le faire soigner. »

Non, ne t’inquiète pas. Dors, répétait Loulou. Il me fait penser au petit Jésus qui va au temple pour enseigner les Docteurs de la Loi.
Tu te prends pour le Sanhédrin! bougonne Papa. À mi-voix, car la chambre de mon grand frère est à côté, il ne faut pas le réveiller.

 

 

Sanhédrin

Le Sanhédrin était l’assemblée législative traditionnelle d’Israël ainsi que son tribunal suprême et siégeait normalement à Jérusalem. Son nom dérive du grec συνέδριον / sunédrion, signifiant « assemblée siégeante ». Il comptait 71 sages et siégeait dans le Beth Hamikdach.

Ici, deux sages seulement et qui siègent dans leur lit. Ce n’était pas le Sanhédrin mais le Temple de Jérusalem. J’étais le petit Jésus, comme Maman l’a compris. Sous l’influence du catéchisme, où j’étais assidu. Je voulais devenir prêtre. J’enseignais mon catéchèse de chat et je prêchais devant les pigeons sur le toit.

Cette nuit-là, j’ai prêché pour mes parents. Ne me demandez pas ce que j’ai dit ni la teneur de mes prophéties. J’ai oublié ces enfantillages ou cette révélation. Un jour, peut-être, m’en souviendrai-je. De mon vivant ? Si je peux encore écrire, vous le lirez ici-même.

 

Prêtrise ou traîtrise

J’étais persuadé d’aimer Jésus plus que moi-même, plus que ma mère, plus que ma vie. Mon idéal jusqu’à mes douze ans, devenir prêtre. Je servais la grand messe que je savais chanter en latin. Tout ça s’est effacé après ma descente aux enfers. Depuis cette épreuve, la spiritualité l’a emporté sur la religion. Je revenais de loin. La foi a laissé place à la sagesse. Je l’ai échappé belle. Il était temps !

La religion est pour ceux qui ont peur de l’enfer. La spiritualité, pour ceux qui y sont déjà allés. (Lee Stringer)

 

Prends cent hommes, tu y trouveras un homme de foi. Prends cent hommes de foi, tu y trouveras un homme de connaissance. (Rumi)

 

 

J’ai 9 ans devant la chambre de mon grand frère. La porte vitrée à droite est la chambre de mes parents, qui pour une nuit fut mon Temple de Jérusalem.

 

Davy

La sagesse? Trop tôt pour ça. Je n’avais rien d’un enfant sage. Mon jeune ego ne veut plus être prêtre, il préfère Davy Crockett. Le Fort Alamo a remplacé le temple de Salomon. Un clou chasse l’autre.

La véritable ambition viendra beaucoup plus tard, quand je me mis en quête de la seule réalisation qui compte : devenir moi-même. Dépassant enfin l’ego, doublant le petit moi, atteindre au Soi. Quelle ambition !

Ça reste un projet lointain. Comment y serais-je quand je ne me connais pas encore ? J’ai beau parcourir en tous sens ma ligne de vie comme celle de temps, d’épaisses zones d’ombre m’habitent qui distordent mon passé. Mes vies antérieures sont contemporaines. D’antérieures, elles deviennent intérieures : je les vis toutes en parallèle avec l’actuelle. Et je m’y noie.

 

Qui est Jésus?

Après Apollon, Orphée, Prométhée, Ésus, Mithra, et tant d’autres, qui est-il, ce énième christ? Qui est Jésus de Nazareth, une ville qui n’a été fondée qu’en 60 après lui ? Est-ce un cocktail de prophètes et de dieux antérieurs? Est-ce une invention pure et simple?

Jésus a-t-il seulement existé? On peut vraiment se le demander vu l’absence totale de traces historiques. Bien sûr, il y a les évangiles et d’autres textes canoniques. Mais comme aucune autre trace historique ne vient les appuyer, on est en droit de douter de leur authenticité.

John Lamb Lash a épluché les tablettes assyriennes, les rouleaux coptes de Nag Hammadi et les manuscrits de la Mer Morte. Il est formel: dans les textes chrétiens originaux, Jésus n’est jamais mentionné.

On n’y fait état que du révélateur, ce qui peut être n’importe quel prophète, abondants à cette époque.

 

 

Logion

Mon apocryphe préféré, le plus gnostique: l’évangile de Thomas. Je viens de m’y replonger et je ne l’ai pas lu comme avant. Cherchant la citation de Jésus maudissant les magiciens, j’ai échoué. Mais j’ai cueilli quelques perles. Voyez les logions suivants.

Logion (Religion) Citation, parole rapportée de Jésus-Christ . On remarque que certains logions de l’Évangile de Thomas s’écartent des traditions chrétiennes en se rapprochant des koans du bouddhisme zen.  Ce qui serait plutôt une qualité.

Ne jeûne pas, tu feras du mal à ton corps. Ne fais pas la charité, tu feras du mal à ton âme. (Jésus, évangile de Thomas)

 

Jésus a dit : soyez passants. (Jésus, Évangile de Thomas)

 

Celui qui a connu le monde a trouvé un cadavre. Et celui qui a trouvé un cadavre, le monde n’est pas digne de lui. (Jésus, Evangile de Thomas)

 

 

Un dieu macho

44, 1 – 7.   Jésus a dit: À celui qui blasphème contre le Père, on pardonnera. Et à celui qui blasphème contre le Fils, on pardonnera. Mais à celui qui blasphème contre l’Esprit pur, on ne pardonnera ni sur la terre ni au ciel.

Qui est cet Esprit pur? La troisième personne de la Trinité, la plus importante, Sophia. En grec Sagesse. C’est la Déesse, les textes gnostiques n’en font pas mystère. Mais le machisme obligé du jeune patriarcat a gommé son sexe, car rien de féminin ne pouvait subsister après les terribles exactions des Amazones.

Notre origine est une chose bien compliquée. Notre corps animal a été créé par le Père, un archonte, un reptilien. Mais la Mère — Sophia, Ana, Hathor, elle a de multiples noms et avatars — a donné son Esprit à ce corps qui lui a plu.

 

Plérôme

Reptilienne aussi, véritable patronne, elle appartient au Plérôme, ce lieu physique ou spirituel où les Toutes Puissantes ont la possibilité de créer des âmes pour animer des entités subtiles ou des corps physiques. Le Père, lui, n’a pas cette possibilité. Il n’a généré que nos corps. Voilà pourquoi les blasphèmes contre lui sont pardonnés.

Plérôme, mot grec qui signifie plénitude divine. Pour les Gnostiques, plénitude divine dont les êtres spirituels sont l’émanation; par métonymie, ensemble de tous les êtres. Pour St Paul, (Romains 13,10) le monde divin ou la demeure des dieux.

Du coup, on peut se demander si Plérôme ne désigne pas Hyperborée… ou Alcor, domaine de la Déesse ?

 

 

« Ma Mère véritable »

Au demeurant, dans l’esprit de Jésus, la Mère céleste est supérieure au Père terrestre.

101, 7 – 8   Car ma mère m’a enfanté mais ma Mère véritable m’a donné la vie.

Hélas il n’a pas la carrure et la détermination qui sied au Fils de l’Homme. Alors qu’il devrait être pénétré de la supériorité féminine, il n’arrive même pas à concevoir une égalité entre les sexes, comme en témoigne ce logion:

114, 1 – 10   Simon Pierre leur dit: Que Mariam sorte de parmi nous, parce que les femmes ne sont pas dignes de la Vie.
Jésus leur dit: Voici que je l’attirerai afin de la faire mâle, pour qu’elle soit, elle aussi, un esprit vivant comme vous les mâles. Car toute femme qui se fera mâle entrera dans le royaume des cieux.

La Mariam en question est Marie de Magdala, Marie-Madeleine, dont on sait qu’elle fut la compagne de Jésus. Mais que dit-il sur elle? Si elle ne devient pas mâle, elle n’entrera pas dans le Royaume? Oublie-t-il que le Royaume n’est pas celui du Père, mais celui de la Mère céleste?

Contre la magie?

Gênante, voire incongrue de la part d’un dieu présumé parfait, son ambigüité ne s’arrête pas là. Foutus magiciens, dit Jésus le magicien. Car la magie est vraiment sa tasse de thé, comme en témoignent ses innombrables miracles. Jésus guérit le paralytique. Une malade n’a qu’à toucher son vêtement pour être guérie : « Va, femme, ta foi t’as sauvée » lui dit-il.

Jésus apaise la tempête. Il marche sur les eaux du lac. Il multiplie les pains et les poissons. Il ressuscite son ami Lazare. Mais son meilleur tour de magie est post-mortem : il se ressuscite tout seul comme un grand. Jusque dans les exemples qu’il choisit, la pensée magique est omniprésente.

98, 1 – 7
Le royaume du Père est comparable à un homme qui voudrait tuer un grand personnage. Il dégaine l’épée chez lui et transperce le mur pour savoir si sa main sera sûre. Ce geste tue le grand personnage.

Acte magique par excellence. Le simulacre qui devient réel, telle est la base de toutes les magies noires, envoûtements, sortilèges, comme le vaudou nous le montre avec ses figurines et ses zombis.

 

 

Faudrait savoir

D’un logion à l’autre, Dieu le Fils ne cesse de se contredire. Ou serait-ce Thomas, son hagiographe ? Jésus maudit les magiciens tout en pratiquant cette noble discipline.

Noble, vraiment? La magie ne vient-elle pas des archontes ? En maudissant les magiciens, n’est-ce pas aux archontes que Jésus pense ? La belle affaire ! Seule sa Mère divine est spirituelle. Son Père, lui, serait un archonte matériel. Un simple envoyé promu au premier rang par le machisme ambiant.

Dans la tradition sumérienne, notre créateur est Enki, un archonte reptilien qui règnera sur le monde d’en bas. Un diable, dirait-on aujourd’hui. C’est Ninmah ou Ninhursag qui donnera un esprit divin à cette créature animale. Sans la Mère, le Père n’est qu’un généticien.

Toute l’ambigüité vient de là: auteurs et lecteurs s’emmêlent les pinceaux entre la Mère et le Père. Est-ce la faute de Judas Didyme Thomas, auteur de cet évangile? Les intégristes acquiescent. Pourtant, si Thomas trébuche, on peut penser que Jésus tâtonne aussi.

 

La Source de Tout

Jésus fils du Père se reconnaît implicitement fils de la Toute Puissante, supérieure au Père lui-même, car elle est Esprit pur, quand le Père, en tant qu’Archonte, n’est que matière animale. Encore cette fichue confusion entre la Source et les dieux, qui ne sont qu’une émanation de la Source.

La Déesse est-elle la Source? Pas vraiment. Pour cette partie de notre galaxie, elle est une Mère. Mais la Source est impersonnelle : c’est un principe, une loi organique de l’univers.

Jésus fils de la Toute Puissante devrait placer la Femme au-dessus du mâle, comme il le dit dans le logion 44. Or il montre le contraire dans le logion 114 qui flétrit la femme d’immonde façon. Étriqué, réactionnaire, indéfendable, ce logion est machisme gratuit, tant dans la bouche de Pierre, futur fondateur de l’Église, que dans celle de Jésus, le Christ notre sauveur, qui nous fout dans la merde. Sauvons-nous v’là le sauveur! chantait-on sur les barricades de mai 68.

Il se trouve que ce logion 114 est le dernier de l’évangile de Thomas. Histoire de finir sur une note bien merdique. Bon, je blasphème un peu, mais contre le Fils ou le Père, il me sera pardonné. Parole de Jésus.


 

Magie archontique

Il faut trancher. Si Jésus reste flou, je ne peux m’en contenter. La question se pose de savoir si la magie est œuvre du ciel ou de la terre, d’Alcor ou de Terra, de la Déesse ou des archontes. Le peuple serpent est maître de cette planète depuis des dizaines de millions d’années. Jésus est venu il y a 2000 ans seulement. D’autres prophètes l’ont précédé, c’est vrai. Plutôt que mystique, le ciel qu’ils évoquent semble peuplé d’extraterrestres et sillonné de vaisseaux mères.

Avez-vous remarqué qu’on ne dit pas vaisseau père ? On dit la Source, aussi.

Les textes que j’ai écrit il y a seulement dix ans me disent autre chose quand je les relis à présent. Ma compréhension s’est élargie au point que tout en moi fonctionne différemment. Les double sens qui m’échappaient alors me sautent aux yeux et à la gorge. J’hallucine ! Telle était l’exclamation favorite de Flornoy quand une évidence le secouait. Ou quand une ineptie le révoltait.

 

Exocets psi

Je viens de publier un article qui lui doit beaucoup : Exocets psychiques. Plusieurs détails signifiants m’ont tiré la queue de l’œil. Ils prouveraient que ce cher Flornoy avait l’aide des archontes dans ses pratiques magiques.

Flornoy est potier. Le dieu potier est le créateur de notre corps physique. Le prince de la matière. Un archonte.
Un de ses alliés est l’homme dragon qu’un autre sorcier a fait disparaître. Les maîtres des Reptiliens sont les dragons.

Le goût qu’avait Flornoy pour les bras de fer, ses bouffées d’ego, ses alliés terrifiants, autant de manifestations reptiliennes. Archontiques.

Quand je lui ai dit qu’il avait été éveillé par la foudre, Flornoy ne m’a pas cru. Refus inconscient de guérison. Archontique encore.

« Sa carrure physique et morale me fascinait. » La fascination, son arme préférée, fait partie de l’arsenal archonte.

Flornoy est mon benefactor. Je lui dois ma seconde naissance, l’ouverture à l’esprit, la supra conscience. Il m’a transmis sans doute quelques-uns de ses défauts au milieu des merveilles dont j’ai hérité.

La magie, Jésus l’a prouvé, est une chose utile, généreuse, dont on aurait tort de se priver. Si l’énergie nécessaire à sa pratique est relayée par les archontes, c’est qu’ils sont aussi nos alliés.

 

 

Les Reptiliens

 

 

Ne cherche pas de disciples, tu n’auras que des zéros.
Friedrich Nietzsche